Apatridie : absence de nationalitĂ©. Situation de celui qui est apatride. Apatride : celui qui a perdu sa nationalitĂ© et n’en a pas lĂ©galement acquis une autre.

Les socialistes européens sont de dangereux idéologues nous faisant croire hypocritement que nous pouvons accueillir toute la misÚre du monde.

Nous, Français de souche, avec nos origines chrétiennes ou athées, serons bientÎt minoritaires devant toutes les vagues migratoires que ces idéologues incapables nous font subir.

Entre l’esprit et l’action, il y a tout un monde ! Être humaniste est une excellente chose, mais penser que nous allons nous entendre avec le monde entier est une dangereuse utopie.

Nous sommes français en voie d’apatridie au sein d’une union europĂ©enne sans Ăąme, car nous ne nous reconnaissons plus dans notre nation qui perd ses racines. Plus besoin de passeport puisque l’apatridie est Ă©rigĂ©e en modĂšle de sociĂ©tĂ©. Peu importe ! disent les socialistes europĂ©ens et c’est bien cela qui leur fait dĂ©faut, le sentiment national.

Nous ne sommes pas prĂȘts Ă  payer une Europe politicienne qui nourrit en son sein des personnages qui nous vendent de l’humanisme en vidant notre nation de sa substance et en ruinant nos finances. La sociĂ©tĂ© ouverte apatride est Ă  nos portes pour des raisons purement financiĂšres. Ne voit-on pas des milliardaires soutenir des associations caritatives qui font n’importe quoi sous couvert d’humanitaire ?

Comment nos caisses pourront-elles financer tout ce monde qui prĂ©tend venir s’établir dans notre pays ?

En France, alors que depuis de nombreuses annĂ©es aucun texte de loi n’avait osĂ© encadrer ce sujet, vient de sortir le 22 mai 2016 dernier un dĂ©cret fixant de nouvelles rĂšgles de domiciliation pour les personnes sans domicile stable : SDF en langage clair (cliquez ici).

Un hasard ? NON. Tous ces migrants se retrouvent errant dans les rues en attendant d’ĂȘtre hĂ©bergĂ©s prioritairement par un bailleur social. Nous les retrouvons aussi devant nos guichets de la CAF, du CCAS, d’une association subventionnĂ©e, de la SĂ©curitĂ© sociale, etc !

Les droits de l’homme sont mortifĂšres, capables d’anĂ©antir des pans entiers de civilisations sur le vieux continent ! HĂ©rĂ©sie du monde moderne qui fera disparaĂźtre l’homme au profit d’un Ă©galitarisme plus que douteux.

Une autre question se pose : comment l’Europe pourrait-elle prĂ©tendre engager sa lutte contre le terrorisme alors mĂȘme qu’elle crĂ©Ă© des apatrides et des dĂ©racinĂ©s à tour de bras ? DĂ©cidĂ©ment, il n’y a aucune cohĂ©rence dans tout ceci. Quand quelques pays de l’Est comme la Pologne rĂ©sistent, le couple franco-allemand se couche !

Il y a dĂ©sormais deux camps en Europe : les partisans de l’apatridie et les nationalistes.