Le feuilleton continue, inlassablement, avec ses rebondissements, ses atermoiements, ses nĂ©gociations incluant le problĂšme de l’Irlande – ou des Irlande, du Nord et l’Eire-, celui de Gibraltar, des zones de pĂȘche, du pĂ©trole de la mer du Nord.

Brexit

Brexit

Et puis les menaces, les scĂ©narios catastrophiques, les promesses cataclysmiques pour la Grande Bretagne. Bref tout est mis en Ɠuvre par l’Europe et le microcosme politico-mĂ©diatique europĂ©iste pour mettre en garde quiconque aurait de nouvelles vellĂ©itĂ©s Ă  quitter le paradis de l’Union EuropĂ©enne.

De report en report depuis l’automne 2018, pĂ©riode oĂč un accord a Ă©tĂ© pris entre Theresa May et L’UE avec Michel Barnier, le Brexit prend la direction d’une sortie de la Grande Bretagne de l’UE sans accord, sans qu’on puisse anticiper rĂ©ellement sur les consĂ©quences rĂ©elles pratiques d’une telle situation. MĂȘme si, la nature ayant horreur du vide, des amĂ©nagements devront obligatoirement ĂȘtre pris, avec ou sans accord. Car, si un Brexit « no deal » serait, d’aprĂšs les Cassandre europĂ©istes, prĂ©judiciable, au moins pour un temps transitoire, pour la Grande Bretagne, il le serait aussi pour l’UE, chose que nos Ă©lites ne relĂšvent jamais : baisse notoire du solde contributif de l’UE, pĂ©trole britannique, zones de pĂȘches, situation dĂ©finitive de Gibraltar. En outre, les USA qui se dĂ©lectent de la situation chaotique de l’UE n’hĂ©siteront pas Ă  appuyer et aider autant que possible la Grande Bretagne.

Les choses ne sont donc pas aussi manichĂ©ennes que les pĂšres fouettards de l’Europe voudraient le faire croire.

C’est ainsi qu’un troisiĂšme scĂ©nario s’ajoute aux deux envisagĂ©s aujourd’hui par Michel Barnier, nĂ©gociateur en chef chargĂ© de la prĂ©paration et de la conduite des nĂ©gociations avec le Royaume-Uni. Ou le Royaume-Uni part sans accord le 12 avril, ou il obtient une prorogation au-delĂ  du 12 avril et, dans ce dernier cas, Theresa May devra apporter une « justification solide » selon Michel Barnier.

Mais, et c’est lĂ  que l’affaire se corse, si les « justifications solides » du Royaume-Uni sont retenues, cela signifie qu’il sera toujours prĂ©sent dans l’UE au moment des Ă©lections europĂ©ennes (23 mai) et qu’il devra organiser le scrutin britannique ! Fini les siĂšges en plus que les 27 se sont dĂ©jĂ  rĂ©partis : retour Ă  la case dĂ©part.

Mais surtout, on ne peut s’empĂȘcher de penser Ă  ce cas de figure qui pourrait ĂȘtre une autre maniĂšre de rĂ©gler le problĂšme du Brexit pour tout le monde, tout en contournant le cadre actuel dans lequel est enserrĂ©e la Grande Bretagne. PrisonniĂšre, mais respectueuse, elle, de son rĂ©fĂ©rendum de 2016, Theresa May n’a-t-elle pas Ă©chafaudĂ© une manƓuvre tortueuse, peut-ĂȘtre mĂȘme en accord avec Michel Barnier, manƓuvre d’autant plus plausible qu’elle arriverait aprĂšs une longue pĂ©riode savamment entretenue de pourrissement, d’inquiĂ©tudes diverses et d’extrĂȘme lassitude ?

Le but serait ainsi de « raccrocher » par une prorogation ultime, la Grande Bretagne Ă  l’élection europĂ©enne, afin de s’appuyer sur un vote britannique qui serait aujourd’hui largement anti-Brexit, tant le matraquage politico-mĂ©diatique cataclysmique a Ă©tĂ© puissant, et annulerait indirectement le rĂ©sultat du rĂ©fĂ©rendum de 2016. Le UKIP ferait-il encore les 27 % rĂ©alisĂ©s en 2014 aux Ă©lections europĂ©ennes ? Certainement non. Le tour ainsi jouĂ© remettrait en selle Theresa May et le Royaume-Uni dans la perspective d’un nouvel accord acceptable par tous (GB et UE) une fois les cartes rebattues par un vote pro-europĂ©en. Accord d’une autre nature qui maintiendrait la Grande-Bretagne dans l’UE avec des conditions certainement revues et corrigĂ©es en faveur de la Grande-Bretagne, profitant d’une possibilitĂ© qui la mettrait en position de force.

Situation gagnant-gagnant. Le Royaume-Uni sort par le haut d’une configuration bloquĂ©e et en rĂ©colte des avantages. L’Union EuropĂ©enne dĂ©montre qu’on ne sort pas comme ça de l’Europe et que, finalement, il est prĂ©fĂ©rable de rester dans l’UE coĂ»te que coĂ»te, confirmant ainsi tout son discours anti-populiste et la lĂ©gitimitĂ© de ses mises en garde comminatoires.

Mauvais coup pour l’Europe des peuples et leurs souverainetĂ©s identitaires. Seuls perdants dans une telle affaire.

Affaire trÚs réaliste mais
 à suivre. Rendez-vous dans deux semaines.

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99