S’interroger sur le prĂ©sident Emmanuel Macron est naturel, n’est-il pas celui qui trace le destin national pendant, au moins, une mandature quinquennale ?

Trois mois aprĂšs son investiture, j’ai souhaitĂ© rappeler ce que pensait alors le dĂ©putĂ©-maire du Havre, loin d’ĂȘtre Premier ministre, du candidat En marche ! Emmanuel Macron. En effet, il est intĂ©ressant, pour tester la cohĂ©sion (Ă  terme) du couple reprĂ©sentant l’exĂ©cutif français, de rappeler l’estime portĂ©e par Édouard Philippe Ă  l’homme, certes seulement candidat, qui le nommera Premier ministre dĂšs la victoire de mai 2017.

Édouard Philippe et Emmanuel Macron.

Édouard Philippe et Emmanuel Macron.

Pour ce – politiquement – proche d’Alain JuppĂ©, Ă  la barbe bien taillĂ©e, qui pratique la boxe (sport interdit par la FĂ©dĂ©ration sportive lorsque l’on porte un systĂšme pileux dĂ©veloppĂ©, mais passons sur ce sujet Ă©pineux
), le candidat issu du gouvernement de Manuel Valls n’a ni le charisme de Kennedy, ni les principes moraux de Pierre MendĂšs-France.

Non, pour l’ancien Ă©lu normand aujourd’hui au sommet de l’exĂ©cutif bicamĂ©ral, Macron ressemble Ă  Macron ou, plus prĂ©cisĂ©ment, Ă  Naevius Sutorius Macro, dit Macron. Ce Macron (nĂ© en 21 avant J.-C. et mort en 38) Ă©tait prĂ©fet – haut fonctionnaire – devenu, Ă  la suite d’une rĂ©volution de palais, le conseiller de l’empereur TibĂšre. Certains historiens indiquent que ce dĂ©vouĂ© Macron finit par Ă©touffer TibĂšre.

Le successeur de TibĂšre, Caligula, qui avait une relation intime avec l’épouse de Macron, finit par pousser le couple au suicide. Ce qui fut fait.

Dans un article Ă©crit pour le quotidien LibĂ©ration le 19 janvier 2017, soit avant la rĂ©vĂ©lation de l’affaire qui plomba la candidature du « candidat de la droite et du centre », Édouard Philippe rappelle malicieusement cette antique histoire tout en indiquant (pour se dĂ©douaner ?) qu’il ne « souhaite cela ni Ă  son homonyme ni Ă  Brigitte ». Oui, Édouard Philippe appelle l’épouse du futur PrĂ©sident par son seul prĂ©nom, sans doute pour rĂ©duire la portĂ©e de ce personnage Ă  son prĂ©nom. On n’oserait pas Ă©crire machisme


Sans souhaiter la bunkerisation du couple Macron et le suicide comme expression finale d’une volontĂ© politique fondĂ©e sur la trahison, Édouard Philippe, doux maire de la ville normande la plus peuplĂ©e, n’hĂ©site pas Ă  Ă©voquer cette mĂ©thode de fin de vie.

Rappelons que le livre Suicide, mode d’emploi Ă©crit par Claude Guillon et Yves le Bonniec, paru en 1982 aux Ă©ditions Alain Moreau, fut interdit Ă  la vente en France pour « incitation au suicide ». Mais Édouard Philippe, dont le jeunisme est un atout dĂ©clarĂ©, n’était mĂȘme pas encore, Ă  cette Ă©poque, militant chez les jeunes (sic) rocardiens.

Macron, le nĂŽtre, est, pour son futur collaborateur, l’expression du populisme patricien. Et Dieu sait que le terme « populisme » est chargĂ© d’une Ă©nergie on ne peut plus nĂ©gative. Heureusement que le sectateur Philippe ajoute que le candidat Macron plaĂźt « à ceux qui n’aiment ni Fillon, ni Le Pen ». C’est probablement le cas de ce juppĂ©iste, partisan du « ni, ni » (ni Fillon, ni Le Pen), mais le 19 janvier dernier, il n’en a pas encore conscience. L’homme de SablĂ© est encore favori. Ce choix se concrĂ©tisera aprĂšs l’affaire dite PĂ©nĂ©lope. Comme quoi l’esprit ne vient pas toujours si rapidement aux « bien nĂ©s ».

Pour l’hĂ©ritier d’Antoine Rufenacht, ancien directeur de campagne de Jacques Chirac en 1995 et « tombeur » des communistes au Havre la mĂȘme annĂ©e, Emmanuel Macron « n’assume rien mais promet tout »  Laissons-lui la paternitĂ© de ce message et abstenons-nous de le commenter.

Pour le sage du Havre, le candidat Macron est le « promoteur des autocars », à la fois « juvénile » et « cynique ». Quel portrait !

Heureusement que notre futur Premier ministre Ă©tale sa culture de l’AntiquitĂ© romaine pour nous rappeler que la traduction latine « En marche ! » est ambulans.

Depuis, Édouard Philippe, pourfendeur du « banquier technocrate » (je le cite toujours
) est montĂ© dedans. À grandes enjambĂ©es


Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.