La rapiditĂ© de la soumission de Trump au systĂšme a Ă©tĂ© admirable, comme la soumission de Syriza en GrĂšce, ou la rapiditĂ© de l’annulation du Brexit ! Comme dirait CĂ©line, la rĂ©sistance populiste ne demande qu’à foutre le camp – ou Ă  cliquer rageusement sur sa souris


Voyons le cas de Marine Ă©lue.

La France aurait des taux d’intĂ©rĂȘt pour rembourser sa dette qui monteraient le soir mĂȘme Ă  10 %. La France aurait une rĂ©volution orange dans la rue. La France aurait une rĂ©bellion de la fonction publique. La France aurait une fuite de capitaux. La France aurait des bourgeois dĂ©sespĂ©rĂ©s par l’effondrement du prix des appartements parisiens et des chĂąteaux ancestraux. La France se ferait ferrer par l’Otan encore plus vite que la Serbie. La France se prendrait les attentats les plus rapides de sa carriĂšre
 Pour toutes ces raisons, le systĂšme veut Marine.

Il y a un mĂ©contentement unique. Il ne cesse pas encore et il peut ĂȘtre stoppĂ©. Par qui ? Par l’élection du candidat rĂ©siduel le plus mĂ©chant pour l’oligarchie mondiale : le candidat FN, qui est lĂ  depuis trente ans. Le caractĂšre pseudo-rĂ©volutionnaire (la Bastille) de la France ici sera utilisĂ© Ă  plein. Soumettons les Français et le reste suivra vite.

Donc je dis : le systĂšme a intĂ©rĂȘt Ă  faire Ă©lire Marine Le Pen. Le bataclan, si elle est Ă©lue, serait tel qu’elle se soumettrait encore plus vite que son modĂšle Trump. Le systĂšme pourrait alors imposer plus vite son agenda terroriste et totalitaire : guerre contre la rebelle Russie, invasion du sud, abolition du cash, contrĂŽle biomĂ©trique, interdiction de l’or, censure du rĂ©seau, etc.

Le chaos de l’élection FN serait tel que le tsunami (qui est comme on sait une mĂ©thode de contrĂŽle froid, comme l’attentat, l’effet de serre, le rĂ©fugiĂ©) serait imparable. Donc le systĂšme va faire Ă©lire Marine qui a dĂ©jĂ  donnĂ© des garanties en virant son pĂšre. Tel est son intĂ©rĂȘt : crever l’abcĂšs populiste une fois pour toutes.

Dans mon livre sur Trump (1), publiĂ© avant son Ă©lection, j’annonçais dĂ©jĂ  la couleur (p. 171) : « Relisant les pages informatives que nous avons rassemblĂ©es sur Donald Trump, nous traversons une crise morale. Tout nous semble boursouflĂ©, truquĂ©, presque minable. Ses affaires, sa fortune mĂȘme semble gonflĂ©e. Ses propos sont nuls ou scandaleux, ou ne mĂ©ritent mĂȘme pas d’ĂȘtre relevĂ©s.

Quelques propositions intĂ©ressantes et courageuses sont vite contredites. Sa politique est inapplicable et c’est tant mieux comme ça. Il suscite en outre tellement d’hostilitĂ© Ă  l’étranger et dans les milieux importants (tĂ©lĂ©vision, nĂ©goces) qu’il risque d’ĂȘtre ruinĂ© avant mĂȘme l’élection. »

Et la suite Ă©tait simple Ă  prĂ©voir au chapitre XVII : «  il semble que l’affaire Trump va servir d’opĂ©ration psychologique au niveau mondial. Le systĂšme a peur des foules, et il a besoin de faire un exemple – en montrant le mauvais
 l’accusation de racisme, de nazisme, de fascisme, de machisme par les mĂ©dias, les excĂšs ou soi-disant excĂšs de Trump porteront leurs fruits et tout le petit monde du petit blanc frustrĂ© rentrera dans sa niche comme en France. Il sera “agitĂ©â€ une nouvelle fois avant de “s’asservir” pour rien, et c’est tant mieux ! »

