7 mai 2020

Si l’Allemagne n’alimente plus la BCE, l’Euro est mort

Par Euro Libertes

 Communiqué du député européen Jean-François Jalkh, député français au Parlement européen, membre du Groupe ID sur la décision de la Cour constitutionnelle allemande

Jean-François Jalkh.

Jean-François Jalkh.

Le retour de la souveraineté des justices nationales à l’égard de la cour de justice de l’Union européenne ?

Le contexte

Le 5 mai 2020, la Cour constitutionnelle allemande lance, par son arrêt du même jour, un pavé dans la mare. En effet, elle dénonce la violation des traités de l’Union dont s’est rendue coupable la Banque centrale européenne (BCE) lorsque celle-ci, alors sous la conduite de l’italien Mario Draghi, a accepté de reprendre les dettes de certains États.

Mais la Cour constitutionnelle allemande va encore plus loin puisqu’elle accuse la Cour de l’Union d’avoir elle-même violé les traités en laissant faire la BCE.

La Cour allemande lance aux deux institutions européennes un ultimatum. Elles ont trois mois pour s’exécuter.

Cet arrêt a deux conséquences :

– La première, au niveau de l’Euro. En effet, si l’Allemagne n’alimente plus la BCE, l’Euro est mort. Que vont donc faire la BCE et la Cour de l’Union ? L’Euro est-il en sursis ? Allons-nous assister à un « Deutschxit » ?

– La seconde, au niveau de la hiérarchie des juridictions et des normes juridiques. En effet, en France, le droit européen, dont les traités, bien sûr, mais aussi la jurisprudence de la Cour de l’Union, constitue, dans l’ordre juridique interne français, un ensemble de normes juridiques supérieures à la loi française. En se compris la constitution.

Comme le confirment l’article 55 de la Constitution de 1958, et les arrêts rendus par la Cour de cassation café Jacques Vabres (1975), et par Conseil d’État français Nicolo (1989).

Les réactions

Les européistes tremblent déjà car ils perçoivent bien l’enjeu financier, économique, juridique et politique du débat, et en appellent à la Cour de l’Union pour qu’elle réagisse et réaffirme la compétence exclusive qu’ils lui attribuent, pour former et interpréter le droit de l’Union, et remettre à sa « place » la Cour constitutionnelle allemande.

C’est ainsi que l’ancien premier ministre belge et actuel député européen Guy Verhofstadt s’est emporté sur Twitter : « Si toutes les cours constitutionnelles de tous les États membres se mettent à donner leur interprétation de ce que l’Europe peut ou ne peut pas faire, c’est le début de la fin. »

Paolo Gentiloni, le commissaire européen au marché intérieur, a abondé: « La BCE est indépendante. Son indépendance est à la base de la politique monétaire européenne. » 

Franz Mayer, professeur de droit à l’université de Bielefeld (Allemagne), invité par le cercle de réflexion européen Bruegel, s’inquiète de la boîte de Pandore ainsi ouverte : « Que va-t-on dire à un juge polonais qui dira que la loi européenne ne s’impose pas à lui ? (…) La CJUE ne peut pas laisser faire, elle doit réagir, c’est une question de survie. C’est une guerre des juges. » 

Le sursaut des Nations libres

Comme vient de le rappeler le vice-ministre polonais de la justice, Sebastian Kaleta, qui s’est fendu d’un tweet: « Les États membres sont les maîtres des traités de l’Union européenne, c’est ce que la Cour constitutionnelle a déclaré aujourd’hui. Les Allemands défendent leur souveraineté. »

Nos juridictions auront-elles le courage et la lucidité de suivre l’exemple de la Cour allemande en reprenant en main leur destin ?

Nous ne manquerons pas de leur poser la question, par le biais de voies de droit que nous offrent notre constitution et nos lois, dans le cadre des dossiers qui nous opposent aux institutions européennes, qui prétendent nous imposer des normes dont plusieurs sont en contradiction avec nos traditions juridiques.

Quant à l’Euro, l’Allemagne qui l’a créé avec la complicité active, depuis Mitterrand, de nos différents gouvernements, elle va, peut-être, enfin, nous en libérer…

EuroLibertés : toujours mieux vous ré-informer … GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le système ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertés ré-informe parce qu’EuroLibertés est un média qui ne dépend ni du Système, ni des banques, ni des lobbies et qui est dégagé de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertés est un acteur incontournable de dissection des politiques européennes menées dans les États européens membres ou non de l’Union européenne.

Ne bénéficiant d’aucune subvention, à la différence des médias du système, et intégralement animé par des bénévoles, EuroLibertés a néanmoins un coût qui englobe les frais de création et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les déplacements indispensables pour la réalisation d’interviews.

EuroLibertés est un organe de presse d’intérêt général. Chaque don ouvre droit à une déduction fiscale à hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une déduction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coûte en réalité que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertés.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertés (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigé vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sécurisée.
 

3 : Faire un don par chèque bancaire à l’ordre d’EuroLibertés

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-Bicêtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99