23 juillet 2016

Actualités. Commentaires Express

Par Uli Windisch
  • La vision du monde du journalisme gauchiste attardé, toujours autoflagellant et dépressif, mais toujours actif, par exemple dans le journal Le Temps, qui se veut de référence .

L’exemple des propos de Marie Parvex sur FB (Facebook !) du 16 juillet 2016 : « FB le 16.7.2016 /Marie Parvex :

“Longtemps, l’Occident a assis sa supériorité sur un idéal de raison et de progrès qui affranchirait l’humanité et l’élèverait à un degré de dignité supérieur. Mais cette promesse s’est effritée avec la crise du libéralisme, le sentiment prégnant de vivre dans un monde absurde et laid, le déclin du progressisme de gauche qui était, à sa façon, un prolongement des valeurs des Lumières.” Ne reste que l’économie et, fort heureusement, ce n’est pas une raison suffisante pour vivre… Ni pour se battre ? »

Cela permet-il de mieux comprendre certains des articles de cette journaliste ayant, par exemple, contribué à ruiner un grand entrepreneur donnant du travail à des centaines  de personnes et, aussi de mentir à propos de notre site LesObservateurs.ch en prétendant que nous étions financés par des acteurs économiques qui en fait ne nous donnent rien. Toujours du travail journalistique exemplaire.

Quant à la critique de l’Occident, elle aussi désespérée et sentant bon le gauchisme attardé, elle me rappelle la haine antédiluvienne de notre pays (le sanglot de  l’homme Blanc) telle que la propageait le sociologue Jean Ziegler ( qui n’a en fait ni licence ni doctorat en sociologie, mais il est vrai que la sociologie mène à tout) et que devaient répéter fidèlement ses étudiants aux examens s’ils ne voulaient pas échouer.

  •  Donald Trump désigné comme candidat à la présidence des USA par le Parti républicain dans la nuit du 19 au 20 juillet 2016. 

Il est piquant de voir le même journal, Le Temps, titrer en grand en couverture le lendemain, alors que Trump a déjà été désigné (c’est l’avantage des sites internet sur la presse écrite) :

« Quand Melania Trump plagie Michelle Obama ». Evidemment qu’il doit être insupportable pour ce journal bien-pensant qui a dénigré comme tant d’autres de manière massive D.Trump depuis des mois, de voir ce dernier vainqueur ! Eh oui, les médias ne font plus la pluie et le beau temps.

A propos de ce « plagiat », relevé bien sûr par tous les médias bien davantage que le programme politique de Trump, qui existe bel et bien, et on aura peut-être la chance de le voir mis en application, aucun ne se demande qui aurait éventuellement aussi pu plagier à son tour la femme du plus mauvais président des USA .

L’Obamamania perdure et perdurera, surtout parmi les médias et tous les bien-pensants, à propos de ce président Prix Nobel de la paix (il fallait oser) bien que fauteur de guerres et créateur de tensions internationales parmi les plus dangereuses et menaçantes justement pour cette paix !

A propos de Donald Trump : suivez bien, nous le ferons aussi !, les réactions des médias qui n’ont pu empêcher cette désignation et qui maintenant vont chercher de manière obsessionnelle comme des chiens fureteurs, tous les jours, des éléments négatifs, des « casseroles », des propos inadmissibles, controversés, etc.

La RTS a inauguré la série ce matin déjà en faisant appel à un « spécialiste » français qui nous dit que Trump n’a pas de vrais artistes avec lui, que son cercle étroit ne se réduit qu’à « sa basse cour familiale », etc.

Chers lecteurs, aidez-nous à faire un inventaire de ces perles médiatiques quotidiennes  anti-Trump pendant cette campagne  politique américaine.

  • La Suisse est indépendante et neutre. Et le Conseiller fédéral Didier Burkhalter (DB) ? 

Ce dernier  a fait diverses déclarations reprises par les médias qui posent problème.

Il a cru nécessaire de signaler son soutien au dictateur Erdogan lors de la tentative récente de coup d’Etat en Turquie, au nom du fait que ce dernier a été élu démocratiquement.

Ce n’est absolument pas le rôle de la Suisse d’intervenir à une telle occasion. Nous n’avons pas à nous mêler de ce genre de situation ; parfois cela pourrait avoir des conséquences très graves pour la Suisse. N’est-ce pas d’une grande irresponsabilité, même si certains piaffent d’impatience  de développer une « neutralité active ». D’autres politiciens suisses ne rêvent que d’être élus dans l’UE, alors que les premiers commencent à la fuir. N’est-ce pas trahir la volonté politique profonde des Suisses ?

Le même DB s’est énervé en plein Parlement, à propos de la demande d’un membre de son propre parti qui demandait une attitude plus ferme envers les « réfugiés » d’Erythrée et dont il s’avère que certains rentrent même dans leur pays pour les vacances. Certifié. DB affirmait qu’un seul  de ces « réfugiés » risquant une atteinte à sa vie en cas de retour au pays, justifiait « notre politique d’accueil», cela au nom des droits de l’homme.

Cette insistance sur les droits de l’homme, dans d’autres cas également, fait que certains finissent pas s’interroger : DB ne serait-il pas de plus en plus intéressé par un poste à responsabilité dans une organisation internationale s’occupant justement de ces droits après sa sortie du gouvernement ? Si c’était vrai, ce serait évidemment d’une extrême gravité puisque revenant à faire passer les intérêts nationaux après ses ambitions personnelles.

