2 décembre 2019

Pour un traitement inédit de l’insécurité des quartiers

Par Jean-Pierre Brun

Comment rétablir l’ordre dans des quartiers ou la main d’un agent de l’État n’ose plus mettre le pied depuis des années ? Comment éviter que les voitures de police et les camions de pompiers se fassent caillasser avant d’être incendiés ? Comment éviter « les tournantes » dans les caves de barres d’immeubles abandonnés à l’autorité exclusive des caïds ? Comment éviter que les grands frères viennent venger leurs cadets victimes de la rigueur d’enseignants trop consciencieux ? Comment éviter qu’un médecin se voit interdire d’ausculter une malade au prétexte que c’est une musulmane ? Comment éviter qu’une femme se fasse interdire l’accès d’un quelconque débit de boissons ? Comment rendre sa liberté à une Européenne qui se voile la tête pour éviter tout conflit alors qu’elle ne fait que se déplacer dans son quartier ?…

insecurite banlieue

Naguère Georgette Elgey avait médité tour à tour sur une République des Illusions avant d’évoquer une République des Contradictions pour conclure sur une République des Tourmentes. Vivrions-nous aujourd’hui une République des Évitements ?

Éviter ! Encore éviter ! Toujours éviter ! Comment éviter ce qu’on ne peut empêcher ?

Ce chapelet de questions ne saurait surprendre les autorités et plus particulièrement les hauts fonctionnaires du Ministère de l’Intérieur dont les placards débordent de rapports multiples et variés illustrant les dérives et compromissions quotidiennes dans l’application du droit français dans ces enclaves désormais supranationales.

Si le diagnostic paraît facile à poser, le traitement curatif semble beaucoup plus délicat à imposer dans la mesure où les crises originellement épidémiques ont laissé place à une endémie galopante.

Toute mesure répressive pouvant être aussitôt qualifiée de raciste ou d’islamophobe, l’abandon du terrain reste le plus sûr moyen d’éviter l’embrasement ? La chronique multiplie les exemples de canailles avérées, poursuivies par la police, devenues très vite les icônes d’obscurs groupes de pression, créés, de fait, à des seules fins communautaristes.

Mais alors que faire quand on ne peut rien faire ?

Un d’jeun’, de retour de vacances au bled ancestral, m’explique qu’il a été surpris par l’ordre qui règne dans les grandes villes algériennes. Les velléités bazardéliques d’une jeunesse naturellement pétulante y sont méthodiquement contrôlées par des autorités particulièrement tatillonnes sur le sujet. Et d’ajouter pour planter un décor plutôt austère, qu’il s’est « emm… à mourir ».

Pareil témoignage ne devait pas tomber dans l’oreille d’un aveugle. Telle la légendaire goutte d’eau qui met le feu aux poudres, il devait déclencher une véritable tempête sous mon crâne chenu.

Eureka ! Me suis-je exclamé bondissant, tel Archimède, hors de ma douche à l’italienne (à mon âge ce modèle s’impose). La solution venait de m’exploser au visage comme une grenade offensive dans une ruelle de la Casbah de la grande époque.

Dans le but de réchauffer des relations franco-algériennes ne pourrait-on pas demander, dans le cadre d’une opération « Barkhane bis », la mise à notre disposition d’unités de l’Armée de Libération Nationale et de compagnies nationales de sécurité algériennes. Elles nomadiseraient dans nos zones de non droit. Des opérations du type « Jumelles » ou « Pierres précieuses », initiées naguère par le général Challe, seraient déclenchées par vagues successives : une semaine au Mirail toulousain, une semaine au Haut du Lièvre nancéien, une semaine au Val Fourré mantais, etc.

Le 7 janvier 1957 à Alger, le général Massu, commandant la 10e D.P., s’était vu attribuer les pouvoirs de police permettant la mise en œuvre des opérations de maintien de l’ordre nécessaires au rétablissement d’une situation dégradée. De même un préfet militaire algérien serait missionné pour diriger l’investissement et le nettoyage méthodique des quartiers. Pour éviter tout conflit de juridiction, lui seraient délégués les pouvoirs d’une justice militaire à l’algérienne, par nature plus expéditive.

Les populations concernées, désormais à l’abri de toute intervention à caractère raciste et islamophobe, auraient ainsi l’occasion d’accueillir fraternellement leurs libérateurs avant que ceux-ci ne remettent « bessif » et non moins fraternellement, les délinquants dans le droit chemin par application des dispositions rédemptrices prévues par la Charia.

Pour fêter ce retour apaisant au « vivre en ensemble » une rencontre de football « Algérie-France » dans l’enceinte du Stade de France serait le point d’orgue de diverses manifestations de fraternisation. Pour éviter tout incident, les hymnes nationaux ne seraient ni joués, ni chantés, mais sifflés.

Une idée aussi originale que généreuse à creuser…

EuroLibertés : toujours mieux vous ré-informer … GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le système ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertés ré-informe parce qu’EuroLibertés est un média qui ne dépend ni du Système, ni des banques, ni des lobbies et qui est dégagé de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertés est un acteur incontournable de dissection des politiques européennes menées dans les États européens membres ou non de l’Union européenne.

Ne bénéficiant d’aucune subvention, à la différence des médias du système, et intégralement animé par des bénévoles, EuroLibertés a néanmoins un coût qui englobe les frais de création et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les déplacements indispensables pour la réalisation d’interviews.

EuroLibertés est un organe de presse d’intérêt général. Chaque don ouvre droit à une déduction fiscale à hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une déduction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coûte en réalité que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertés.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertés (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigé vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sécurisée.
 

3 : Faire un don par chèque bancaire à l’ordre d’EuroLibertés

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-Bicêtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99