Le Pape Pie XI, dont la politique fut trĂšs contestable, avait eu cependant une vision funeste de l’avenir, ce qui lui avait fait dĂ©clarer : « Viendra le temps des crimes lĂ©gitimĂ©s ; des crimes sans assassins, des effets sans cause ! »

Nous en sommes lĂ .

L’officialisation du parjure par de Gaulle, et par les politiques qui se sont recommandĂ©s de lui, a ouvert la porte Ă  l’infamie sans risques. L’attaque rĂ©cente de la police par des mortiers, armes de guerre, a officialisĂ© en quelque sorte le conflit. Et voici que le meurtre au couteau de quatre policiers oblige le rĂ©gime Ă  d’énormes contorsions, pour tenter d’expliquer que le meurtrier Ă©tait fou, mais que sa dĂ©termination meurtriĂšre n’avait rien Ă  voir, avec sa conversion Ă  l’Islam.

En effet, les gouvernements de la Ve RĂ©publique qui se sont succĂ©dĂ©s ont bien prĂ©cisĂ©, jurĂ©, crachĂ© que l’Islam n’était pas plus criminel que le catholicisme, et il se trouve que pour la premiĂšre fois dans notre histoire, un Pape Romain a fortement appuyĂ©, cette assurance.

Il est pratiquement interdit de suspecter que les djihadistes, qui faisaient rĂŽtir leurs prisonniers pour la gloire d’Allah, aient eu quelque influence sur certains musulmans dont la rĂ©publique a fait des citoyens.

Monsieur Zemmour qui ose dire le contraire sera puni, car il n’est pas permis, suivant ce qu’en affirma Jacques Chirac, que le souci moral puisse l’emporter sur la loi rĂ©publicaine. La thĂšse officielle, c’est que les criminels sont fous, mais que leur folie n’a rien Ă  voir avec la dĂ©claration de Khomeyni, dĂ©crĂ©tant que rien n’est plus louable que de se faire tuer et de tuer pour la gloire d’Allah !

Éric Zemmour.

Éric Zemmour.

Mais quand il faut expliquer comment ces musulmans « citoyennisĂ©s » deviennent des fous, le gouvernement macronien n’a pas encore trouvĂ© quoi rĂ©pondre ! En attendant, il manque Ă  son devoir essentiel qui est de protĂ©ger les citoyens. En effet les moyens de se dĂ©fendre sont interdits et un Français (de souche) sortirait-il un revolver pour abattre un agresseur qu’il serait immĂ©diatement condamnĂ© pour meurtre avec arme prohibĂ©e !

La situation s’alourdit inexorablement. Cette annĂ©e, si l’automne semble avoir eu raison des incendies, durant l’étĂ© on sait que quantitĂ© de dĂ©parts de feu furent simultanĂ©s, ce qui suppose une vĂ©ritable organisation criminelle. On n’a pas retrouvĂ© les coupables et je ne sais pas si on les a cherchĂ©s ou s’il est encore possible dans certains milieux de pĂ©nĂ©trer pour enquĂȘter.

Et de mĂȘme que l’on a vite « accidentalisé » l’incendie de Notre Dame Ă  Paris, on ne trouve jamais les profanateurs des Ă©glises qui se multiplient dans l’indiffĂ©rence de la RĂ©publique.

Il est toujours interdit de supposer un lien entre la multiplication des crimes, des viols et des vols avec l’augmentation des populations immigrĂ©es. Le terme mĂȘme d’« invasion » serait interdit, si l’on ne se rĂ©fĂ©rait pas Ă  ValĂ©ry Giscard d’Estaing qui l’employa.

Et si l’on s’est complu Ă  louer Jacques Chirac de ne pas avoir envoyĂ© nos troupes soutenir les agresseurs yankees contre l’Irak en 2003, on n’a pas donnĂ© les vĂ©ritables raisons de ce refus qui n’avait rien de moral : c’est que l’armĂ©e n’était plus sĂ»re ! En 1999, les marins musulmans du porte-avions Foch, s’étaient mutinĂ©s pour ne point frapper leurs « frĂšres » du Kosovo !

