11 novembre 2019

La diplomatie selon les deux rives

Par Jérémy Silvares Jeronimo

Autrefois les Européens étaient maîtres en l’art de ce que l’on nomme aujourd’hui le Hard Power ! Ce concept s’appuie sur une vision réaliste des relations internationales et de la géopolitique. C’est la puissance militaire qui sur la planète donne le pouvoir et c’est cette même puissance qui permet à tel ou tel acteur de mouvoir les pions sur l’échiquier politique mondial.

Hard Power

Après la IIe Guerre Mondiale nous, Européens, avons oublié que c’est la puissance militaire qui tient en respect les ennemis, pas les droits de l’homme! Nous primons d’abord le Soft Power, les beaux discours qui ne veulent rien dire, les pleurnicheries… Les nations d’Europe se sont désarmées. Les leaders pensaient sûrement que nous étions arrivés à la « Fin de l’Histoire » énoncée par Fukuyama (1).

Quelle énorme erreur, une erreur que les peuples européens payent maintenant.

À part les forces armées Françaises ou Britanniques, aucune nation d’Europe Occidentale n’a la capacité de trop montrer les muscles. L’Allemagne, qui avait hérité de la puissance militaire prussienne (2) n’a plus d’armée digne de ce nom depuis la IIe Guerre Mondiale. Certaines armées, telle celle de la Suisse, engagent des hommes d’origine étrangère dont certains font fi de leur nouvelle appartenance nationale (3).

Les Pays-Bas ont vendu leurs tanks, l’Espagne et l’Italie n’ont pas d’armées dignes de leur histoire militaire. Nous avons délaissé la puissance martiale, sûrement trop virile au goût de certains, pour basculer vers la dictature des sentiments. « Vous n’aurez pas ma haine », scandent les Européens après chaque attentat.

Cette faiblesse se répercute sur la manière dont nous traitons le problème des terroristes islamistes. Les nations européennes se demandent que faire avec les terroristes emprisonnés en Syrie et en Irak.

Doit-on négocier avec ces deux pays pour qu’ils ne condamnent pas les prisonniers à mort ? Doit-on les faire revenir ? Et ensuite essayer de les réintégrer à la société française (après moult stage de poneys et plongée sous-marine) ? La France aurait envoyé des agents secrets pour faire disparaître les plus dangereux ! Est-ce légal ? A-t-on respecté le droit international ?

Des familles portent plainte, le gouvernement laisse mourir ses ressortissants, une honte pour les associations gauchistes. Ils sont tous Français après tout ! Enfin, maintenant ils le sont à nouveau. Quand Daech était puissant ces mêmes terroristes avaient brûlé leurs passeports et affirmé leur haine de la France… Ils redemandent maintenant leur droit à la nationalité française et à la protection de la France. L’amour de la France est toujours absent chez eux. La haine, ils l’ont gardée.

Pendant ce temps-là, que font les Américains ? Eux, comme à leur habitude, écrasent leurs ennemis. Premièrement, ils balancent 36 tonnes de bombes avec des F-15 et des F-35 sur une île infestée de terroristes de Daech (4).

Simple, rapide, peut-être pas très au goût de Greta Thunberg – les bombes ça aggrave le réchauffement climatique – mais diablement efficace. Le problème du retour ne se pose plus !

… Ensuite ils s’occupent de la santé du leader de l’État islamique (Daech), Al-Baghdadi, et envoient un commando des Delta Force l’éliminer physiquement. Encore une fois, simple, rapide, efficace…

EuroLibertés : toujours mieux vous ré-informer … GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le système ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertés ré-informe parce qu’EuroLibertés est un média qui ne dépend ni du Système, ni des banques, ni des lobbies et qui est dégagé de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertés est un acteur incontournable de dissection des politiques européennes menées dans les États européens membres ou non de l’Union européenne.

