16 janvier 2017

Brèves d’Europe mi-janvier 2017 (2)

Par Patrick Parment

Union européenne. Le Mouvement 5 étoiles de Beppe Grillo a décidé de quitter le groupe EFDD (Europe of Freedom and Direct Democracy) pour rejoindre les libéraux, actuel 4e groupe au Parlement. Mais les libéraux ont été sidérés de découvrir ce projet, concocté par le belge Guy Verhostadt qui pensait en profiter pour accéder à la présidence, en lieu et place de Martin Schulz.

Portugal. Lisbonne a décrété trois jours de deuil national à partir du lundi 9 janvier après la disparition, à 92 ans, de l’ancien président socialiste Mário Soares. Fondateur du Parti socialiste portugais, Mário Soares fut deux fois chef de gouvernement et président de la République de 1986 à 1996.

Angleterre. Tous avaient prédit un brutal coup de frein pour l’économie britannique après le référendum sur l’Europe du 23 juin et sa sortie de l’Union européenne. Il n’en est rien, l’économie britannique ne s’est jamais si bien portée.

Theresa May vient de le confirmer, la Grande-Bretagne n’essaiera pas de garder des petits bouts d’adhésion à l’Union Européenne. Elle va sortir de l’Union Européenne. Pour Mme May, le contrôle des frontières, des lois et des réglementations n’est pas négociable.

Allemagne. Le président du Parti social-démocrate allemand (SPD), Sigmar Gabriel, a décidé de défier Angela Merkel et d’être candidat à la chancellerie lors des élections législatives fédérales de septembre.

Sigmar Gabriel, 57 ans, est depuis quatre ans vice-chancelier et ministre de l’Économie du gouvernement de « grande coalition » droite-gauche d’Angela Merkel, issu des législatives de septembre 2013.

La Cour constitutionnelle fédérale de Karlsruhe va décider le 17 janvier d’interdire – ou non – le NPD, le parti nationaliste allemand. Initiée à la demande du Parti social-démocrate, cette procédure va-t-elle aboutir ? Une précédente tentative avait échoué en 2003.

L’industrie allemande, qui vit des exportations, ne cache pas son inquiétude avant l’entrée en fonction de Donald Trump. « Les États-Unis sont le premier partenaire commercial de l’économie allemande », confirme le patron des patrons allemands, Dieter Kempf. Mais le deuxième reste l’Europe.

L’actuel vice-chancelier allemand, Sigmar Gabriel, a demandé que « les mosquées salafistes soient interdites, les communautés dissoutes et les prédicateurs expulsés ». « Sur cette question, je suis pour la tolérance zéro », a indiqué, dans un entretien accordé au Spiegel, celui qui est aussi le candidat du SPD à la succession d’Angela Merkel à l’automne prochain.

Russie. Andreï Lougovoï, parlementaire russe de 52 ans, sous l’étiquette du parti nationaliste LDPR, et quatre autres fonctionnaires et hommes d’affaires russes sont interdits de séjour aux USA pour atteinte aux droits de l’homme.

Les Américains reprochent à Lougovoï sa responsabilité dans l’empoisonnement, en novembre 2006, dans un hôtel londonien, d’Alexandre Litvinenko, un agent russe en disgrâce devenu collaborateur des services secrets britanniques (MI6).

Pologne. Des blindés américains sont entrés jeudi 12 janvier en Pologne, début d’un des plus vastes déploiements militaires des États-Unis en Europe depuis la fin de la guerre froide. Le convoi était composé de 24 véhicules blindés Humvee et d’une dizaine de camions.

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertés n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontés aussi dévouées soient elles… Sa promotion, son développement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nécessitent une équipe de collaborateurs compétents et disponibles et donc des ressources financières, même si EuroLibertés n’a pas de vocation commerciale… C’est pourquoi, je lance un appel à nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prêts à nous aider ; il faut dire qu’ils sont très sollicités par les medias institutionnels… et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertés et eux, c’est assez incompatible !… En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertés.