Hongrie – L’ère du politiquement correct est sur le point de se terminer aux Etats-Unis, mais il reste encore beaucoup à faire en Europe, a déclaré le premier ministre hongrois Viktor Orbán lors de la réunion du Conseil de la diaspora hongroise.

En référence à sa récente conversation téléphonique avec le président élu des États-Unis Donald Trump, M. Orbán a déclaré que « nous pouvons enfin revenir à l’âge du libre discours, quand on n’a plus à avoir peur d’être exclu pour des pensées conservatrices », a-t-il déclaré. « Quand nous parlions de l’existence humaine, nous étions étiquetés médiévaux et cléricaux ; quand nous parlions de famille, nous étions étiquetés sexistes et homophobes ». Alors qu’auparavant nous étions obligés de nous engager dans un «discours des droits de l’homme», à l’avenir nous pourrons enfin nous concentrer sur les humains, pas sur les droits. « Nous revenons maintenant de la non-démocratie libérale à la liberté », a-t-il dit.

Il y a plus de 1 100 ans, nos ancêtres ont choisi ce lieu «exposé à tous les vents», qui a toujours été au carrefour de l’histoire, a déclaré le premier ministre au Conseil de la diaspora hongroise. Il n’y a eu que très peu de chocs dans l’histoire européenne qui n’aient pas ravagé la Hongrie, donc notre instinct sur les sources potentielles de danger n’est pas une exagération, a-t-il insisté. Au cours des deux dernières décennies, le nombre de dangers a considérablement diminué en raison des adhésions de l’UE et à l’OTAN. « Cependant, nous n’avons pas rejoint ces alliances seul, mais bien en tant que partie de l’Europe centrale, a déclaré Orbán. L’Europe centrale n’a jamais eu autant d’influence sur les questions européennes qu’aujourd’hui. Du moins depuis l’âge du roi Matthias « , a-t-il noté.

Le Brexit et les élections présidentielles américaines ont ouvert une nouvelle ère, ce qui apporte avec soi un nouvel ordre mondial, selon le premier ministre hongrois. Au cours des siècles à venir, quatre des cinq principaux centres économiques du globe seront situés dans la région du Pacifique, ce qui conduira probablement à la chute de la domination atlantique. Cela a des conséquences lourdes pour l’avenir de l’Europe, a soutenu M. Orbán. Cependant, l’économie de la Hongrie continuera à très bien fonctionner dans les années à venir et, avec nos partenaires de Visegrád, nous aurons de bonnes chances de devenir le moteur de la croissance de l’économie européenne, a déclaré M. Orbán.

Article de la Hungary Today.
Traduit de l’anglais par le Visegrád Post.

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertés n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontés aussi dévouées soient elles… Sa promotion, son développement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nécessitent une équipe de collaborateurs compétents et disponibles et donc des ressources financières, même si EuroLibertés n’a pas de vocation commerciale… C’est pourquoi, je lance un appel à nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prêts à nous aider ; il faut dire qu’ils sont très sollicités par les medias institutionnels… et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertés et eux, c’est assez incompatible !… En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertés.