23 février 2020

Végans vs écolos

Par Philippe Randa

La Cour supérieure du Québec – l’un des plus hauts tribunaux du Québec – vient d’interdir aux militants du groupe antispéciste Direct Action Everywhere de se trouver à moins de 500 mètres d’un bâtiment agricole, tandis qu’un séminaire en ligne « pour apprendre à ses membres comment se défendre contre l’intimidation et les actions illégales des activistes végans » a été créé par l’Union des producteur agricoles.

Par ailleurs, à Montréal, le célèbre restaurant Manitoba, a vu sa serrure mise hors service par de la colle et un message d’intimidation a été laissé à l’intention de ses employés, accusés de collaborer avec les « crimes » du Chef qui « aurait du sang sur les mains. »

Un vocabulaire de guerre civile…

Le célèbre restaurant Manitoba,à Montréal.

Le célèbre restaurant Manitoba,à Montréal.

Mais va-t-on voir bientôt réagir les écologistes au crétinisme végan ? Car lorsque, le 7 décembre 2019, une dizaine d’activistes ont occupé illégalement une porcherie de la région de la Montérégie, dans l’ouest de la Belle Province, ils ont « mis en péril la santé des bêtes, a-t-on appris par la suite, car les mesures élémentaires d’hygiène et de biosécurité n’avaient pas été respectées », nous apprend le site sputniknews.

« Les végans (…) sont peu conscients du fait que l’agriculture – par sa nature réelle – est un écosystème dont on ne peut isoler les aspects végétaux et animaux, ne serait-ce que pour le besoin de fumier fertilisant et le besoin d’assurer des rotations de culture », rappelle M. Bouchard, auteur de plusieurs livres sur la question écologique et agricole… et qui constate également que les végans sont les complices du mondialisme le plus dément : « De même, on se rend compte que le véganisme entre facilement en conflit avec la production locale biologique : on préfère importer des noix ou des laits de coco produits industriellement ailleurs que d’acheter des produits locaux bio. En d’autres mots, il y a beaucoup de contradiction et d’ignorance dans ce discours. »

Un végan est-il donc plus « bête que méchant » ou plus « méchant que bête  » ? That is the (new) question

 

EuroLibertés : toujours mieux vous ré-informer … GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le système ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertés ré-informe parce qu’EuroLibertés est un média qui ne dépend ni du Système, ni des banques, ni des lobbies et qui est dégagé de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertés est un acteur incontournable de dissection des politiques européennes menées dans les États européens membres ou non de l’Union européenne.

Ne bénéficiant d’aucune subvention, à la différence des médias du système, et intégralement animé par des bénévoles, EuroLibertés a néanmoins un coût qui englobe les frais de création et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les déplacements indispensables pour la réalisation d’interviews.

EuroLibertés est un organe de presse d’intérêt général. Chaque don ouvre droit à une déduction fiscale à hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une déduction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coûte en réalité que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertés.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertés (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigé vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sécurisée.
 

3 : Faire un don par chèque bancaire à l’ordre d’EuroLibertés

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-Bicêtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99