Ne bénéficiant d’aucune subvention, à la différence des médias du système, et intégralement animé par des bénévoles, EuroLibertés a néanmoins un coût qui englobe les frais de création et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les déplacements indispensables pour la réalisation d’interviews.

EuroLibertés est un organe de presse d’intérêt général. Chaque don ouvre droit à une déduction fiscale à hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une déduction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coûte en réalité que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertés.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertés (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigé vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sécurisée.
 

3 : Faire un don par chèque bancaire à l’ordre d’EuroLibertés

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-Bicêtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99

Même dans les discours politiques nous notons toute la différence entre un Donald Trump et un Emmanuel Macron. Alors que ce dernier s’attarde à tous les coups sur le « vivre ensemble », les bons sentiments et le « padamalgam », le président américain nous présente un discours guerrier que nos ancêtres n’auraient sans doute pas renié. Donald Trump fait de la guerre psychologique avec les terroristes islamistes : « Il est mort comme un lâche, en hurlant, en pleurant (…) Il est mort comme un chien ».

Non seulement il les humilie et les rabaisse mais il leur dit haut et fort que ceux et celles qui appuient Bagdadi finiront comme lui, impitoyablement annihilés…

Cela choque les Européens. Nous ne sommes plus habitués à ce type de discours guerrier. Winston Churchill passerait pour un dangeureux fou aujourd’hui ! Au moins les Américains sont, finalement, restés avec la mentalité que les Européens avaient avant le traumatisme des deux Grandes Guerres Mondiales : soit les Barbaresques arrêtent leurs razzias et arrêtent de terroriser les populations européennes, soit ils seront punis.

Sincèrement, entre la méthode Bisounours et la méthode à la John Rambo, je choisis la dernière. La méthode John Rambo n’est rien d’autre que celle utilisée par nos ancêtres de Charles Martel à Napoléon 1er pour ne citer qu´eux, qui consistait à montrer que ceux qui voulaient attaquer l’Europe finissaient toujours par être impitoyablement écrasés. Nous sommes en guerre, c’est François Hollande qu’il l’a dit (5).

Alors pour gagner une guerre il faut déjà savoir bien la faire. Une guerre se mène physiquement et mentalement, sur le terrain de bataille et sur le terrain de la propagande politique. Nos leaders européens l’ont oublié semble-t-il…

 

Notes

(1) Selon Francis Fukuyama la fin du communisme voulait automatiquement dire que la démocratie de type libéral serait le modèle pour toutes les nations du Monde. Une thèse hégélienne qu’il a depuis rejetée, énoncée dans son livre La Fin de l’histoire et le Dernier Homme.

(2) D’ailleurs un historien, Christopher Clark, dans le livre Histoire de la Prusse, présente la Prusse comme un État hautement guerrier. Selon lui la « Prusse n’est pas un pays avec une armée, mais une armée avec un pays » tout au long de son Histoire. Cette puissance martiale teutonique s’est perdue, les Allemands étant obligés de demander ad vitam aeternam le pardon pour les crimes que leurs ancêtres ont commis.

(3) Des soldats de l’armée suisse d’origine albanaise se sont filmés en train de chanter un hymne nationaliste en l’honneur de l’Albanie et du Kosovo. Source: (13/09/2019), Des soldats chantent un hymne albanais à l’armée, 20 Minutes, France, lien : https://www.20min.ch/ro/news/suisse/story/–l-armee–ils-chantent-un-hymne-albanais-14766420.

(4) Source : (12/09/2019), Irak : les États-Unis bombardent une île « infestée » par Daech, Le Figaro, France, https://www.lefigaro.fr/international/irak-les-etats-unis-bombardent-une-ile-infestee-par-daech-20190912.

(5) Pour ceux qui ont des doutes, un petit rappel: “Nous sommes en guerre” : François Hollande face au Congrès à Versailles, lien: https://www.youtube.com/watch?v=XbBSG08zJwA.