Je donnais une bonne rĂ©fĂ©rence cinĂ©ma datant des troublĂ©es annĂ©es Nixon-Ford (plus troublĂ©es qu’en 2017, car il y avait un reste de marxisme et le militant Ă©tait encore disposĂ© Ă  se sacrifier pour les imposer – aujourd’hui il clique) : « Dans le Film Network de 1976, le prĂ©sentateur tĂ©lĂ© Howard Beale invite le tĂ©lĂ©spectateur Ă  se rebeller et Ă  gueuler par sa fenĂȘtre – ce qu’il s’empresse de faire. Ensuite pour plaire Ă  son patron, qui parle de marks, de dollars, de roubles, de shekels, de marchĂ©, de capital, de chiffres, de systĂšme holistique, de nature (le capital adore ça), d’investissements, de fin des peuples, de pognon, de “mouvement autonome du non-vivant”, il prĂȘche un Ă©vangile de la rĂ©signation – et se fait enfin tuer pour baisse de taux d’écoute ! Le film marquait la transition de la rĂ©bellion Ă  la soumission. »

Et je continuai : « Il se peut que Trump serve aussi d’exorcisme Ă  la fin pour calmer le ressentiment gĂ©nĂ©ral en AmĂ©rique et organiser plus calmement la faillite du pays qui a dĂ©jĂ  commencĂ©, mĂȘme si elle est dĂ©crite rarement. La fascisation et la militarisation des Etats-Unis dĂ©crite par Paul Craig Roberts serviront Ă  prĂ©venir ou Ă©craser massivement toute rĂ©bellion, d’oĂč qu’elle vienne. Il semble bien que l’on en prenne aussi le chemin en France. »

Oui, faire monter le pĂ©ril FN et mĂȘme faire Ă©lire Marine est la meilleure chose qui puisse arriver au systĂšme. La bourse et l’immobilier Ă©croulĂ©s pour un temps assez bref serviront les malins. L’optimisme des antisystĂšmes, on sait oĂč cela mĂšne (Cuba ? Caracas ?)


Je rappelais que cette tactique est dĂ©crite par Aristote dans sa remarquable Politique : « Dans la dĂ©mocratie, les rĂ©volutions naissent avant tout de la turbulence des dĂ©magogues. Pour ce qui concerne les particuliers, ils contraignent par leurs dĂ©nonciations perpĂ©tuelles les riches eux-mĂȘmes Ă  se rĂ©unir pour conspirer ; car la communautĂ© de crainte rapproche les gens les plus ennemis. »

Et le plus grand philosophe de l’AntiquitĂ© de ponctuer froidement, comme s’il avait prĂ©vu la fin du mauvais film : « Par leurs injustices, les dĂ©magogues et leurs compĂšres avaient contraint les citoyens puissants Ă  quitter la ville ; mais les exilĂ©s se rĂ©unirent, et, revenant contre le peuple, ils lui arrachĂšrent tout son pouvoir. »

Cette tactique (une simple opĂ©ration psy) n’a pas changĂ© depuis trois mille ans. Le peuple en a parfois marre des Ă©lites. Les Ă©lites laissent un populiste arriver au pouvoir, puis elles le liquident – sauf quand elles le secondent, comme dans le cas trop connu du caporal bohĂ©mien.

Sourions, nous sommes bien gardés !

Bibliographie

Aristote – Politique, livre VIII, thĂ©orie gĂ©nĂ©rale des rĂ©volutions (traduit par BarthĂ©lĂ©my Sant-Hilaire, 1874 [sur Remacle.org]).

Nicolas Bonnal – Donald Trump, candidat du chaos, Éditions Dualpha, chapitres XVI et XVII.

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.