En notre Ăšre d’économie globale, de mondialisation de la propagande politicienne et « culturelle », de brassage des races et des ethnies, toute minoritĂ© – fĂ»t-elle celle des adorateurs de n’importe quelle « divinitĂ© maboule » (un nĂ©ologisme piquĂ© Ă  Emil Cioran) – rĂ©clame et gĂ©nĂ©ralement obtient son droit Ă  la reconnaissance
 donc Ă  sa capacitĂ© de nuisance envers autrui.

Emil Cioran.

Emil Cioran.

Certaines femmes ont obtenu le droit Ă  l’avortement de complaisance et mĂȘme son remboursement intĂ©gral par la SĂ©curitĂ© Sociale. En consĂ©quence, chaque dĂ©cennie, 2,5 millions de bĂ©bĂ©s ne naissent pas en France et l’on importe du million d’immigrĂ©s d’origine extra-europĂ©enne
 cherchez l’erreur stratĂ©gique !

Et lorsque des observateurs de l’évidence dĂ©noncent l’erreur dramatique qu’est l’immigration-invasion, on cherche Ă  les faire taire, en les diabolisant ou en les envoyant affronter un juge. La rĂ©ponse est Ă  la fois grotesque et inadaptĂ©e.

À l’opposĂ© de la Loi Veil, des LGBT veulent absolument goĂ»ter aux joies et aux charmes (supposĂ©s) de la paternitĂ©-maternitĂ©.

Certes, il y aura des couples homosexuels qui Ă©duqueront aussi bien leur(s) enfant(s) que les moins mauvais des couples parentaux normaux
 car, n’en dĂ©plaise Ă  certain(e)s propagandistes, un couple homme-femme ne met les enfants Ă  l’abri ni de l’alcoolisme ou de la toxicomanie des parents, ni des brutalitĂ©s, ni des sĂ©vices moraux, voire sexuels. Et tous – homo et hĂ©tĂ©ro bons Ă©ducateurs – pourront ainsi goĂ»ter Ă  la somme d’emm
 (disons : d’ennuis) que procurent les adorables rejetons.

Des maladies infantiles et caprices du nourrisson aux Ă©merveillements du bambin de l’école maternelle et primaire (mais aussi Ă  ses premiĂšres confrontations avec les « petits camarades »), puis les Ă©mois, les rĂ©voltes en principe idĂ©alistes, en rĂ©alitĂ© souvent narcissiques, et les super-caprices plus ou moins coĂ»teux de l’adolescence : il n’existe aucune raison d’en priver les parents homosexuels.

Tous, homo et hĂ©tĂ©ro, pourront ensuite, Ă  l’orĂ©e de la vieillesse, contempler l’arrogance et l’ingratitude de leurs dĂ©licieux bambins muĂ©s en adultes. Soyons honnĂȘtes, il existe des enfants sympathiques et reconnaissants au long cours : pas question d’en priver les LGBT mĂ©ritants.

Dans un autre registre minoritaire, que des sectateurs du dieu-camembert ou de n’importe quelle invention de l’esprit humain veuillent manifester leur foi, leur dĂ©lire, leur « crĂ©ativité », pourquoi pas ? C’est rarement beau, mais parfois pittoresque. Toutefois, il est hors de question que les sectaires puissent obtenir des faiseurs de lois et autres pondeurs de dĂ©crets l’interdiction de s’exprimer pour celles et ceux qui s’opposent Ă  leurs billevesĂ©es.

Toutes les minoritĂ©s ethniques, religieuses, politiques, sectaires, parascientifiques etc. doivent avoir le droit de s’exprimer – hormis calomnies et pornographie publiquement affichĂ©es que la loi doit interdire. Mais aucune minoritĂ© ne peut empĂȘcher l’expression d’une autre minoritĂ© et encore moins celle de la majoritĂ© des citoyens.

Que les gaucho-bolcho-trotskystes, qui sont souvent des fils et des filles-Ă -papa friquĂ©s, hyperprotĂ©gĂ©s par les relations de papa ou de maman, dĂ©truisent les biens de ceux qui ne partagent pas leur dĂ©lire ou se mettent courageusement Ă  cinq ou six pour tabasser un opposant, cela ne devrait pas ĂȘtre admis. Or la « Justice », du moins en France ou en Italie, s’avĂšre fort laxiste pour les fifils et fifilles BCBG et « à relations », temporairement adonnĂ©s Ă  l’activisme dit « d’extrĂȘme-gauche ».

Que ces gamins et gamines se donnent l’illusion de « prĂ©parer la rĂ©volution », solubilisant leur marxisme dans l’alcool et d’autres stupĂ©fiants, en attendant de jouir des millions de papa ou de maman planquĂ©s en Suisse, au Lichtenstein, au Luxembourg, Ă  Gibraltar, dans les Îles anglo-normandes ou en quelque autre lieu plus exotique, si cela les amuse, Pourquoi pas ! Du moins, doit-on les empĂȘcher de nuire Ă  d’honnĂȘtes citoyens qui n’ont ni leur fortune ni leurs idĂ©es dĂ©mentes
 celles-lĂ  mĂȘmes qui ont occasionnĂ© la mort de 150 Ă  200 millions d’ĂȘtres humains au XXe siĂšcle et gĂąchĂ© irrĂ©mĂ©diablement l’existence de deux milliards de pauvres diables obligĂ©s de vivre dans les ineptes et sanglantes dictatures marxistes.

La libertĂ© d’expression ne se divise pas. Elle n’est pas la propriĂ©tĂ© d’un lobby, d’une race ou d’une ethnie, d’une religion, d’un groupe de partis politiques ou d’une secte, cette possession exclusive dĂ©finissant le totalitarisme.

On doit accorder le droit de s’exprimer non seulement Ă  toute minoritĂ©, mais Ă  toutes les minoritĂ©s, mĂȘme celles qui dĂ©plaisent aux maĂźtres du jeu actuel. Enfin, il faut toujours se rappeler qu’il n’est qu’un seul souverain lĂ©gitime de l’État : la Nation, qui doit ĂȘtre impĂ©rativement consultĂ©e avant tout choix majeur de sociĂ©tĂ©, engageant l’avenir.

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99