C’était sĂ»r qu’Hilary Clinton allait ĂȘtre Ă©lue. On s’en rĂ©jouissait Ă  l’avance. On ressortait les people, chanteurs, et acteurs orduriers comme Robert de Niro, pour vilipender l’horreur Trump, la catastrophe impossible, la « vulgarité » incarnĂ©e comme l’a si bien dĂ©crit avec tact, Ă©lĂ©gance et sens de la diplomatie, notre PrĂ©sident François Hollande, pĂąle copie du susnommĂ© de Niro.

Il n’y avait pas un plateau de tĂ©lĂ©vision, pas une radio, pas un journaliste pour dĂ©fendre, ou mĂȘme essayer de comprendre les AmĂ©ricains et la personnalitĂ© de Donald Trump, rabaissĂ© avec mĂ©pris plus bas que terre.

Les sondeurs, imperturbables, annonçaient avec une parfaite rĂ©gularitĂ© la victoire Ă©vidente d’Hilary Clinton.

Et l’Europe, abasourdie, dĂ©couvre l’impensable pour les Ă©lites de l’intelligence : Donald Trump est Ă©lu haut la main. Que s’est-il passé ? Une fois encore le peuple a mal votĂ©. Comme en 2005 en France, comme en juin 2016 en Grande-Bretagne, comme en octobre 2016 en Hongrie. Et pourtant les Ă©lites ne peuvent pas se tromper. L’explication pour Trump ? Les sondeurs se sont simplement trompĂ©s car des Ă©lecteurs habituellement abstentionnistes sont allĂ©s voter pour Trump pour manifester leur rejet des politiques traditionnels. Belle explication « scientifique » de politologues aveuglĂ©s par leurs propres convictions.

Ne pourrait-on pas enfin admettre, d’une part, que nos « élites » – people, intellectuels, journalistes – ne reprĂ©sentent plus – s’ils l’ont jamais reprĂ©sentĂ© – le pays rĂ©el ; d’autre part, qu’ils s’acharnent Ă  prĂ©senter comme Ă©videntes leurs seules opinions personnelles ?

En rĂ©alitĂ©, c’est bien tout le problĂšme de l’information en France et en Europe occidentale qui est Ă  nouveau posĂ©. Nos intellectuels et journalistes dĂ©testent les prĂ©sidents de Pologne, de Hongrie, de Russie, sont tous pour l’Union europĂ©enne actuelle – sauf quelques critiques, car il en faut, mais Ă  la marge –, Ă©taient Ă©videmment contre le Brexit, et traitaient Trump d’un souverain mĂ©pris ouvertement affichĂ©. Leur haine pour Marine Le Pen devant ĂȘtre plus travestie, ils se rattrapaient sur Trump, dans une grossiĂšre assimilation commode, mais correspondant globalement Ă  leur pensĂ©e politique. Les rĂ©flexions et analyses intelligentes mĂšnent obligatoirement Ă  cette pensĂ©e unique insupportable qui refuse les Ă©videntes demandes des peuples qui, malgrĂ© le matraquage de l’information, se font de plus en plus pressantes. Nos journalistes, listant cette longue litanie de catastrophes, en arrivent Ă  prĂ©dire l’élection de Marine Le Pen en mai 2017. Il ne manquerait plus que cela ! Le problĂšme est que les suites catastrophiques annoncĂ©es des Ă©vĂšnements prĂ©cĂ©dents ne se sont pas produites.

Pauvre Union europĂ©enne. DĂ©testant Ă  l’Est la Russie de Poutine, Ă©videmment vulgaire, effarĂ©e de la dĂ©fection incomprĂ©hensible du Royaume-Uni au Nord, atterrĂ©e Ă  l’Ouest par l’élection de Trump, autre vulgaire, mais trĂšs tolĂ©rante pour l’invasion migratoire au Sud, malgrĂ© quelques petits correctifs rĂ©cents de façade.

L’Union europĂ©enne est en train de s’isoler politiquement et d’abandonner toute influence gĂ©opolitique dans un monde en remodelage. Pire, la France croit encore avoir son mot Ă  dire au Moyen et au Proche Orient.

Rejeter Poutine et Trump va transformer en travail d’orfĂšvre la politique de l’Union europĂ©enne, si tant est qu’elle en ait une. D’autant qu’elle rejette aussi tous les mouvements dits avec mĂ©pris « populistes » d’Europe, qu’elle dĂ©teste Bachar el Assad bien sĂ»r, sans que l’on sache qui a l’honneur d’ĂȘtre en grĂące auprĂšs d’elle.

Quels sont aujourd’hui les alliĂ©s de cette Europe du mĂ©pris et de la condescendance, Ă©clairĂ©e par les grands principes dĂ©mocratiques et des prĂ©tendues valeurs qu’elle va bientĂŽt ĂȘtre la seule Ă  dĂ©fendre dans un superbe isolationnisme d’un autre temps.

Quelles sont les compromissions qu’elle va ĂȘtre amenĂ©e Ă  faire pour rester dans le jeu politique du monde ? Car elle devra bien se calmer et comprendre que les peuples ne lui donnent plus aucun mandat pour dĂ©cider Ă  leur place. Les champions autoproclamĂ©s de la dĂ©mocratie vont-ils enfin respecter la dĂ©mocratie ?

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

A propos de l'auteur

Richard Dessens

Enseignant pendant plusieurs annĂ©es dans une Ă©cole prĂ©paratoire aux concours d’entrĂ©e aux IEP et Écoles de journalisme, Richard Dessens crĂ©e et dirige parallĂšlement une troupe de thĂ©Ăątre dans la rĂ©gion de Montpellier. Docteur en droit, DEA de philosophie et licenciĂ© en histoire, il est l’auteur d’ouvrages de philosophie et d’histoire des idĂ©es politiques, de relations internationale. Il a entres autres livres publiĂ© aux Ă©ditions Dualpha "Henri Rochefort ou la vĂ©ritable libertĂ© de la presse", "La dĂ©mocratie interdite" et "Histoire et formation de la pensĂ©e politique".

Articles similaires