Ursula Stenzel est une Ă©lue du FPÖ, le parti patriotique autrichien, Ă  Vienne. Lionel Baland l’a interrogĂ©e pour EurolibertĂ©s.

Vous avez siĂ©gĂ© en tant que dĂ©putĂ© europĂ©en du Parti social-chrĂ©tien autrichien ÖVP et avez Ă©tĂ© prĂ©sidente de ce parti dans un des arrondissements de Vienne. Pourquoi avez-vous ensuite figurĂ©, en 2015, en tant que candidate indĂ©pendante sur la liste du FPÖ pour le Conseil municipal de Vienne/Parlement de l’État de Vienne(1), ce qui vous a permis d’ĂȘtre Ă©lue ?

Mon passage de l’ÖVP au FPÖ a Ă©tĂ© motivĂ© par la prĂ©tendue crise des rĂ©fugiĂ©s de 2015, qui m’a fait douter de la dĂ©termination de l’ÖVP et du Parti Populaire EuropĂ©en (PPE) – dont l’ÖVP est membre – Ă  s’opposer Ă  cette « invasion sans armes ». Cette impression m’est venue aprĂšs une conversation avec Elmar Brok – membre du Parti dĂ©mocrate-chrĂ©tien allemand CDU –, le prĂ©sident de longue date du comitĂ© de politique Ă©trangĂšre du Parlement europĂ©en, que j’ai contactĂ© par tĂ©lĂ©phone au cours de cette crise extrĂȘmement difficile en Europe et qui a mentionnĂ© les soi-disant hotspots – centres de premier accueil – comme Ă©tant le seul moyen possible, alors que cette mesure est toujours actuellement un Ă©chec. PrĂ©cisons que l’accord conclu ultĂ©rieurement avec la Turquie ne fonctionne pas.

Avant votre entrĂ©e en politique, vous avez occupĂ© d’importantes fonctions journalistiques : vous avez Ă©tĂ© rĂ©dactrice et prĂ©sentatrice Ă  l’ORF, la radiotĂ©lĂ©diffusion publique autrichienne. L’objectivitĂ© des mĂ©dias publics et privĂ©s a-t-elle Ă©voluĂ©e ces derniĂšres annĂ©es ?

L’objectivitĂ© n’a pas Ă©voluĂ© positivement, mais a reculĂ©. En effet, la « colorisation politique subjective » de l’information, allant dans le sens des idĂ©es de certains partis, a pris le dessus au sein de la radiotĂ©lĂ©diffusion publique, mais aussi dans les mĂ©dias privĂ©s. Les deux partis du systĂšme, les sociaux-chrĂ©tiens et les sociaux-dĂ©mocrates, respectivement noirs – devenus ensuite turquoises – et rouges, influent depuis longtemps sur le paysage audiovisuel. Lors des dĂ©bats Ă©lectoraux, le principe du « tous contre tous » est utilisĂ© afin d’engendrer la confusion et sert les partis du systĂšme.

Affiche du FPÖ à VIenne lors des élections de 2015. HC Strache et Ursula Stenzel.

Affiche du FPÖ à Vienne lors des élections de 2015. HC Strache et Ursula Stenzel.

La branche maternelle de votre famille est issue du judaĂŻsme et votre arriĂšre-grand-pĂšre Ă©tait rabbin Ă  Vienne. Cette situation a-t-elle eu un impact nĂ©gatif sur vos relations avec le FPÖ et sur votre participation aux activitĂ©s de ce parti, prĂ©sentĂ© parfois par ses opposants comme Ă©tant dĂ©favorable aux personnes de cette religion ?

Mon ascendance maternelle juive, dont je suis trĂšs fiĂšre, n’a eu aucun impact nĂ©gatif au sein du FPÖ sur ma personne et mes activitĂ©s politiques. En outre, j’ai Ă©tĂ© Ă©duquĂ©e et socialisĂ©e d’un point de vue chrĂ©tien car ma mĂšre est convertie au catholicisme.

La capitale autrichienne, souvent surnommĂ©e « Vienne la rouge », est une ville de type social-dĂ©mocrate (SPÖ). Pensez-vous, qu’à l’avenir, une coalition entre les patriotes du FPÖ et les sociaux-chrĂ©tiens de l’ÖVP pourrait exercer la direction de cette cité ? Une telle alliance ne serait-elle pas en contradiction avec l’esprit de « Vienne la rouge » ? D’autre part, une future coalition du FPÖ et du SPÖ est-elle envisageable Ă  Vienne ?

Je ne suis pas prophĂšte, mais, pour l’instant, il semble que le SPÖ et l’ÖVP flirtent ensemble et espĂšrent voir se rĂ©aliser une chute du FPÖ. Il est Ă  souhaiter que le FPÖ, malgrĂ© tous les efforts des opposants politiques pour l’affaiblir avec l’affaire de la vidĂ©o d’Ibiza et d’autres accusations contre l’ex-vice-chancelier et prĂ©sident du parti Heinz-Christian Strache, puisse se maintenir, ne serait-ce que pour mettre Ă  jour divers scandales de dons et de dĂ©cisions en matiĂšre d’occupation des sols tournant autour de la gestion de la majoritĂ© SPÖ-Ă©cologiste actuelle. Les Viennois le mĂ©rite.

En Autriche, des Ă©lections lĂ©gislatives ont lieu le 29 septembre 2019. Quelle coalition dĂ©sirez-vous voir se constituer Ă  la suite de ce scrutin ? Pensez-vous que le FPÖ pourrait Ă©galement s’allier avec des partis autres que l’ÖVP afin de gouverner le pays ?

De nombreux Autrichiens salueraient une nouvelle coalition ÖVP-FPÖ, car le prĂ©cĂ©dent gouvernement avait, grĂące au FPÖ, introduit de bonnes mesures et le chancelier de l’époque, Sebastian Kurz, a dissous cette coalition sans aucune nĂ©cessitĂ©, car il dĂ©sirait se dĂ©barrasser du ministre FPÖ de l’IntĂ©rieur Herbert Kickl. Une coalition regroupant l’ÖVP, les Ă©cologistes et les libĂ©raux de NEOS pourrait ne pas rĂ©sister au temps et tomber si elle rencontrait des difficultĂ©s. Mais la parole est aux Ă©lecteurs.

Vous avez participĂ© au rassemblement commĂ©moratif, de cette annĂ©e 2019, de la bataille de Vienne – qui avait vu en 1683 les Ottomans ĂȘtre dĂ©faits aux portes de la cité –, en tant que membre de l’Union des universitaires de Vienne [Wiener Akademikerbund] – un think tank conservateur –, qui a coorganisĂ© cet Ă©vĂ©nement, et avez prononcĂ© un discours. Pourquoi ĂȘtes-vous accusĂ©e d’avoir fait cause commune avec les Identitaires, alors que, bien que prĂ©sents, ceux-ci n’ont pas utilisĂ© leurs symboles habituels ? Comment expliquez-vous le fait que l’organe de presse Ă  grand tirage Kronen Zeitung a publiĂ© une photo au sein de laquelle vous figurez devant des symboles Identitaires ?(2)

Je me suis rendue Ă  cette commĂ©moration Ă  l’invitation de l’Union des universitaires de Vienne et je ne savais vraiment pas que les Identitaires y prenaient aussi part. Les drapeaux qui ont Ă©tĂ© portĂ©s Ă©taient ceux aux armoiries de Vienne. Cette photo est, selon moi, un montage et un faux.

Notes

(1) Vienne est une ville et Ă©galement un des États autrichiens.

(2) https://imgl.krone.at/scaled/1992439/vf4107d/full

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99