En cette fin d’étĂ©, aprĂšs avoir traitĂ© les Bretons de Maffiosi, notre gĂ©nialissime PrĂ©sident-Dictateur-GĂ©nĂ©ral s’en prend aux Gaulois, qu’il juge irrĂ©ductiblement opposĂ©s Ă  ses merveilleuses rĂ©formes. Analysons la chose !

Cavalier gaulois du pont d'IĂ©na.

Cavalier gaulois du pont d’IĂ©na.

Grand Timonier et sa Dame ont inaugurĂ© l’étĂ©, au Palais de l’ÉlysĂ©e, en transformant la FĂȘte de la musique en gay-pride africaine. Libre Ă  eux d’afficher leurs goĂ»ts. Mais certains Gaulois auraient peut-ĂȘtre vu avec plaisir quelques-uns des leurs – pianistes, violonistes ou violoncellistes, certains Ă©tant de rĂ©putation internationale – ĂȘtre invitĂ©s Ă  se produire au milieu des ors de la RĂ©publique et faire entendre de la musique, sinon gauloise du moins europĂ©enne.

Durant l’étĂ©, l’immigration exotique s’est donnĂ©e en spectacle dans la ville de Nantes oĂč l’éclairage public fut artificiellement renforcĂ© par les incendies volontaires Ă  rĂ©pĂ©tition. Que l’on sache, les Gaulois n’ont guĂšre protestĂ©, alors que l’occasion aurait Ă©tĂ© bonne de contester la politique macronienne en faveur de l’immigration de masse. Les protestations se font entendre en Italie et en Europe danubienne, prouvant qu’il existe encore des dirigeants qui se sentent europĂ©ens dans notre continent.

On sait qu’il a fallu beaucoup de reprĂ©sentations, en ville et sur les plages, donnĂ©es par le couple prĂ©sidentiel, que l’on a prudemment mis en contact avec des sympathisants – surtout pas des Gaulois frondeurs –, pour faire oublier le scandale de la barbouziĂšre Ă©lysĂ©enne et celui, qui ne fait que dĂ©buter, de la tentative d’étouffement de l’affaire par les conseillers les plus proches de notre distinguĂ© contempteur de Bretons et de Gaulois.

De fait, si l’une des barbouzes, qui avaient tabassĂ© des manifestants tout en n’étant pas membres des forces de l’ordre, Ă©tait de souche europĂ©enne, l’autre Ă©tait une de ces « chances pour la France » issue de l’immigration maghrĂ©bine. N’en dĂ©plaise Ă  notre Guide GĂ©nial, les Gaulois bon enfant n’ont pas trop relevĂ© cette ignominie : de l’extra-EuropĂ©en qui se permet de tabasser du manifestant parisien, espĂ©rant l’impunitĂ© du fait de ses relations avec le couple prĂ©sidentiel.

Il est exact que, sans une fuite savamment organisĂ©e, les Gaulois n’en auraient rien su. Si cette conception de la DĂ©mocratie et de la transparence dans l’information est l’une des « rĂ©formes » du PrĂ©sident Macron, les Gaulois n’ont guĂšre de raison d’approuver.

De mĂȘme, faut-il applaudir l’équipe gouvernementale lorsqu’elle promet de multiplier les parcs d’éoliennes et de diminuer la production d’électricitĂ© fournie par la fission du noyau atomique ? Ce choix, pour lequel le Peuple souverain n’a nullement Ă©tĂ© consultĂ©, n’aboutira qu’à une seule chose : augmenter considĂ©rablement le prix de l’électricitĂ©. MĂȘme le plus sot des Gaulois commence Ă  le savoir.

On peut concevoir une lĂ©gĂšre grogne du Français non millionnaire en euros qui constate, en cette annĂ©e, une reprise de l’inflation. Si, par un facĂ©tieux hasard, l’inflation dirigĂ©e – une idĂ©e chĂšre Ă  Lord Keynes – Ă©tait une « rĂ©forme » macronienne « pour faire repartir la croissance », on pourrait estimer lĂ©gitime la contestation : la chose a Ă©tĂ© largement tentĂ©e au XXe siĂšcle et a constamment Ă©chouĂ©, sauf bien sĂ»r Ă  remplir les poches des intermĂ©diaires de la distribution, petite et grande.

Autre rĂ©forme sublime : la limitation Ă  80 km/h de la vitesse sur routes. Cet Ă©tĂ©, le nombre de contraventions radars-dĂ©pendantes a pulvĂ©risĂ© tous les records. MĂȘme bon enfant, les Gaulois ne peuvent qu’ĂȘtre sceptiques quant Ă  la motivation de cette rĂ©forme. On Ă©voque, en haut lieu, une (Ă©ventuelle) rĂ©duction des morts par accident ; le bon peuple constate surtout un accroissement monstrueux des taxes rĂ©pressives.

GĂ©nial PrĂ©sident frappe les retraitĂ©s, certes modĂ©rĂ©ment dans l’immĂ©diat, mais des guignols parlementaires de sa majoritĂ© estiment que les retraitĂ©s « vont devoir faire davantage d’efforts ». Les Gaulois qui ont travaillĂ© longtemps et souvent fort bien ne sont pas forcĂ©ment ravis de cette rĂ©forme qui annonce des lendemains qui chantent de moins en moins
 sauf Ă  aimer le rap.

Si « rĂ©former » signifie pour M. Macron insulter les PrĂ©sidents Trump et Poutine, aux rĂ©sultats Ă©conomiques et sociaux supĂ©rieurs aux siens, on peut comprendre une certaine gĂȘne des Gaulois, certes chauvins, mais pas forcĂ©ment idiots au point d’ĂȘtre incapables de comparer les succĂšs des uns, l’échec des autres, singuliĂšrement celui du couple mal assorti Macron-Merkel.

Des parades sexuelles bizarres approuvĂ©es par nos bons princes, un accroissement du coĂ»t de la vie et des taxes Ă  la consommation (jetez un Ɠil au prix des carburants), une immigration extra-europĂ©enne toujours plus importante et quelque peu « turbulente », des parlementaires qui amusent la galerie avec la nĂ©gation de la notion de race, l’introduction des chats dans les palais de la RĂ©publique et des projets rĂ©ellement dĂ©biles, une diminution constante des services de l’État alors que les sommes payĂ©es en impĂŽts directs et indirects augmentent indĂ©niablement, un chĂŽmage qui croĂźt aussi rapidement que l’insĂ©curitĂ©, enfin un couple prĂ©sidentiel de style people entourĂ© de personnages louches
 s’il s’agit lĂ  des « rĂ©formes » de Super-Macron, on peut comprendre l’ironie des Gaulois.

Et l’on en vient Ă  murmurer, avant de le crier trĂšs fort : « Gaulois, rĂ©veillez-vous ! »

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99

A propos de l'auteur

Bernard Plouvier

Ancien chef de service hospitalier, spĂ©cialisĂ© en MĂ©de­cine interne.Il est auteur de nombreux livres historiques (L’énigme Roosevelt, faux naĂŻf et vrai machiavel ; La tĂ©nĂ©breuse affaire Dreyfus ; Hitler, une biographie mĂ©dicale et politique ; Dictionnaire de la RĂ©volution française,
) et d'essais (RĂ©flexions sur le Pouvoir. De Nietzsche Ă  la Mondialisation ; Le XXIe siĂšcle ou la tentation cosmopolite ; Le devoir d’insurrection,
). Il a Ă©tĂ© Ă©lu membre de l’AcadĂ©mie des Sciences de New York en mai 1980.

Articles similaires