La physionomie de l’Europe est en train de changer. C’est une Ă©vidence, sinon un truisme que seuls les sophistes ou les aveugles refuseront ou seront incapables d’admettre. Les apports massifs de populations extra-europĂ©ennes modifient considĂ©rablement l’épiderme de l’Europe, au point mĂȘme que, symptomatiquement, le prĂ©sident de la RĂ©publique, Emmanuel Macron, parlant de « mĂąles blancs », emploie une terminologie proprement communautariste prenant implicitement acte de la fin de l’exclusivisme albo-europĂ©en sur le vieux continent (Huffington Post, 23 mai).

L'étrange suicide de l'Europe: Immigration, identité, Islam - Douglas Murray (L'Artilleur).

L’Ă©trange suicide de l’Europe: Immigration, identitĂ©, Islam – Douglas Murray (L’Artilleur).

Mais ce bouleversement n’est finalement que la partie visible de l’iceberg « grand remplaciste » pour reprendre une expression dĂ©sormais rentrĂ©e, volens nolens, dans le langage courant aux fins de dĂ©signer une rĂ©alitĂ© qui se dĂ©couvre intĂ©gralement nue sous nos yeux, dĂ©pouillĂ©e de tout cosmĂ©tisme idĂ©ologique, du mĂ©tro parisien ou lillois Ă  certains quartiers entiĂšrement balkanisĂ©s de nos villes, grandes et moyennes, de Paris Ă  Londres, de Berlin Ă  Barcelone, de Malmö Ă  AthĂšnes.

Car, ce qui est bien plus grave, finalement, est que l’ñme europĂ©enne est elle-mĂȘme atteinte en ce que les ressorts de la transmission de notre patrimoine anthropo-culturel indivis et immĂ©morial sont en voie d’ĂȘtre irrĂ©mĂ©diablement rompus. Le passĂ© des EuropĂ©ens leur fait honte, quand il n’est tout simplement pas mĂ©prisĂ© ou mĂ©connu, alors que le prĂ©sent Ă©piphanique d’immigrants majoritairement mahomĂ©tans semble ĂȘtre cĂ©lĂ©brĂ© comme leur avenir parousiaque.

C’est, en substance, le constat opĂ©rĂ© par l’essayiste et journaliste Douglas Murray dans L’Étrange suicide de l’Europe, initialement paru en 2017 en Angleterre et traduit et publiĂ© cette annĂ©e par les Ă©ditions de L’Artilleur. VĂ©ritable encyclopĂ©die analytique et mĂ©ditative des effets et mĂ©faits de l’immigration de masse en Europe, notamment depuis les tsunamis compassionnels encouragĂ©s depuis 2015 par nos Ă©lites dirigeantes, ce rĂ©quisitoire clinique, exemptĂ© de tout pathos comme de toute charge polĂ©mique, se prĂ©sente comme une longue Ă©pitaphe paraphant le certificat de dĂ©cĂšs de notre continent, de son histoire, de sa gĂ©ographie, de sa civilisation.

Est-il rĂ©ellement trop tard ? L’auteur de ces lignes, dans le sillage de Murray, n’est pas loin de le penser. MĂȘme si le dĂ©sespoir en politique est, paraĂźt-il, une sottise absolue, il serait tout autant absolument sot de s’entĂȘter Ă  ne pas voir les consĂ©quences calamiteuses voire cataclysmiques des politiques criminelles menĂ©es depuis quarante ans par des Ă©lus apathiques, cyniques ou dĂ©voyĂ©s qui n’ont cessĂ© de trahir leurs Ă©lecteurs en dĂ©tournant, scrutins aprĂšs scrutins, mensonges aprĂšs mensonges, le mandat qu’ils avaient reçu de ces derniers, lequel ne consistait certainement pas Ă  les substituer par d’autres populations. Balançant entre arguments d’autoritĂ© et fatalisme, ce, dans la plus totale improvisation, « à la fin du XXe siĂšcle et au dĂ©but du XXIe siĂšcle, les gouvernements europĂ©ens ont engagĂ© des politiques d’immigration de masse sans l’assentiment du peuple. [
] On a donc servi aux EuropĂ©ens des arguments trĂšs divers, allant de la leçon de morale au discours technocratique, qui Ă©voluaient au grĂ© des courants politiques et des besoins ».

Bien pire, « on cherche ici Ă  faire face aux transformations de la sociĂ©tĂ©, non pas en s’y attaquant, mais en altĂ©rant le jugement des citoyens », souligne celui encore que l’on dĂ©nomme le Zemmour anglais quand, par bien des aspects, il emprunterait plus justement des similitudes avec l’écrivain Renaud Camus. Or, ce faisant, le « grand remplacement » se voit associĂ© Ă  une gigantesque entreprise de « grande intoxication » idĂ©ologique, politique et mĂ©diatique, dont les fameuses « fake news » (fausses nouvelles) consistant Ă  jeter le discrĂ©dit sur toute information nĂ©anmoins vraie mais dĂ©plaisante car politiquement incorrecte aux yeux des nĂ©gateurs du rĂ©el. Le processus d’anesthĂ©sie des peuples actuellement Ă  l’Ɠuvre illustre alors cruellement le propos de l’historien Jacques Bainville, selon lequel, « d’ordinaire, en politique, les effets sont aperçus quand ils commencent Ă  se produire, c’est-Ă -dire quand il est trop tard ». Les rĂ©veils seront douloureux et un vaste champ de ruines s’offrira Ă  la vue brouillĂ©e des EuropĂ©ens ensuquĂ©s et mĂ©dusĂ©s. « Quand la gĂ©nĂ©ration europĂ©enne actuelle s’éteindra, l’Europe ne sera plus l’Europe et ses peuples auront perdu leur patrie. Le seul endroit au monde oĂč nous Ă©tions chez nous », prophĂ©tise, glaçant, Douglas Murray.

L’Étrange suicide de l’Europe. Immigration, identitĂ©, islam, Douglas Murray, L’Artilleur, 2018.

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99

A propos de l'auteur

Aristide Leucate

Journaliste et essayiste, apporte rĂ©guliĂšrement sa contribution Ă  la presse d’information et d’opinion, de L’Action française 2000 Ă  Boulevard Voltaire. Conjuguant militantisme et rĂ©flexion politiques, il exerce des responsabilitĂ©s au sein d’un parti politique national. Il est l’auteur de trois essais (DĂ©tournement d’hĂ©ritages, prĂ©face de Pierre Hillard et La souverainetĂ© dans la nation, prĂ©face de Philippe Randa). et Dictionnaire du Grand Épuisement français et europĂ©en (PrĂ©face de Pierre Le Vigan).

Articles similaires