On laissera Ă  certains admirateurs la responsabilitĂ© de propos conspiratifs en faveur de Fillon. On pense ce qu’on veut du nĂ©o-FN (c’était quoi l’ancien FN ? Le point de dĂ©tail et la nostalgie de la milice ?), mais le nĂ©o-FN ne se soumet pas encore Ă  Castries et aux Bilderbergs. Le nĂ©o-FN ne menace pas le risque bĂ©nin en mĂ©decine qui s’étendra Ă  toute la mĂ©decine. Il semble que la campagne de François Fillon a explosĂ© grĂące aux patrons qui ont vu qu’Alain JuppĂ© n’était plus le bon candidat : trop ĂągĂ© et haut landais


Je cite Marine Le Pen qui Ă©tablit les liens entre Macron-Soros-Rothschild et Castries-Fillon-Bilderbergs : « Sur tous les sujets de fond, ils sont bien d’accord. Ils s’inscrivent dans l’UE, la soumission aux traitĂ©s, la politique d’austĂ©ritĂ©, ils refusent les frontiĂšres nationales, le patriotisme Ă©conomique, la moindre forme de protectionnisme, ils veulent gagner de la compĂ©titivitĂ© en effondrant les salaires, ils sont tous les deux pour la suppression de la durĂ©e lĂ©gale du travail [
], pour la destruction d’un systĂšme de protection sociale auquel les Français sont extrĂȘmement attachĂ©s. »

À l’ñge du dĂ©mentiel pape argentin qui a rĂ©ussi Ă  vider la place saint-Pierre, François Fillon s’affiche tout de go catholique. Les familles bourgeoises et catholiques sont depuis longtemps rentrĂ©es Ă  la niche (elles ne sont pas trĂšs rĂ©volutionnaires) et elles se soumettent Ă  Fillon, qui leur garantira une baisse des remboursements mĂ©dicaux pour rassurer les marchĂ©s – en attendant la disparition du cash façon hindoue pour rassurer les banksters. Mais elles s’en moquent, les familles bobo-cathos, en gĂ©nĂ©ral bien fortunĂ©es. Elles ont un parc immobilier et ne se prĂ©occupent pas de la maniĂšre dont on croquera ce qui reste de Français Ă  1 000 ou 1 500 euros par mois.

Des problĂšmes avec la justice ? Mais elles sont rassurĂ©es par la bĂȘtise de Fillon, comme elles Ă©taient rassurĂ©es par la bĂȘtise de Bayrou (dixit Michel Houellebecq). On change de guignol pour suivre la mĂȘme politique et ça suffit. Relisez LĂ©on Bloy ou Bernanos pour en rire.

Enfin, Fillon n’est pas Trump. Trump incarne malgrĂ© tout la rĂ©bellion. Fillon incarne la continuitĂ© de la soumission Ă  la française ; le nĂ©o-Français n’est jamais rassasiĂ© d’en reprendre plein le QI. Il en redemande, c’est sa nature de bourgeois ou de petit-bourgeois. On cite CĂ©line encore : « Tout ça plus dĂ©cidĂ© que jamais Ă  ne jamais cĂ©der un pouce de ses Fermes, de ses PrivilĂšges de traite des blancs par guerre et paix jusqu’au dernier soubresaut du dernier paumĂ© d’indigĂšne. Et les Français sont bien contents, parfaitement d’accord, enthousiastes.

Une telle connerie dĂ©passe l’homme. Une hĂ©bĂ©tude si fantastique dĂ©masque un instinct de mort, une pesanteur au charnier, une perversion mutilante que rien ne saurait expliquer sinon que les temps sont venus, que le Diable nous apprĂ©hende, que le Destin s’accomplit. »

Quand on patauge dans ce marais depuis si longtemps, on peut le dire : Courage, Fillon !

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.