par Franck Deletraz

S’il faudra sans doute attendre plusieurs mois voire plusieurs annĂ©es pour rĂ©aliser Ă  quel point la dĂ©cision des Britanniques de quitter cette vĂ©ritable prison des peuples qu’est l’UE aura Ă©tĂ© Ă  tout point de vue bĂ©nĂ©fique pour le Royaume-Uni, il est d’ores et dĂ©jĂ  des signes qui ne trompent pas. Comme ce nouveau systĂšme d’immigration « à points » dĂ©voilĂ© mercredi par un gouvernement britannique bien dĂ©cidĂ© Ă  reprendre le contrĂŽle de sa politique migratoire, devenue folle aprĂšs des annĂ©es de tyrannie bruxelloise.

Dessin Chard

« Faire baisser le nombre d’immigrĂ©s »

Ayant pour objectif de privilĂ©gier les cerveaux « brillants » au dĂ©triment des « travailleurs peu qualifiĂ©s », ce nouveau systĂšme impose ainsi aux candidats Ă  l’immigration en Grande-Bretagne, pour obtenir un visa de travail, de prĂ©senter des compĂ©tences spĂ©cifiques, de parler anglais et d’avoir dĂ©jĂ  une proposition d’emploi avec un salaire minimum annuel de 25 600 livres (soit 30 820 euros). Ainsi, a expliquĂ© le ministre de l’IntĂ©rieur Priti Patel, en saluant un « moment historique » qui met fin Ă  la libre circulation, « nous rĂ©pondons aux prioritĂ©s des citoyens en introduisant un nouveau systĂšme Ă  points qui fera baisser le nombre d’immigrĂ©s ». ConcrĂštement, ce systĂšme, qui devrait entrer en vigueur le 1er janvier 2021 Ă  l’issue de la pĂ©riode de transition qui a dĂ©butĂ© aprĂšs la sortie du Royaume-Uni de l’UE le 31 janvier dernier, attribuera aux candidats des points selon les compĂ©tences, les qualifications et les niveaux de salaires, et traitera les citoyens europĂ©ens et non europĂ©ens « de maniĂšre Ă©gale ». Ce qui veut dire, d’une part, que « les visas ne seront plus accordĂ©s qu’à ceux qui auront obtenu suffisamment de points », mais qu’en outre ce systĂšme donnera « la prioritĂ© aux meilleurs talents », comme les « scientifiques, ingĂ©nieurs et universitaires ». De quoi nous faire rĂȘver, nous autres Français, qui accueillons, nous, toute la misĂšre du monde


PrioritĂ© Ă  l’élite

La proposition du gouvernement britannique exige notamment que chaque travailleur Ă©tranger accumule 70 points pour pouvoir ĂȘtre candidat, et prĂ©voit l’ajout d’un certain nombre de points pour chaque qualification ou compĂ©tence. Le systĂšme octroie un maximum de 20 points aux candidats Ă  la migration qui gagnent au moins 25 600 livres (30 820 euros) et aucun point Ă  ceux qui obtiendront le minimum requis de 20 480 livres (24 611 euros). Vingt autres points iront Ă  ceux qui feront preuve de « compĂ©tences appropriĂ©es » et vingt points de plus pour ceux qui parleront l’anglais Ă  un « niveau requis ». Ces mesures, toutefois, ne concerneront pas les quelque 3,2 millions de ressortissants de l’UE qui ont demandĂ© Ă  rĂ©sider en Grande-Bretagne avant l’issue du Brexit. Par ailleurs, concernant les visas Ă©tudiants, ils seront aussi basĂ©s sur un systĂšme de points et ouverts aux « talents du monde entier », Ă  condition d’avoir reçu une proposition d’un Ă©tablissement britannique, de parler anglais et de pouvoir subvenir Ă  ses besoins. Les citoyens de l’UE et d’autres pays ayant des accords avec le Royaume-Uni n’auront cependant pas besoin de visas pour un sĂ©jour de moins de six mois.

Article paru dans les colonnes du quotidien Présent.

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99

A propos de l'auteur

Euro Libertes

EuroLIbertés est le site de la réinformation européenne.

Articles similaires