Le fameux général Wesley Clarke a prétendu sur CNN que les USA réagiraient si la Russie rasait par le nucléaire Varsovie. Le bon sens de notre général yankee vacille-t-il à ce point ?

Car les fans de la Russie et de Poutine affirment une supĂ©rioritĂ© des armes russes sur les amĂ©ricaines. Un journal comme Pravda.ru, des commentateurs comme le brĂ©silien Pepe Escobar ou Charles Grasset, ont donc recensĂ© les raisons de voir une suprĂ©matie russe, le second se flattant mĂȘme de voir un blues du Pentagone presque complexĂ© par les performances russes. Le fameux Dimitri Rogozin dĂ©voile chaque semaine de nouvelles armes secrĂštes (voyez l’armure qui permet Ă  une jolie blonde de traverser un champ de mines !), et le bloc nĂ©ocon enrage.

La Russie domine Ă  ses frontiĂšres (Escobar affirme que tous les scĂ©narios la donnent gagnante en cas de conflit), mais aussi en MĂ©diterranĂ©e. Selon l’expert roumain Valentin Vasilescu, la Russie a installĂ© plusieurs Krasukha-4, aurait Ă©quipĂ© ses avions de conteneurs de brouillage SAP-518/ SPS-171 (comme l’avion qui survola l’USS Donald Cook) et ses hĂ©licoptĂšres de Richag-AV. En outre, elle utiliserait le navire espion Priazovye (de classe Project 864, Vishnya dans la nomenclature Otan). La dĂ©monstration de la supĂ©rioritĂ© russe a Ă©tĂ© faite il y a deux ans dĂ©jĂ  par l’incident de l’USS Donald Cook. La bulle Ă©lectronique de brouillage russe a mĂȘme impressionnĂ© les journalistes du Washington Post
 L’expert autrichien de l’Otan Gressel a aussi soulignĂ© la virtuositĂ© de la guerre « invisible » dans le Donbass ou en CrimĂ©e. C’est oublier que la Russie est chez elle.

Charles Grasset – de dedefensa.org – Ă©crit, lui, ces propos : « Les gĂ©nĂ©raux McMaster (commandant adjoint pour TRADOC, qui est le service de planification et de recherche prospective de l’US Army) et Milley (chef d’état-major, US Army) ont dessinĂ© une situation catastrophique pour l’US Army, qui se trouve dĂ©passĂ©e en capacitĂ©s manƓuvriĂšres d’effectifs et de feu, essentiellement par la Russie, au risque suprĂȘme de perdre une guerre conventionnelle de haut niveau. Il est manifeste que la dĂ©monstration de capacitĂ©s militaires russes depuis 2014 (CrimĂ©e et Ukraine) a causĂ© un traumatisme terrible chez les chefs militaires US, qui rendent compte dĂ©sormais d’une situation si dĂ©sastreuse de leurs forces que des perspectives de dĂ©faite militaire majeure ne peuvent absolument plus ĂȘtre Ă©cartĂ©es. »

C’est David Stockman, ancien directeur du trĂ©sor du prĂ©sident Reagan qui rappelle sur son drĂŽle de blog Ă  quel point le Pentagone est devenu, depuis Bush-fils et Clinton-Ă©poux, une machine juste bonne Ă  gaspiller du billet vert. Puis il rappelle aux optimistes que le budget russe, c’est trois semaines du budget US : les AmĂ©ricains roublards sont maĂźtres du dollar et de la guerre hybride ! Mais ils ont fatiguĂ© jusqu’à leur peuple qui veut voter Trump pour fausser compagnie au docteur nĂ©ocon.