En 1990, un rapport remis au ministre Jean-Pierre ChevĂšnement notait que chez les « Beurs » engagĂ©s, on comptait 3,5 fois plus de dĂ©sertions, 6 fois plus de refus d’obĂ©issance, 6 fois plus d’outrages aux supĂ©rieurs et 8 fois plus d’insoumissions que chez les autres engagĂ©s.

Et rien ne serait fait pour endiguer cette tendance, puisqu’en 2009, les soldats musulmans refusùrent de combattre leurs frùres d’Afghanistan !

Il fallut envoyer une unitĂ© de fusiliers marins pour les rĂ©duire ! Et la tendance ne fit que s’aggraver puisqu’en 2015, le Charles De Gaulle qui avait engagĂ© 300 musulmans dans son personnel dut rentrer de toute urgence, ayant subi un certain nombre de sabotages !

On peut donc aujourd’hui prĂ©sumer que si le mĂ©nage n’a pas Ă©tĂ© fait, des chambrĂ©es entiĂšres d’engagĂ©s occidentaux pourraient ĂȘtre Ă©gorgĂ©es, si quelque « Mahdi » en donnait l’ordre !

Mais plus que l’incapacitĂ© rĂ©publicaine Ă  prendre les mesures qui s’imposent, je suis vĂ©ritablement effarĂ© de l’initiative papale qui vient d’inaugurer au Vatican l’énorme groupe statuaire d’un ensemble de migrants, destinĂ© Ă  rappeler aux Catholiques le devoir d’accueil envers toujours plus de migrants !

Bien sĂ»r, cette Ɠuvre fastueuse a dĂ» coĂ»ter fort cher, ce qui est dĂ©jĂ  un scandale sur l’orientation des deniers du Culte. Mais plus encore, il participe au mensonge officiel, suivant lequel, les populations migrantes seraient composĂ©es de gens misĂ©rables et menacĂ©s !

Il est facile de constater sur tous les documents que des bateaux entiers sont porteurs de jeunes gens bien en chair, Ă  l’exclusion presque totale de femmes et d’enfants, et que ces jeunes gens, pourvus de gilets de sauvetage dernier modĂšle, manipulent des iPhones, que quantitĂ© de jeunes Français ne pourraient se payer ! Il serait assez facile d’enquĂȘter sur cette monstrueuse opĂ©ration qui vise Ă  dĂ©sordonner nos nations occidentales, mais si nous exceptons quelques pays de l’Est et la Russie qui rĂ©agissent contre la manƓuvre, quantitĂ© de nos dirigeants sont complices de l’invasion, et des consĂ©quences sanglantes qui s’ensuivront.

Pour avoir fait la guerre aux avant-postes, j’en sais l’horreur, et parvenu à l’impuissance de l’ñge, je n’aurais pas voulu voir mes petits-fils en courir le risque.

Aujourd’hui je commence Ă  en concevoir non pas seulement la possibilitĂ©, mais la nĂ©cessitĂ© vitale pour tenter de sortir de la sujĂ©tion qui nous contraint.

Et ce n’est pas sans apprĂ©hension que je me rĂ©pĂšte la derniĂšre rĂ©plique de Giraudoux dans Électre ou une femme interroge sur le sens du dĂ©sastre : « Comment cela s’appelle-t-il quand le jour se lĂšve comme aujourd’hui et que tout est gĂąchĂ©, que tout est saccagĂ©, et que l’air pourtant se respire, et qu’on a tout perdu, et que la ville brĂ»le, que les innocents s’entre-tuent, mais que les coupables agonisent dans un coin du jour qui se lĂšve ? »

« Cela a un trĂšs beau nom femme. Cela s’appelle l’aurore  »

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99