31 mai 2018

Le ministre serbe Marko Djuric s’exprime sur TV

Par Euro Libertes

Marko Djuric (Marko Đurić) est le directeur du bureau du Kosovo-Métochie, organe rattaché au gouvernement de Serbie à Belgrade. Fin mars 2018, il se trouvait dans la ville de Kosovska Mitrovica, lorsqu’il a été kidnappé et battu par un commando de police agissant au nom de l’État auto-proclamé du Kosovo. La presse occidentale n’a donné que très peu d’écho à cet événement brutal. Dans un entretien exclusif et inédit accordé à TV Libertés, conduit par Alexis Troude, Marko Djuric est revenu sur son agression et a longuement évoqué la situation et les perspectives de la situation complexe du Kosovo-Métochie.

Marko Djuric (Marko Đurić) est le directeur du bureau du Kosovo-Métochie, organe rattaché au gouvernement de Serbie à Belgrade.

Le Kosovo-Métochie, province sud de la Serbie, est le cœur historique de la Serbie et un trésor patrimonial de renommée mondiale pour ses monastères orthodoxes médiévaux.

De nos jours le Kosovo est majoritairement peuplé d’Albanais musulmans, dont la présence s’est progressivement accrue à partir du Moyen Âge et la conquête des Balkans par l’Empire ottoman. Cette province a déclaré unilatéralement son indépendance en 2008, consécutivement aux bombardements de la Serbie par l’OTAN en 1999. La Serbie n’a jamais reconnu la sécession de sa province sud, de même qu’un nombre considérable de pays dans le monde, tels la Chine, l’Inde ou la Russie.

Désormais, seul le nord du Kosovo est encore sous contrôle effectif de la Serbie. Fin mars 2018, le représentant de Belgrade Marko Djuric se trouvait dans la ville de Kosovska Mitrovica, lorsqu’il a été kidnappé et battu par un commando de police agissant au nom de l’État auto-proclamé du Kosovo. La presse occidentale n’a donné que très peu d’écho à cet événement brutal.

Dans un entretien exclusif et inédit accordé à TV Libertés, conduit par Alexis Troude, Marko Djuric est revenu sur son agression, et a longuement évoqué la situation et les perspectives de la situation complexe du Kosovo-Métochie.

EuroLibertés : toujours mieux vous ré-informer … GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le système ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertés ré-informe parce qu’EuroLibertés est un média qui ne dépend ni du Système, ni des banques, ni des lobbies et qui est dégagé de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertés est un acteur incontournable de dissection des politiques européennes menées dans les États européens membres ou non de l’Union européenne.

Ne bénéficiant d’aucune subvention, à la différence des médias du système, et intégralement animé par des bénévoles, EuroLibertés a néanmoins un coût qui englobe les frais de création et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les déplacements indispensables pour la réalisation d’interviews.

EuroLibertés est un organe de presse d’intérêt général. Chaque don ouvre droit à une déduction fiscale à hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une déduction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coûte en réalité que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertés.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertés (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigé vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sécurisée.
 

3 : Faire un don par chèque bancaire à l’ordre d’EuroLibertés

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-Bicêtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99