Depuis peu, une proposition surgit Ă  gauche. Les socialistes souhaitent participer aux primaires de la droite, afin de choisir leur candidat : l’oie de Bordeaux, Alain JuppĂ©, plus connu sous le sobriquet d’Ali JupĂ©tain suite Ă  la mosquĂ©e de Bordeaux et Ă  son amitiĂ© avec des salafistes, qui serait le favori.

La gauche, nous le savons depuis 2002 et les Ă©lections rĂ©gionales, n’a aucun Ă©tat d’ñme. La dĂ©mocratie est un paravent. La libertĂ© d’expression n’est que du papier de toilette. Ce qui compte pour cette gauche, c’est la libertĂ© de voter socialiste, l’égalitĂ© par le bas, la fraternitĂ© immigrĂ©e, et les droits de l’homme socialiste.

La charte des primaires de la droite stipule sur l’honneur que vous devez partager les mĂȘmes valeurs qu’elle. De plus, c’est payant. Qu’importe, l’idĂ©e est de pourrir cette primaire de la droite. L’honneur chez les socialistes ? Ils s’en moquent ! La volontĂ© est d’avoir le candidat de droite rĂȘvĂ© car ils savent qu’au deuxiĂšme tour, ils n’y seront pas. C’est la politique de la « terre brĂ»lĂ©e », on choisit le moins mauvais contre Marine Le Pen. Car c’est ça, la rĂ©alitĂ© du moment !

DĂ©mocratie ? Mais de quoi parlez-vous ? Donner la parole au peuple ? Laisser le peuple choisir ? Lui laisser le libre choix ? Mais il n’en est pas question ! Le logiciel socialiste n’a pas dans son programme l’expression de la libertĂ© des peuples de choisir par eux-mĂȘmes. Sauf si cette libertĂ© est cadrĂ©e par eux. La dĂ©mocratie oui, mais « populaire », rĂ©gulĂ©e, guidĂ©e, sous contrĂŽle. Les « sans dent » sont trop cons pensent-ils !

Toute l’histoire du socialisme n’est qu’un rejet de la dĂ©mocratie.

Toutes les expressions libres possibles sont condamnées : plébiscite, référendum, élections, Front Républicain.

Toutes les alliances avec le diable jalonnent l’histoire du socialisme. Depuis Robespierre Ă  Pol Pot en passant par LĂ©nine, Mussolini, Staline, Hitler ! Tous des socialistes !

L’humanisme socialiste n’est que l’expression de la supĂ©rioritĂ© de l’idĂ©ologie socialiste sur toutes choses, y compris sur les peuples dĂ©crĂ©tĂ©s incapables de comprendre, de dire, de faire, de dĂ©cider pour eux-mĂȘmes et par eux-mĂȘmes.

Qui ne se souvient des maux du colonialisme de la gauche, des propos de Jules Ferry sur les races supĂ©rieures devant apporter aux races infĂ©rieures les lumiĂšres de la civilisation ! Repris par LĂ©on Blum au sujet des peuples africains et autres. On sait ce que cela a donnĂ©. Nous savons ce que cela nous apporte aujourd’hui. Ce sont les socialistes qui sont responsables, et non la droite de l’époque qui elle, Ă©tait tournĂ©e sur la revanche, le retour de l’Alsace et de la Lorraine, la ligne bleue des Vosges. Rares sont ceux qui, comme Clemenceau, radical-socialiste, ont refusĂ© de coloniser l’Afrique. Sans doute se mĂ©fiaient-ils des « lumiĂšres » socialistes.

Les socialistes n’ont aucune morale. Seule compte leur survie. Tous les moyens sont bons y compris les manipulations de la mĂ©moire, les mensonges historiques dans les Ă©coles de la RĂ©publique, les transferts de responsabilitĂ©s.

Demain, ils signeront la charte, paieront le droit de voter et iront trahir les Ă©lecteurs. Leur mentor Mitterrand est pour eux, leur plus bel exemple. Lui qui aura pourtant mangĂ© Ă  tous les rĂąteliers : Action Française avant-guerre, collaborateur dĂ©corĂ© de la Francisque sous PĂ©tain, rĂ©sistant Ă  neuf mois du dĂ©barquement, recalĂ© en AlgĂ©rie par de Gaulle qui ne voulait pas de ce sulfureux rĂ©sistant de la derniĂšre heure, Ministre sous la IVe RĂ©publique, intrigant et menteur, suite Ă  son faux attentat de l’Observatoire, virĂ© au rose socialiste, bouffeur Ă  la gamelle des communistes et premier PrĂ©sident « socialiste ». Un bel exemple en effet.

Je pense Ă  tous ceux qui vont participer Ă  cette fumisterie. À tous ceux qui dĂ©clarent la main sur le cƓur : « Tout sauf Marine Le Pen ». Je leur dis simplement : croyez-vous vraiment que vos reprĂ©sentants, que l’histoire du socialisme, des socialistes, les manipulations et les compromis passĂ©s avec toutes sortes de dictateurs d’hier et d’aujourd’hui comme Castro Ă  Cuba, vous autorisent Ă  donner des leçons de dĂ©mocratie et de morale ? N’avez-vous pas honte de participer d’une maniĂšre ou d’une autre, Ă  une manipulation de la dĂ©mocratie et de l’expression du peuple de France dont vous faites partie.

Mais contrairement Ă  vous, socialo-communistes de la honte, j’ai la plus haute estime du peuple de France. MĂȘme si souvent, il m’agace par sa lenteur Ă  se rĂ©veiller, sa frilositĂ©. Mais ce peuple de France n’est pas ce que vous aimeriez qu’il soit ! Ce n’est pas un peuple de moutons Ă  la recherche du berger socialiste. Il vaut bien mieux que vous.

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.