par Alimuddin Usmani.

Europe – En 2017, les pays d’Europe ont accordĂ© l’asile à 538’000 migrants. Le continent ne constitue toutefois pas un bloc monolithique sur cette question, il y a des diffĂ©rences notables entre les pays d’Europe de l’Ouest et les pays d’Europe centrale et orientale. Ainsi, l’Allemagne a accordĂ© l’asile Ă  325’370 migrants, ce qui reprĂ©sente 3945 personnes par million d’habitants allemands. L’Autriche suit de prĂšs avec 3865 personnes (par mio. d’hab.) et la SuĂšde se situe Ă  3125 demandes d’asile accordĂ©es (par mio.d’hab.).
Dans le bas du tableau on retrouve la Slovaquie qui a accordĂ© l’asile Ă  10 personnes par million d’habitants et la RĂ©publique tchĂšque et la Pologne avec le chiffre de 15 par million d’habitants. Bien entendu, il y a eu beaucoup plus de demandes d’asile en Allemagne, en Autriche et en SuĂšde que dans les pays d’Europe centrale mais les uns sont de toute Ă©vidence moins laxistes et plus pointilleux que les autres quand il s’agit d’examiner une demande d’asile.
Pourquoi de telles diffĂ©rences ? C’est tout simplement parce que les pays du groupe de VisegrĂĄd refusent de participer Ă  cette escroquerie Ă  grande Ă©chelle qu’est l’asile. Ses dirigeants parlent un langage clair et ne sont pas dupes par rapport au dĂ©voiement de l’asile. Ils craignent Ă©galement leurs opinions publiques qui sont fortement hostiles Ă  l’immigration incontrĂŽlĂ©e.
L’escroquerie se fait parfois ouvertement et sans complexe. Lorsque les jeunes hommes africains sont interrogĂ©s sur les bateaux des ONG qui les ramĂšnent en Europe, ils n’ont aucun problĂšme Ă  avouer face camĂ©ra qu’ils viennent en Europe pour de nouvelles opportunitĂ©s et pour une vie plus confortable.
Pourtant, ceux-ci  vont presque tous mentir, Ă  l’aide d’histoires inventĂ©es, aux fonctionnaires qui examinent leur demande. Ceux-ci devraient ĂȘtre, en toute logique, expulsĂ©s systĂ©matiquement dans leur pays d’origine. Cependant, le manque de coopĂ©ration des pays de dĂ©part rendent ces expulsions difficiles et les migrants le savent bien.
Du moment qu’ils ont atteint le sol europĂ©en, il est trĂšs difficile et coĂ»teux de les renvoyer.
Les diffĂ©rentes aides matĂ©rielles et financiĂšres accordĂ©es aux clandestins dans les pays d’Europe occidentale n’arrangent Ă©galement pas les choses. C’est pour cette raison qu’ils se dirigent en prioritĂ© en Allemagne et en SuĂšde plutĂŽt qu’en Pologne ou en Hongrie. En rĂ©alitĂ©, le systĂšme, qui accorde trĂšs gĂ©nĂ©reusement l’asile, encourage les migrants Ă  mentir sur les raisons de leur venue en Europe et Ă  prendre des risques pour leur vie en traversant illĂ©galement les frontiĂšres.
Les reprĂ©sentants des ONG avancent que les migrants qu’ils ont sauvĂ© des eaux Ă  proximitĂ© des cĂŽtes libyennes ont subi des tortures en Libye et qu’ils n’avaient pas d’autre choix que de prendre la mer. Or, en quoi un NigĂ©rian ou un Gambien qui aurait subi des mauvais traitements en Libye serait lĂ©gitime Ă  s’installer en Europe plutĂŽt que de retourner en sĂ©curitĂ© dans son pays d’origine ?
Tout ceci est en rĂ©alitĂ© une mascarade et les ONG, qui agissent souvent avec le patronage de George Soros, ont pour mission d’inonder l’Europe de migrants pour des raisons idĂ©ologiques et obscures.
L’idĂ©ologie droit-de-l’hommiste, qui prospĂšre dans les pays d’Europe occidentale, permet Ă  la classe politique et aux ONG immigrationnistes d’aggraver l’immigration de masse et de faire du lobbying constant pour permettre aux migrants dĂ©boutĂ©s de rester sur le territoire national. Cette idĂ©ologie a eu plus de mal Ă  prospĂ©rer dans des États anciennement communistes et autoritaires. Par ailleurs, l’immigration Ă©tait contrĂŽlĂ©e par l’État et non par l’économie.
De son cĂŽtĂ©, le patronat, en Occident, pouvait importer de la main d’oeuvre bon marchĂ© de pays extra-europĂ©ens presque comme bon lui semblait. Le processus s’est poursuivi avec le regroupement familial et les enfants de ces travailleurs non-qualifiĂ©s ont connu des destins divers.
NĂ©anmoins, force est de constater la constitution de sociĂ©tĂ©s parallĂšles, oĂč la dĂ©linquance est plus accentuĂ©e qu’ailleurs, en particulier en Grande-Bretagne, en France, en Belgique, en Allemagne et mĂȘme en SuĂšde. Les pays d’Europe centrale n’ont jamais connu d’immigration extra-europĂ©enne de masse et l’expĂ©rience nĂ©gative des pays d’Europe occidentale, menacĂ©s dans leur identitĂ© ethno-culturelle, est fortement dissuasive. Il reste un long chemin avant que la ligne dure en matiĂšre d’immigration ne s’impose totalement en Europe mais quelques signes encourageants laissent penser que cette ligne sera irrĂ©versible et qu’elle sera la seule voie Ă  suivre.
Article paru sur le VPost.

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99