Il est vrai que ce ministre peut aussi faire preuve d’une incroyable naïveté : après l’attentat de Nice (84 tués par un islamiste et pas seulement un déséquilibré), il a déclaré à une journaliste de la RTS lui demandant que faire dans notre pays pour éviter cela (je cite de mémoire, mais le contenu y est) : développer davantage encore notre politique d’intégration et lutter encore plus contre les préjugés envers les immigrés ! On croit rêver. Ou plus exactement il y a de quoi être très inquiet si c’est là la réponse de notre gouvernement. Il est vrai que cela correspond ici aussi à la vision naïve et de plus en plus irresponsable d’une politique unilatéralement droitdel’hommiste.

Cela dit, même si le désir que certains lui prêtent devait se réaliser, il faut espérer que notre Parlement le remplacera par une personnalité forte et d’envergure que nécessite une période aussi dangereuse et menaçante que celle dans laquelle  nous nous trouvons.

La Suisse, et encore moins nos autorités, ne peut partir du principe que rien de très grave peut nous arriver à nous les Suisses.

 

  • Tariq Ramadan interdit d’entrée en Mauritanie. 

Cela n’empêchera pas nos médias suisses romands de l’inviter encore et toujours, cela d’autant plus que ce sont des acteurs comme nous-mêmes, Lesobservateurs.ch, qui nous en étonnons. Ils l’inviterons même exprès pour montrer qu’ils n’en ont rien à f… de nos mises en garde, et de celles de beaucoup de médias non politiquement corrects, à l’opposé de «l’islamo-gauchisme » omniprésent.

Mais attention, malgré un monopole médiatique scandaleux, notre service public est de plus en plus critiqué, également par une partie non négligeable de citoyens et de vrais patriotes, qui sont offusqués au moins par certaines émissions ; devinez lesquelles ?

Le « je m’en fous, on fait ce qu’on veut, on des pros, on est pluraliste, etc. »  ça va un moment, jusqu’au jour où… 

  •  Encore à propos de nos médias.

Vous aurez remarqué que  nos journalistes n’hésitent pas à parler longuement et régulièrement d’un petit journal romand qui se veut satirique. Evidemment ce n’est nullement pour embêter  d’autres médias dont ils ne parlent jamais,  par exemple de ceux de la Réinformation,  pas si petits que cela par ailleurs (un record d’audience a récemment été battu par l’un d’entre eux : 163 620 visiteurs uniques en un seul jour ; devinez lequel) et qui les critiquent régulièrement, ce dont ils n’ont pas l’habitude à force de monopole et qu’ils ne supportent pas. Là aussi de plus en plus de citoyens exigeants médiatiquement comprennent ce sectarisme et cette partialité et deviennent très virulents, justement sur des sites comme les nôtres puisqu’ailleurs ils sont souvent censurés. Cette révolte est vraiment générale ( sur plus de 800.000 commentaires, spams etc. seulement 83 000 ont été publiés par exemple sur LesObervateurs.ch, tant la virulence et la révolte sont violentes.

A bon entendeur… médiatique salut !

  • Un must : L’explosion des « Études genre » à l’Université en Suisse romande

Quand le « progressisme gauchiste » et le politiquement correct commencent à battre de l’aile  dans certains pays, curieusement, en Suisse, en l’occurrence en Suisse romande, on développe fortement et avec force moyens financiers, si rares pourtant, les «Etudes genre ».

Cela au moment où des Universités d’autres pays ont tout simplement fermé ces « filières d’études universitaires », après avoir constaté les dégâts créés sur les jeunes, les enfants et sur les tout petits.

Voici un extrait du cahier des charges  d’un nouveau poste  au concours à l’Université de Genève à l’Institut des Études genre :

  • Genre, sexualité, LGBT
  • Droits des minorités sexuelles
  • Mobilisations sociales et politiques  des minorités sexuelles.

Tout un programme en effet. Evidemment d’une urgence absolue et d’une priorité que reconnaîtra toute la société.

Il n’est pas dit dans la mise au concours que les éventuels candidats ayant une vision traditionnelle de la famille, etc.,  n’ont aucune chance  d’être retenus mais tout le laisse supposer étant donné le monopole envahissant  de la bien-pensance en sciences sociales.

Les recherches critiques approfondies de ces Etudes genre existent en nombre et sont de première qualité. Sans doute faut-il recommander aux candidats de ne pas en faire état lors des auditions.

On peut se demander s’il existe un autre domaine de la recherche où le monopole idéologique de gauche est aussi total. Peut-on alors encore parler de recherche et d’activité critique, une composante essentielle de l’esprit de recherche par opposition à l’esprit idéologique. Pourquoi venir ennuyer ce biotope quand on est si bien à ronronner  ensemble et à se congratuler parmi en milieu fermé ?

A propos de ce monde « genré ».  Vous vous souvenez de la politicienne (rien moins que la secrétaire générale des femmes PLR suisses, parti politique dit de droite) qui s’offusquait du fait que son petit garçon de 2-3 ans refusait de porter les bottes roses achetées par sa maman, si progressiste et allergique à tout ce qui peut rappeler certaines valeurs traditionnelles.

Que va devenir ce pauvre petit ?

A ne pas oublier non plus à ce propos : l’Université catholique de Fribourg qui a conféré le titre de docteur (transgenre ?) honoris causa à Judith Butler, la papesse « transgenre », LGBT, etc., de cette Théorie du genre, et dont l’objectif premier vise notamment à détruire la famille traditionnelle.

A suivre…

Article paru également sur lesobservateurs.ch

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertés n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontés aussi dévouées soient elles… Sa promotion, son développement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nécessitent une équipe de collaborateurs compétents et disponibles et donc des ressources financières, même si EuroLibertés n’a pas de vocation commerciale… C’est pourquoi, je lance un appel à nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prêts à nous aider ; il faut dire qu’ils sont très sollicités par les medias institutionnels… et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertés et eux, c’est assez incompatible !… En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertés.