17 octobre 2016

Brèves d’Europe courant octobre 2016

Par Patrick Parment

 

Russie. Le ministère de la Défense a annoncé avoir installé des missiles Iskander dans l’enclave de Kaliningrad à la frontière de la Pologne et de la Lituanie. Et ce en réponse aux grandes manœuvres organisées par les Américains dans la région avec la complicité des forces polonaises et lituaniennes.

La meilleure récolte de blé de toute l’histoire moderne de la Russie, soit 115 millions de tonnes, est attendue en 2016, a annoncé le président Vladimir Poutine à l’occasion du Jour de l’agriculteur et du travailleur dans l’industrie de transformation.

À l’ONU, c’est la cinquième fois depuis le début du conflit en Syrie, en mars 2011, que la Russie bloque un projet de résolution condamnant le régime de Bachar el-Assad. Elle a été lâchée par la Chine, qui pour la première fois depuis le début de la guerre s’est abstenue de la soutenir avec son propre veto.

Enjeu : Alep, la deuxième ville du pays, est une étape essentielle dans la stratégie russe qui vise à aider le régime de Bachar al-Assad à reprendre le contrôle d’une grande partie de la Syrie. L’offensive engagée il y a deux semaines, porte ses fruits sur le plan militaire. Ce qui contrarie évidemment le clan « occidental ». D’où le barrage médiatique à l’encontre de la Russie.

Face à l’agressivité de François Hollande, Vladimir Poutine a décidé de renoncer à sa venue à Paris pour inaugurer, entre autres, l’église orthodoxe du Quai Branly. L’entourage de Vladimir Poutine serait furieux. Il aurait menacé de ne plus rencontrer François Hollande et d’« attendre l’élection d’un nouveau président. »

Allemagne. Angela Merkel s’est rendue en Afrique et plus particulièrement au Mali et au Niger. Elle veut proposer un « partenariat de migration » au nom de l’UE, de la France et de l’Italie. Et elle compte investir un milliard et demi d’euros dans la sous-région.

Lundi 10 octobre, au Niger, elle sera à Niamey, la capitale, qui sert également de base de soutien pour la Luftwaffe, dotée de 200 soldats et de deux Transall, avant de s’envoler pour sa dernière destination, l’Éthiopie.

Le ministère de la Justice allemand a révélé que, jusqu’au début des années 1970, plus de la moitié de sa direction était composée d’anciens membres du Parti nazi. En 1957, la proportion a même atteint 77 %.

Angleterre. Sur le marché noir, le passeport anglais ne fait que grimper comme le souligne une compagnie d’assurance anglaise. Déjà, l’année 2015 avait été marquée par une recrudescence de 23 % des vols de passeport par rapport en 2014, soit 350 000 sur l’année. Mais les premiers chiffres de 2016 sont inquiétants : au mois d’août, 270 000 passeports ont déjà été dérobés.

Le nombre de Britanniques qui se définissent comme bisexuels a progressé de 45 % en trois ans, selon les derniers chiffrés publiés par l’Office national des statistiques du Royaume-Uni. Et pour la première fois, davantage de jeunes adultes s’y déclarent bisexuels plutôt que gays ou lesbiennes.

La dirigeante écossaise Nicola Sturgeon a annoncé son intention de présenter la semaine prochaine un nouveau projet de loi pour un référendum d’indépendance, estimant que le vote pour le Brexit avait changé les termes d’appartenance au Royaume-Uni. Rappelons que l’Écosse a voté massivement pour le maintien dans l’Europe.

Espagne. Le 12 octobre, jour de la fête nationale espagnole, a été l’occasion à Barcelone de manifestations pour le maintien de la Catalogne au sein du royaume. Une réaction aux derniers sondages selon lesquels les Catalans seraient de plus en plus favorables à l’indépendance. Un référendum est annoncé pour septembre 2017.

Hongrie. Le porte-parole du gouvernement hongrois, Zoltán Kovács, vient de mettre en cause la manière dont les médias occidentaux couvrent les affaires politiques de la Hongrie. Il les accuse de reproduire sans le moindre recul ni esprit critique les « informations » diffusées par des mouvements d’opposition très minoritaires, en manifestant une profonde méconnaissance du pays, notamment à propos du référendum sur l’immigration.

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertés n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontés aussi dévouées soient elles… Sa promotion, son développement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nécessitent une équipe de collaborateurs compétents et disponibles et donc des ressources financières, même si EuroLibertés n’a pas de vocation commerciale… C’est pourquoi, je lance un appel à nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prêts à nous aider ; il faut dire qu’ils sont très sollicités par les medias institutionnels… et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertés et eux, c’est assez incompatible !… En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertés.