31 mai 2020

« Big Pharma » ! Phantasme complotiste ou réalité ?

Par Bernard Plouvier

La gestion autoritaire en France et d’une stupidité hilarante un peu partout sur la planète de la réelle, mais peu meurtrière pandémie de coronavirus dit Covid-19 a bien sûr réveillé les fantasmes – ou phantasmes : soit des rêves éveillés – des admirateurs d’Erich Blair, célèbre sous le pseudonyme de « George Orwell ».

medicaments

C’était un grand romancier et, comme tel, un personnage bizarre – victime d’une énurésie de très longue durée, ce qui en dit beaucoup sur son angoisse existentielle –, créateur de mythes et d’allégories.

Il est évident que Macron et ses « inexperts » – la crise du Covid rend nécessaire le passage de l’adjectif au substantif pour désigner l’entourage technocratique du « Président-qui-avait-une-longue-et-belle-carrière-devant-lui-et-qui-ne-l’a-plus-vraiment » – ont démontré leur parfaite nullité dans la gestion de l’affaire.

Mais, à considérer froidement les faits, on ne peut prétendre que Macron and Co aient créé un régime très oppressif. La France de 2020, même durant le passage du pseudo-cyclone Covid-19, n’a rien à voir, de près ou de loin, avec l’ambiance du roman 1984. Pas plus que les Gilets Jaunes et autres contestataires n’étaient les héros de La Ferme des animaux.

Évitons de prendre les fantasmagories d’un déçu du stalinisme et d’un trotskiste pleurnichard pour des leçons de civisme ou pour des prophéties. Une allégorie est amusante ou irritante, mais reste du domaine de l’imaginaire. Le stalinisme et le maoïsme ont très largement dépassé en horreur le produit des ruminations cérébrales de M. Blair.

Dans un autre registre, la très stupide et très malhonnête Loi Avia ne parviendra pas à faire de nos « chers immigrés » (chers, ô combien, en dépenses inutiles pour la communauté nationale) des prix de vertu civique ni des individus assimilables… même si la donzelle tente de faire passer, une fois de plus, aux oubliettes l’unique racisme constaté quotidiennement dans notre pays : le racisme anti-Blancs.

D’une manière générale, il convient d’éviter le ridicule du délire complotiste, qui est toujours une surévaluation caricaturale de faits réels. Certes, la mort de JFK, le Kennedy présidentiel, fut le résultat de la convergence de plusieurs complots de mécontents, mais c’est à peu près l’unique conjuration qui ait réussi au XXe siècle. Quant au complot orléaniste des années 1787-89, où l’on organisa la fronde bourgeoise puis la Grande Peur, il a échappé très vite à ses organisateurs et son résultat fut absolument différent de ce qu’espéraient les apprentis sorciers de la manipulation d’opinion publique.

La pandémie du Covid-19 fait ressurgir un serpent de mer – parmi tant d’autres « complots » de lobbying – le rôle des grands laboratoires pharmaceutiques dans le monde contemporain.

La pharmacopée moderne est née grâce à l’apport de la chimie et de la botanique durant les années 1880-1970 : les médicaments n’étaient pas trop chers, car la recherche préalable à l’isolement des principes actifs restait d’un coût très raisonnable. Tous les médecins qui ont œuvré à la fin des années 1960 et au début de la décennie suivante savent bien qu’il s’agissait de médicaments assez peu efficaces, à l’exception des vaccins, de l’insuline (difficile à manier dans ses formes alors existantes), des premiers anti-inflammatoires, des sulfamides et des antibiotiques.

Le bouleversement thérapeutique est arrivé à la fin de la décennie 1970 et l’on s’est alors aperçu qu’il fallait beaucoup d’argent pour trouver des médicaments vraiment efficaces, ceux-là mêmes qui ont radicalement transformé le pronostic et le confort de vie des diabétiques, des asthmatiques, des coronariens et de nombreuses autres types de malades, modifiant même du tout au tout la prise en charge de nombreux cancers et de certaines leucémies… pas de toutes ces maladies, c’est évident, mais l’amélioration des moyens de traitement fut réellement spectaculaire.

Le coût de la recherche justifiait le prix des médicaments efficaces. Le seul scandale fut et reste d’accepter la mise sur le marché de médicaments peu efficaces ou dangereux et d’en avoir laissé faire la promotion.

En furent et demeurent responsables, beaucoup moins les dirigeants des sociétés pharmaceutiques (la cible « Big Pharma » des complotistes) – après tout, leur rôle est d’organiser la recherche de nouveaux médicaments et de les commercialiser aux mieux des intérêts de leur société –, que de nombreux médecins expérimentateurs (soit un nombre ahurissant de « grands professeurs ») et surtout des « experts » et décideurs au ministère de la Santé de chaque pays… chacun connaît « l’incorruptibilité » et le « désintéressement » des uns et des autres.

Ne pas se tromper de cible est nécessaire lorsqu’on veut faire progresser la gestion du Bien commun… il n’est pas que dans l’imaginaire « Royaume de Danemark » du Prince Hamlet qu’il « y a quelque chose de pourri ».

Il reste d’énormes progrès thérapeutiques à faire, notamment dans le traitement des viroses. La véritable prévention des pandémies virales (et de quelques épidémies bactériennes) passe par le contrôle sanitaire draconien aux frontières, l’arrêt de l’immigration de masse en provenance des pays sales (ce qui diminuerait – outre les pandémies de viroses respiratoires, par définition saisonnières – les épidémies de tuberculose, de choléra, de maladies vénériennes, dont le SIDA, d’hépatites, etc.), enfin et surtout par la stimulation de l’immunité cellulaire des humains.

C’est sur cet objectif que devraient se pencher les chercheurs des grands laboratoires pharmaceutiques… pour l’heure, on a le BCG ; ce n’est pas si mal, mais on doit pouvoir faire beaucoup mieux.

EuroLibertés : toujours mieux vous ré-informer … GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le système ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertés ré-informe parce qu’EuroLibertés est un média qui ne dépend ni du Système, ni des banques, ni des lobbies et qui est dégagé de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertés est un acteur incontournable de dissection des politiques européennes menées dans les États européens membres ou non de l’Union européenne.

Ne bénéficiant d’aucune subvention, à la différence des médias du système, et intégralement animé par des bénévoles, EuroLibertés a néanmoins un coût qui englobe les frais de création et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les déplacements indispensables pour la réalisation d’interviews.

EuroLibertés est un organe de presse d’intérêt général. Chaque don ouvre droit à une déduction fiscale à hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une déduction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coûte en réalité que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertés.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertés (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigé vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sécurisée.
 

3 : Faire un don par chèque bancaire à l’ordre d’EuroLibertés

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-Bicêtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99