ALORS QUE LA FRANCE EST ARRÊTÉE PAR LE CORONAVIRUS, UN ATTENTAT MEURTRIER COMMIS PAR UN DEMANDEUR D’ASILE SOUDANAIS A EU LIEU EN FIN DE MATINÉE LE 4 AVRIL 2020 À ROMANS-SUR-ISÈRE, PETITE VILLE DE LA DRÔME. COURTE ET INSTRUCTIVE REVUE DE PRESSE.

Dans le « direct » du DauphinĂ© LibĂ©rĂ©, principal organe de presse locale de la rĂ©gion, on Ă©voque rapidement la nationalitĂ© soudanaise du suspect ainsi que son statut de rĂ©fugiĂ©. Le journal s’empresse de relayer le communiquĂ© de presse de la maire LR de Romans-sur-IsĂšre, Marie-HĂ©lĂšne Thoraval, qui mentionne pudiquement un « individu » dont « on ignore pour l’heure les raisons de son geste ».

Pourtant, FranceInfo évoque plusieurs Ă©lĂ©ments passĂ©s sous silence dans le papier du DauphinĂ© LibĂ©ré : le suspect aurait criĂ© « Allahu Akbar » Ă  plusieurs reprises, selon des tĂ©moins diffĂ©rents. De plus, selon une « source policiĂšre », « l’homme Ă©tait agenouillĂ© sur le sol et psalmodiait une priĂšre en arabe » au moment oĂč il a Ă©tĂ© interpellĂ©.

Du profil du tueur et de ses motivations, la plupart des mĂ©dias disent ne pas savoir grand-chose. Chez Europe 1, le Journal de la mi-journĂ©e de Fabienne Le Moal Ă©voque simplement un « homme ĂągĂ© d’une trentaine d’annĂ©es » dont on attend d’avoir des « Ă©lĂ©ments consolidĂ©s sur le profil ». C’est tout. Le site internet de la radio, qui pourtant dispose logiquement des mĂȘmes sources, mentionne bien la nationalitĂ© soudanaise de l’homme. Quant Ă  la radio RTL, qui titre « Ce que l’on sait du drame qui a fait deux morts Ă  Romans-sur-IsĂšre », elle n’en sait pas beaucoup plus. Mensonge par omission ?

LibĂ©ration, qui Ă©voque un « homme, aux motivations encore floues » (sic), ne fait aucunement mention du cri « Allahu Akbar » entendu par plusieurs tĂ©moins. Ce n’est qu’en fin d’article que l’on apprend que si « l’assaillant s’est prĂ©sentĂ© comme un rĂ©fugiĂ© soudanais », il n’est « pas connu des services de police ». La mĂȘme rĂ©serve est de mise chez L’Express qui sans mentionner aucun des Ă©lĂ©ments qui pourrait amener Ă  penser Ă  une attaque terroriste, conclut son papier par un bref rappel de diffĂ©rentes attaques terroristes en France, dont celle de la mosquĂ©e de Bayonne. Cette derniĂšre figure en effet en bonne place aprĂšs diffĂ©rents attentats djihadistes, car si « le Parquet National Anti-Terroriste n’a pas Ă©tĂ© saisi », elle avait Ă©té « qualifiĂ©e de terroriste par l’avocat des victimes ». Chez CNews non plus, l’on n’évoque aucune de ces donnĂ©es possiblement polĂ©miques, et l’on dĂ©crit un homme dont on sait « peu de choses » et dont on « ne connait pas les motivations ». En revanche, cela n’empĂȘche pas Jean-Marc Todeschini, sĂ©nateur PS de la Moselle d’allĂ©guer que « si l’enquĂȘte nous dit qu’il est dĂ©sĂ©quilibrĂ©, on ne pourra pas faire grand-chose ».

Le Monde dans une alerte se contente de signaler le nombre des victimes et que le parquet national anti-terroriste se saisit de l’affaire, en ajoutant en sous-titre « L’auteur prĂ©sumĂ© des faits, inconnu des services de police, a Ă©tĂ© placĂ© en garde Ă  vue ». Pour le lecteur rapide qui ne lit que les titres, c’est d’une discrĂ©tion de violette.

Il n’y a guĂšre que chez BFMTV que les possibles motivations du tueur sont plus prĂ©cisĂ©es. InterviewĂ©, David-Olivier Reverdy (secrĂ©taire gĂ©nĂ©ral adjoint d’Alliance police nationale), ajoute mĂȘme que l’assaillant aurait demandĂ© Ă  ĂȘtre tuĂ© par les forces de police lors de son interpellation. Un Ă©lĂ©ment qui n’est « pas anodin dans le procĂ©dĂ© », et qui ajoutĂ© aux autres, lui permet de conclure que « tous les ingrĂ©dients sont rĂ©unis » pour Ă©tayer la thĂšse d’une attaque terroriste. Cet entretien a Ă©tĂ© repris par Le Figaro.

Cet Ă©vĂšnement intervient quelques jours aprĂšs que 14 dĂ©putĂ©s aient publié un communiquĂ© de presse demandant la rĂ©gularisation des immigrĂ©s pour mieux lutter contre l’épidĂ©mie de Covid-19.

Article paru sur le site de l’OJIM.

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99