La civilisation latine s’imposa en Gaule sous tous ses aspects, y compris religieux. Mais on sait que les Romains avaient coutume d’intégrer les dieux locaux à leur panthéon, si bien que Taranis fut assimilé sans difficulté à Jupiter.

Toutefois, l’empire avait amené une nouveauté : le culte de l’empereur. Ainsi fut édifié à Lyon, centre de l’administration, un autel colossal dédié à Auguste, au pied duquel les délégués des cités se réunissaient chaque année pour y faire hommage d’un sacrifice solennel, gage de leur fidélité à Rome, et qui avait donc un sens politique plutôt que religieux.

Mais le christianisme s’implanta dans les villes de Gaule dès le Ier siècle, à commencer justement par Lyon, dont le premier évêque fut saint Pothin (venu d’Asie mineure, tout comme son successeur Irénée).

Ainsi, le christianisme arrivait en Gaule dans le sillage de la civilisation latine. C’est d’ailleurs en Gaule qu’existèrent les premiers diocèses, car les apôtres avaient fondé des diocèses qui étaient des communautés de chrétiens, mais sans limite territoriale.

Bientôt, l’évêque devint le personnage le plus important de la cité, en raison du caractère sacré de sa fonction, mais aussi parce que celle-ci était permanente.

Les limites des diocèses correspondirent ainsi à celles des cités gallo-romaines. Si bien qu’au moment des grandes invasions, lorsque les administrations civiles prirent la fuite, ce fut souvent l’évêque qui organisa la défense des villes ou qui négocia avec l’envahisseur.

Et lorsque le pouvoir sera exercé par les conquérants, les évêques, instruits et organisés, joueront un rôle administratif, puisque les barbares étaient des chefs de guerre plutôt que des administrateurs.

Ainsi, les diocèses vont être des instruments puissants de la transmission de la civilisation latine en même temps que de la foi chrétienne. Ce qui, soit dit en passant, a fait jouer aux évêques un rôle politique qui, dans la suite (on le perçoit encore de nos jours), les conduira parfois à préférer les affaires du monde à celles du ciel ou, pour le dire autrement, à se conduire en administrateurs plutôt qu’en pasteurs.

Or, le territoire des cités gallo-romaines était calqué sur celui des anciennes tribus gauloises. Et comme les diocèses demeurèrent à peu près les mêmes jusqu’au découpage des départements, on peut dire qu’ils ont été, ô paradoxe, le seul legs tangible de l’ancienne civilisation celtique !

Leurs limites ont ensuite déterminé celles des provinces du royaume.

On peut donc dire qu’en dépit des invasions celtique, puis romaine, le peuplement de la France est resté d’une grande stabilité. Et, grâce aux diocèses, c’est même la trame territoriale du pays qui a perduré jusqu’à la révolution, et même jusqu’à nos jours, car, après tout, le découpage des départements a maintes fois tenu compte des limites des anciennes provinces, qui avaient d’ailleurs quelquefois des frontières naturelles.

La civilisation a changé, mais quelque chose de la patrie charnelle a donc perduré.

Cette chronique de l’abominable histoire de France a été diffusée sur Radio Libertés dans l’émission « Synthèse ».

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertés n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontés aussi dévouées soient elles… Sa promotion, son développement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nécessitent une équipe de collaborateurs compétents et disponibles et donc des ressources financières, même si EuroLibertés n’a pas de vocation commerciale… C’est pourquoi, je lance un appel à nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prêts à nous aider ; il faut dire qu’ils sont très sollicités par les medias institutionnels… et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertés et eux, c’est assez incompatible !… En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertés.
 

A propos de l'auteur

Pierre de Laubier

Actuellement professeur d’histoire dans des collèges libres, Pierre de Laubier est l’auteur de "L’Aristoloche", journal instructif et satirique paraissant quand il veut, et il rédige les blogues Chronique de l’école privée… de liberté et "L’Abominable histoire de France", ce dernier tiré de ses chroniques radiophoniques sur "Radio Libertés" où il est un chroniqueur de l’émission "Synthèse", animée par Roland Hélie et Philippe Randa.

Articles similaires