Les Ă©lections europĂ©ennes ont connu diffĂ©rents formes de scrutin depuis 2004, les citoyens Ă©taient notamment, lors des derniĂšres Ă©lections,  appelĂ©s Ă  voter au sein de 8 grandes rĂ©gions.  Le gouvernement vient de signifier sa volontĂ© de revenir Ă  la formule prĂ©cĂ©dente de scrutin basĂ©e sur des listes nationales. Une projet de loi va ĂȘtre proposĂ© prochainement.

La plupart des formations politiques se rĂ©jouissent de cette annonce. Le parti d’Emmanuel Macron,  qui aurait sans doute eu peine Ă  rĂ©unir des tĂȘtes connues dans chacune des rĂ©gions,  se fĂ©licite de cette dĂ©cision. Le FN,  partisan depuis longtemps d’une liste unique,  se rĂ©jouit, tout comme les centristes. Ces partis traditionnellement moins ancrĂ©s localement pensent certainement ainsi pouvoir faire un meilleur score avec une liste unique nationale.

Des voix dissonantes Ă  droite

La plupart des voix qui s’insurgent contre cette dĂ©cision Ă©manent de la droite. À l’instar du porte parole des RĂ©publicains,  Gilles PlĂątres, qui dĂ©clare sur Twitter :

“Le tripatouillage Ă©lectoral, nouvelle marque de fabrique d’En Marche : le Gouvernement vient de tuer officiellement le scrutin rĂ©gional pour les #Europeennes2019 au profit de listes nationales. Histoire de mieux faire Ă©lire les candidats hors-sol du parti macronien ! Pitoyable !”.

On peut se demander ce que cache ce refus des RĂ©publicains ? Alors que La RĂ©publique en Marche est un parti jeune et avec peu de cadres et sans ancrage local, Les RĂ©publicains, le parti de droite hĂ©ritier de l’UMP ou encore du RPR,  regorge de baronnies locales.  Ces hommes politiques bien connus dans leurs rĂ©gions sont souvent un argument de poids et rassurent l’électorat traditionnel de droite.

On peut aussi y voir pour les RĂ©publicains un scrutin qui obligera le parti Ă  prendre position entre ses courants europĂ©istes ou eurosceptiques, le dĂ©coupage rĂ©gional aurait pu permettre une rĂ©partition des postes entre “amis”


Article paru sur le site Paris Vox.

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99