17 mai 2016

Les Russes sont-ils devenus les plus forts ?

Par Nicolas Bonnal

 

Le fameux général Wesley Clarke a prétendu sur CNN que les USA réagiraient si la Russie rasait par le nucléaire Varsovie. Le bon sens de notre général yankee vacille-t-il à ce point ?

Car les fans de la Russie et de Poutine affirment une supériorité des armes russes sur les américaines. Un journal comme Pravda.ru, des commentateurs comme le brésilien Pepe Escobar ou Charles Grasset, ont donc recensé les raisons de voir une suprématie russe, le second se flattant même de voir un blues du Pentagone presque complexé par les performances russes. Le fameux Dimitri Rogozin dévoile chaque semaine de nouvelles armes secrètes (voyez l’armure qui permet à une jolie blonde de traverser un champ de mines !), et le bloc néocon enrage.

La Russie domine à ses frontières (Escobar affirme que tous les scénarios la donnent gagnante en cas de conflit), mais aussi en Méditerranée. Selon l’expert roumain Valentin Vasilescu, la Russie a installé plusieurs Krasukha-4, aurait équipé ses avions de conteneurs de brouillage SAP-518/ SPS-171 (comme l’avion qui survola l’USS Donald Cook) et ses hélicoptères de Richag-AV. En outre, elle utiliserait le navire espion Priazovye (de classe Project 864, Vishnya dans la nomenclature Otan). La démonstration de la supériorité russe a été faite il y a deux ans déjà par l’incident de l’USS Donald Cook. La bulle électronique de brouillage russe a même impressionné les journalistes du Washington Post… L’expert autrichien de l’Otan Gressel a aussi souligné la virtuosité de la guerre « invisible » dans le Donbass ou en Crimée. C’est oublier que la Russie est chez elle.

Charles Grasset – de dedefensa.org – écrit, lui, ces propos : « Les généraux McMaster (commandant adjoint pour TRADOC, qui est le service de planification et de recherche prospective de l’US Army) et Milley (chef d’état-major, US Army) ont dessiné une situation catastrophique pour l’US Army, qui se trouve dépassée en capacités manœuvrières d’effectifs et de feu, essentiellement par la Russie, au risque suprême de perdre une guerre conventionnelle de haut niveau. Il est manifeste que la démonstration de capacités militaires russes depuis 2014 (Crimée et Ukraine) a causé un traumatisme terrible chez les chefs militaires US, qui rendent compte désormais d’une situation si désastreuse de leurs forces que des perspectives de défaite militaire majeure ne peuvent absolument plus être écartées. »

C’est David Stockman, ancien directeur du trésor du président Reagan qui rappelle sur son drôle de blog à quel point le Pentagone est devenu, depuis Bush-fils et Clinton-époux, une machine juste bonne à gaspiller du billet vert. Puis il rappelle aux optimistes que le budget russe, c’est trois semaines du budget US : les Américains roublards sont maîtres du dollar et de la guerre hybride ! Mais ils ont fatigué jusqu’à leur peuple qui veut voter Trump pour fausser compagnie au docteur néocon.