Entretien avec Georges Gourdin, auteur de Sabotage ! Sabordons la société de consommation ! (éditions Dualpha).

(Propos recueillis par Fabrice Dutilleul)

Georges Gourdin.

Georges Gourdin.

« La sociĂ©tĂ© de consommation se saborde elle-mĂȘme ! »

Pourquoi rĂ©Ă©diter votre livre « Sabotage, Appel Ă  la grĂšve des consommateurs » aux Ă©ditions Dualpha quasiment tel quel ? Seul le sous-titre diffĂšre : « Sabotage, Sabordons la sociĂ©tĂ© de consommation » 

Ce sous-titre est plus explicite, plus dans l’action et plus en phase avec le titre lui-mĂȘme qui invite Ă  saboter notre sociĂ©tĂ© de consommation. Le livre invite Ă  appliquer des techniques de sabotage (vocable repris tel quel dans la plupart des langues) pour saper la sociĂ©tĂ© de consommation, donc pour la saborder.

Pour autant le livre n’a pas pris une ride depuis sa premiĂšre Ă©dition. Au contraire ! Il s’est bonifiĂ© et conserve toute sa pertinence.

Vous appelez Ă  saboter le SystĂšme par un moyen inĂ©dit, la grĂšve de la consommation ou plutĂŽt dĂ©sormais le sabordage de la sociĂ©tĂ© de consommation, alors qu’avec la crise liĂ©e au coronavirus elle se saborde toute seule.

J’ai du mal Ă  dire que c’est une bonne nouvelle car je suis conscient des souffrances que la pandĂ©mie actuelle gĂ©nĂšre : des souffrances affectives avec la disparition d’ĂȘtres chers, mais aussi la souffrance Ă©conomique avec la fermeture des entreprises. Alors, effectivement, la sociĂ©tĂ© de consommation est fortement Ă©branlĂ©e par le confinement qui nous est imposĂ©. De ce point de vue, je suis d’accord avec vous pour dire que la sociĂ©tĂ© de consommation se saborde elle-mĂȘme. Je considĂšre que la phase 1, en fait la plus dure de la « grĂšve de la consommation » est quasiment rĂ©volue avec l’arrivĂ©e inattendue du virus qui met tout le SystĂšme Ă  genoux.

Mais dans mon livre, j’insiste sur la prĂ©paration culturelle, voire Ă©thique, prĂ©alable au sabordage de cette sociĂ©tĂ© de consommation. Faire la grĂšve de la consommation implique l’acceptation de la frugalitĂ© dans un monde du Toujours Plus. Ce n’est pas facile. Pour y parvenir, il faut renverser les valeurs, en finir avec l’argent-roi, en finir avec un mode de vie matĂ©rialiste et individualiste. Il faut renverser la table.

Les événements récents montrent que la table est renversée et le SystÚme avec


Non, justement, dĂ©trompez-vous. Je dĂ©cris par quel processus comportemental, mais aussi culturel et Ă©thique, il faut prĂ©parer le sabotage du SystĂšme. J’explique qu’il faut le faire mourir de l’intĂ©rieur comme cela s’est produit avec le communisme. Le SystĂšme n’est pas mort. Ses dirigeants tentent de nous dĂ©montrer que si crise il y a, c’est parce qu’il n’y a pas suffisamment de pouvoir supranational. Ils s’activent Ă  rebondir sur la crise pour nous alerter sur les dangers de l’individualisme – comprenez « l’individualisme national » – et nous emmener vers encore plus de gouvernance mondiale. Ils nous prĂ©parent Ă  faire redĂ©marrer l’économie avec plus de travail et moins de libertĂ©s.

Dans le mĂȘme temps, il faut considĂ©rer cette crise comme une opportunitĂ© pour tous ceux qui ne veulent pas de cette gouvernance mondiale. Les Français dĂ©couvrent, un peu contraints et forcĂ©s, certes, mais pourquoi s’en plaindre ! la sobriĂ©tĂ©, la mesure. Ils dĂ©couvrent la proximitĂ©, le temps pour soi. Ils dĂ©couvrent le « Rien de trop » des anciens Grecs. Ils enclenchent des bribes de solidaritĂ©. De nombreux Français prennent conscience de l’absurditĂ© et des dangers du monde dans lequel ils vivaient. Des bouleversements non seulement comportementaux s’opĂšrent, mais Ă©galement politiques. Il faut que les esprits soient clairs et forts dans la pĂ©riode de turbulence qui s’annonce.

Mon livre les prĂ©pare Ă  traverser la crise malgrĂ© les douleurs qu’elle induit, c’est vrai, mais il les prĂ©pare aussi, et surtout, au monde d’aprĂšs.

Sabotage ! Sabordons la société de consommation ! de Georges Gourdin, éditions Dualpha, collection « Patrimoine des Héritages », dirigée par Philippe Randa, 150 pages, 21 euros. Pour commander ce livre, cliquez ici.

Sabotage ! Sabordons la société de consommation ! de Georges Gourdin (éditions Dualpha).

Sabotage ! Sabordons la société de consommation ! de Georges Gourdin (éditions Dualpha).

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99