30 septembre 2019

Brèves d’Europe

Par Patrick Parment

Union européenne. La haute représentante de l’UE pour les Affaires étrangères, Federica Mogherini, a annoncé la création d’une « plate-forme d’échanges » poussant les cultes à s’impliquer dans la vie politique et sociale. Le ballon d’essai du programme incite les pays européens à s’adapter au maximum pour que les musulmans puissent pratiquer un « islam authentique ».

Federica Mogherini.

Federica Mogherini.

La BCE (Banque centrale européenne) se trouve contestée et fragilisée par dix gouverneurs sur vingt-cinq représentant au minimum 60 % du PIB de la zone euro qui se sont opposés au laxisme monétaire de Mario Draghi.

Les dix gouverneurs contestent l’urgence et les mesures prises unilatéralement par Draghi. Selon l’agence Bloomberg, « il s’agit d’un désaccord jamais vu dans le mandat de 8 ans de Draghi à propos d’une décision majeure de politique monétaire ». Christine Lagarde doit le remplacer au 1er novembre et n’a aucune compétence en matière monétaire.

À Bruxelles on commence à se poser des questions face à l’amateurisme persistant de la nouvelle présidente de la Commission – elle entrera officiellement en fonction le 1er novembre. Von der Leyen ne fait confiance qu’à deux hommes qu’elle a déjà imposés dans les mêmes fonctions au ministère de la Défense à Berlin : son chef de cabinet, Bjoern Seibert, et son porte-parole, l’ancien journaliste Jens Flosdorff, qui ne connaissent rien aux affaires européennes.

Les eurodéputés ont donné leur feu vert à la nomination de Christine Lagarde à la présidence de la Banque centrale européenne. Par 394 voix pour, 206 voix contre et 49 abstentions, le Parlement européen, réuni en session plénière à Strasbourg, a ainsi validé la proposition faite par le Conseil européen.

Autriche. Les délégués du parti autrichien FPÖ ont officiellement élu Norbert Hofer à la tête de la formation pour la diriger aux élections législatives anticipées du 29 septembre. « Notre objectif est de devenir la formation la plus puissante d’Autriche parce que nous en sommes capables et parce que l’Autriche a besoin de nous. »

Croatie. Elizabeta Madjarevic, première secrétaire à l’ambassade de Berlin, a été brutalement rappelé à Zagreb et suspendue sans solde de ses fonctions pour avoir posté au sujet de la côte dalmate le message suivant sur sa page facebook : « Pure et authentique Europe. Avec juste des Européens blancs comme c’était le cas il y a seulement trente ans dans l’ensemble de l’Europe. »

Espagne. Le parti libéral Ciudadanos a posé des conditions à un éventuel soutien à la reconduction au pouvoir du socialiste Pedro Sanchez, afin d’éviter au pays ses quatrièmes élections en quatre ans. Mais ceci à condition que le socialiste s’engage notamment à ne pas gracier les indépendantistes catalans s’ils sont condamnés prochainement par la Cour suprême pour leur rôle dans la tentative de sécession de 2017. Et pas d’augmentation d’impôts.

Italie. Le nouveau gouvernement italien, conscient que le dossier immigration est largement conflictuel, la nouvelle ministre de l’Intérieur, le préfet Luciana Lamorgese, n’a pas l’intention de bousculer les directives et autres initiatives de son prédécesseur Matteo Salvini. Les navires des ONG qui transportent les migrants ne peuvent débarquer dans les ports italiens.

Matteo Renzi quitte le parti qu’il a dirigé de 2013 à 2018, le Parti démocrate, pour fonder une nouvelle structure intitulée Italia Viva, de couleur centriste. Mais il continue de soutenir, pour l’instant, la fragile alliance au pouvoir du M5S et du PD dirigée par Giuseppe Conte.

République tchèque. Le parquet tchèque a annoncé avoir abandonné les charges contre le Premier ministre et milliardaire tchèque Andrej Babis dans une affaire présumée de fraude aux subventions européennes d’une valeur de deux millions d’euros concernant son complexe hôtelier près de Prague.

Ukraine. Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a mis en garde les Occidentaux contre toute levée des sanctions frappant Moscou pour l’annexion de la Crimée et son soutien aux séparatistes prorusses, au moment où Paris opère un rapprochement avec la Russie.

EuroLibertés : toujours mieux vous ré-informer … GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le système ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertés ré-informe parce qu’EuroLibertés est un média qui ne dépend ni du Système, ni des banques, ni des lobbies et qui est dégagé de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertés est un acteur incontournable de dissection des politiques européennes menées dans les États européens membres ou non de l’Union européenne.

Ne bénéficiant d’aucune subvention, à la différence des médias du système, et intégralement animé par des bénévoles, EuroLibertés a néanmoins un coût qui englobe les frais de création et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les déplacements indispensables pour la réalisation d’interviews.

EuroLibertés est un organe de presse d’intérêt général. Chaque don ouvre droit à une déduction fiscale à hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une déduction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coûte en réalité que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertés.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertés (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigé vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sécurisée.
 

3 : Faire un don par chèque bancaire à l’ordre d’EuroLibertés

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-Bicêtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99