Entretien avec Louis-Christian Gautier, auteur de Francophobie & anglophobie Ă  travers les siĂšcles aux Ă©ditions Dualpha

(Propos recueillis par Fabrice Dutilleul)

« L’histoire des relations entre la France, royale, rĂ©publicaine ou impĂ©riale,
et les Anglo-américains est émaillée de nombreux conflits plus ou moins aigus,
mais généralement minimisés ou carrément passés sous silence »

Quels ont été les principaux antagonismes historiques entre la France et les pays anglo-saxons (Angleterre et USA) ?

S’il faut rĂ©sumer, je dirai : pour le Royaume-Uni, la « Guerre de Sept ans » (1756-1763) Ă  l’issue de laquelle la France a en particulier perdu par le TraitĂ© de Paris « les arpents de neige du Canada » comme disait Voltaire (mais gardĂ© ses « Îles Ă  sucre »). Et, ce dont j’ai traitĂ© prĂ©cĂ©demment dans mon livre Mers-el-KĂ©bir-Pearl Harbor : deux poids, deux mesures, la systĂ©matiquement occultĂ©e OpĂ©ration « Catapult » (juillet 1940), qui a vu la destruction du gros de notre flotte mouillĂ©e en Afrique du Nord et la saisie par la violence des bĂątiments qui se croyaient en sĂ©curitĂ© dans les ports anglais. Outre, ce dont je n’ai pas traitĂ©, mais qui l’a Ă©tĂ© abondamment par d’autres, la tentative au Moyen Âge de crĂ©ation d’un royaume « anglo-français » par-dessus la Manche, depuis l’« Empire Plantagenet » jusqu’à la « guerre de Cent Ans ». Rappelons au passage que le souverain anglais n’a renoncĂ© au titre de « Roi de France » qu’à l’occasion de la Ire Guerre mondiale ! En ce qui concerne les États-Unis, les conflits ont Ă©tĂ© moins sanglants, si l’on excepte le dĂ©barquement de vive force en Afrique du Nord (alors française) de novembre 1942 que je cite dans Francophobie & anglophobie Ă  travers les siĂšcles. Mais comme je l’y rappelle, on a Ă©tĂ© durant la Ire RĂ©publique et l’Empire au bord de la guerre. Il y a aussi diffĂ©rentes façons de considĂ©rer les bombardements « libĂ©rateurs » de l’USAAF sur la France, ainsi que le dĂ©barquement de Normandie Ă  l’issue duquel il Ă©tait prĂ©vu la mise en place d’une administration militaire des territoires « occupĂ©s » (AMGOT).

Francophobie et anglophobie sont-elles toujours d’actualitĂ© ou est-ce un temps rĂ©volu ?

Le passĂ© explique le prĂ©sent et non l’inverse : il y a toujours eu une rivalitĂ© que l’on peut qualifier de « gĂ©opolitique » entre la France et l’Angleterre, non seulement en Europe, mais sur l’ensemble de la planĂšte, lorsque les deux pays se sont trouvĂ©s en concurrence lors des diffĂ©rentes phases de colonisation, sous notre monarchie comme sous la IIIe RĂ©publique (faut-il rappeler l’« incident » de Fachoda qui a dĂ©clenchĂ© en France une explosion anglophobe comparable Ă  celle qui a suivi l’« assassinat » de Jumonville ?). Et le rĂ©cent Brexit rĂ©veille de vieux dĂ©mons, mĂȘme si pour nos voisins d’outre-Manche, aprĂšs avoir Ă©tĂ© l’Allemagne, la puissance continentale dĂ©signĂ©e comme « ennemi potentiel » est actuellement la Russie. Mais le Royaume-Uni est devenu, depuis la perte de son Empire, une puissance de seconde zone et a Ă©tĂ© supplantĂ© comme grande thalassocratie et « leader » du monde anglo-saxon par les États-Unis dont il est dĂ©sormais le « suiveur ». Avec tout ce que ceci implique vis-Ă -vis des « Continentaux ».

Quels sont les événements qui vous ont le plus interpellé parmi tous ceux que vous décrivez ?

TrĂšs subjectivement, et parce qu’ils font partie des « oubliĂ©s de l’Histoire », les dĂ©mĂȘlĂ©s entre la jeune RĂ©publique française et l’à peine plus jeune État amĂ©ricain. En particulier la tentative par les reprĂ©sentants de la premiĂšre (Genet, puis Adet) de faire la leçon au second et d’interfĂ©rer dans sa politique, y compris intĂ©rieure. Ce qu’il a trĂšs mal pris.

Quelles conclusions tirez-vous de vos recherches sur la Francophobie et l’anglophobie à travers les siùcles ?

Qu’en particulier dans le domaine de l’Histoire les choses sont rarement simples, contrairement Ă  ce que les « rĂ©ductionnistes » de tous poils essaient de faire croire au public en fonction des circonstances. Qu’il n’y a pas d’« ennemi absolu », et que celui que l’on prĂ©sente comme « hĂ©rĂ©ditaire » ne l’est en gĂ©nĂ©ral que pour la propagande du moment. Avec par exemple pour « cas concret » le fait que justement dans la « Guerre de Sept ans » l’Angleterre Ă©tait alliĂ©e Ă  la Prusse et la France Ă  l’Autriche. Puis l’on a retrouvĂ© tout le monde uni contre NapolĂ©on : « le Monstre », l’« Ogre » selon la terminologie des AlliĂ©s d’alors, etc.

Francophobie & anglophobie à travers les siùcles, suivi de Les Anglais et nous de Jean Luchaire, de Louis-Christian Gautier, Éditions Dualpha, 268 pages, 29 euros. Pour commander ce livre, cliquez ici.

Francophobie & anglophobie à travers les siùcles, suivi de Les Anglais et nous de Jean Luchaire, de Louis-Christian Gautier, Éditions Dualpha.

Francophobie & anglophobie à travers les siùcles, suivi de Les Anglais et nous de Jean Luchaire, de Louis-Christian Gautier, Éditions Dualpha.

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99