Marko Djuric (Marko Đurić) est le directeur du bureau du Kosovo-MĂ©tochie, organe rattachĂ© au gouvernement de Serbie Ă  Belgrade. Fin mars 2018, il se trouvait dans la ville de Kosovska Mitrovica, lorsqu’il a Ă©tĂ© kidnappĂ© et battu par un commando de police agissant au nom de l’État auto-proclamĂ© du Kosovo. La presse occidentale n’a donnĂ© que trĂšs peu d’Ă©cho Ă  cet Ă©vĂ©nement brutal. Dans un entretien exclusif et inĂ©dit accordĂ© Ă  TV LibertĂ©s, conduit par Alexis Troude, Marko Djuric est revenu sur son agression et a longuement Ă©voquĂ© la situation et les perspectives de la situation complexe du Kosovo-MĂ©tochie.

Marko Djuric (Marko Đurić) est le directeur du bureau du Kosovo-MĂ©tochie, organe rattachĂ© au gouvernement de Serbie Ă  Belgrade.

Le Kosovo-MĂ©tochie, province sud de la Serbie, est le cƓur historique de la Serbie et un trĂ©sor patrimonial de renommĂ©e mondiale pour ses monastĂšres orthodoxes mĂ©diĂ©vaux.

De nos jours le Kosovo est majoritairement peuplĂ© d’Albanais musulmans, dont la prĂ©sence s’est progressivement accrue Ă  partir du Moyen Âge et la conquĂȘte des Balkans par l’Empire ottoman. Cette province a dĂ©clarĂ© unilatĂ©ralement son indĂ©pendance en 2008, consĂ©cutivement aux bombardements de la Serbie par l’OTAN en 1999. La Serbie n’a jamais reconnu la sĂ©cession de sa province sud, de mĂȘme qu’un nombre considĂ©rable de pays dans le monde, tels la Chine, l’Inde ou la Russie.

DĂ©sormais, seul le nord du Kosovo est encore sous contrĂŽle effectif de la Serbie. Fin mars 2018, le reprĂ©sentant de Belgrade Marko Djuric se trouvait dans la ville de Kosovska Mitrovica, lorsqu’il a Ă©tĂ© kidnappĂ© et battu par un commando de police agissant au nom de l’État auto-proclamĂ© du Kosovo. La presse occidentale n’a donnĂ© que trĂšs peu d’écho Ă  cet Ă©vĂ©nement brutal.

Dans un entretien exclusif et inédit accordé à TV Libertés, conduit par Alexis Troude, Marko Djuric est revenu sur son agression, et a longuement évoqué la situation et les perspectives de la situation complexe du Kosovo-Métochie.

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99