25 février 2017

Au Tribunal de l’Histoire : tous coupables !

Par Richard Dessens

 

Il est surprenant de voir les « progressistes » et « humanistes » de tous bords, rejetant le passé au nom d’un avenir qui serait toujours un progrès, se servir de l’Histoire, socle même d’un passé dépassé à leurs yeux, pour la dévoyer à leur profit politique du moment.

Ou on rejette l’Histoire, ou on la prend en ce qu’elle jalonne un passé révolu. Mais utiliser des évènements anciens, dans un contexte très éloigné de nos valeurs actuelles, en les analysant avec les valeurs d’aujourd’hui, est une imposture méprisable, caractéristique d’une primarité intellectuelle redoutable.

John Locke, le père anglais du libéralisme, adulé depuis plus de trois siècles, était actionnaire d’une société d’esclavage. Il faut donc brûler John Locke à la lumière de notre époque. Jean-Jacques Rousseau, idole des humanistes sociaux, inspirateur prétendu de la Révolution, abandonna ses cinq enfants à l’assistance publique. Belle moralité… Il faut donc dégrader Rousseau au nom du respect de l’enfance en danger.

Arrêtons tout enseignement de l’Antiquité et de ses auteurs : Aristote, Cicéron, Platon, et tous les autres suppôts de l’esclavagisme, et défenseurs d’un Droit qui étouffait la femme.

Et les Croisades ? Ingérence inadmissible au Proche-Orient ; fauteuses de guerres de religions révoltantes imprégnées d’un racisme insoutenable : bannissons cette époque qui perpétra des crimes inouïs contre l’humanité.

La IIIe République ? Quelle horreur ! Tous ces anarchistes qui furent longtemps antisémites pour partie d’entre eux ; les socialistes et radicaux qui colonisèrent le monde à coups de canonnières, de Chassepot et de Lebel, massacrant des peuples et imposant le christianisme.

L’Espagne du XVIe siècle, qui commit un véritable génocide en Amérique centrale et du sud, crucifix en tête ; les Européens qui en commirent un autre au XIXe siècle aux États-Unis, massacrant toutes les tribus indiennes dans des conditions épouvantables. Colonisation sanglante. La colonisation par l’Islam naissant et triomphant du VIIe au XIe siècles notamment, de l’Afrique, de l’Asie, de l’Espagne, après les massacres de la lutte pour le Pouvoir entre Ali et les proches du Prophète, donna lieu à de nombreux massacres et esclavagisation de millions d’êtres.

En réalité, toute l’Histoire de France, d’Angleterre, d’Allemagne, d’Espagne, d’Europe et du Monde, doit être mise à l’index au nom de nos valeurs aseptisées d’un XXIe siècle détenteur de la Vérité absolue résumée dans la nouvelle bible de la nouvelle religion mondiale appelée « Déclaration Universelle des Droits de l’Homme ». Enfin !… Depuis le temps qu’on attendait la Vérité révélée…

Quand laissera-t-on enfin l’Histoire aux mânes de nos ancêtres européens et de celles des autres d’ailleurs, Africains, Orientaux ou Asiatiques ?

Comment juger des faits d’un ou de plusieurs siècles dans un contexte contemporain ?

Les modes de vie et de pensée de nos grands-parents étaient déjà très loin des nôtres d’aujourd’hui… Alors… Chacun croit toujours bien faire et respecter les règles en fonction des valeurs de son temps, non de celles passées ou encore moins celles d’un futur angélique, putatif et souvent suicidaire.

Arrêtons de violer l’Histoire pour la salir et lui faire enfanter des monstres intemporels. Toute cette démarche procède de la science-fiction ou de la malhonnêteté.

Pire, du mépris du passé, de l’injure à nos ancêtres. Mais en même temps, pour tous ceux qui violent l’Histoire, les ancêtres ne sont que l’expression d’une culture et d’une civilisation rejetées et même détestées. Leur logique est donc cohérente, dans une idéologie de mixité totale qui fait table rase de la Nature et d’un Passé qui font honte aux esprits exceptionnels qui pensent pour nous.

Quel sera le jugement du Tribunal de l’Histoire en 2117 sur les propos de nos juges péremptoires ? Mais leur intelligence est telle qu’elle triomphe, à elle seule, de milliers d’années d’Histoire d’errances, d’erreurs et d’horreurs. Pourvu qu’elle ne s’impose pas pour l’avenir…

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertés n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontés aussi dévouées soient elles… Sa promotion, son développement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nécessitent une équipe de collaborateurs compétents et disponibles et donc des ressources financières, même si EuroLibertés n’a pas de vocation commerciale… C’est pourquoi, je lance un appel à nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prêts à nous aider ; il faut dire qu’ils sont très sollicités par les medias institutionnels… et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertés et eux, c’est assez incompatible !… En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertés.