L’offensive sur l’Idleb, au nord-ouest de la Syrie, menĂ©e par les troupes syriennes et la Russie fait rage pour achever l’éradication de l’EI en Syrie dans une guerre qui n’en finit pas grĂące, ou plutĂŽt Ă  cause, des embĂ»ches permanentes de la bien-pensance internationale qui affiche concrĂštement ses prĂ©fĂ©rences pour l’EI contre Bachar el-Assad et son alliĂ© russe. AlliĂ© russe qui reste l’« ennemi » de la France si l’on en croit les propos hasardeux tenus par Florence Parly, ministre de la dĂ©fense d’Emmanuel Macron, sur Europe 1 dimanche.

Offensive sur l’Idleb.

Offensive sur l’Idleb.

Florence Parly qui n’évoque qu’une « catastrophe humanitaire » en Syrie, catastrophe imputable exclusivement au sanguinaire Bachar el-Assad bien sĂ»r, pour assĂ©ner que « la France fait tout pour empĂȘcher ce carnage ». La France fait ainsi tout pour que l’EI l’emporte contre El-Assad. Mme Parly semble donc vraiment dĂ©solĂ©e de la victoire probable de la Syrie sur l’EI et prĂ©conise sĂ»rement une guerre en dentelles en Syrie, sans morts, sans bombardements, sans violences
 qui permettrait ainsi d’assurer la victoire de l’EI qui, lui, ne s’embarrasse pas des sentiments humanitaires gĂ©nĂ©reux de Mme Parly. Pas un mot de Mme Parly sur les attentats revendiquĂ©s par l’EI qui viennent de faire plus de 200 morts dans le sud du pays, dans la province de SouweĂŻda, cible d’attaques kamikazes. Quant Ă  l’argument qui consiste Ă  se reposer sur la prĂ©tendue opposition interne Ă  Bachar el-Assad, celle-ci aurait Ă©tĂ© bien incapable de s’opposer Ă  l’EI qui aurait dĂ©jĂ  conquis la Syrie face Ă  cette « opposition » si chĂšre Ă  l’Occident. Hypocrisie toujours


Ce qui gĂȘne surtout l’Occident dĂ©mocratique c’est que Bachar el-Assad reste maĂźtre de son pays, contrairement Ă  ce qui s’est passĂ© en Libye ou en Irak oĂč on a pu assassiner les dirigeants afin d’y implanter la prĂ©sence US et organiser ainsi une dĂ©stabilisation programmĂ©e et meurtriĂšre.

C’est incroyable d’entendre des propos ubuesques dans une guerre qui oppose un État Ă  une organisation terroriste et sanguinaire sans aucun complexe. La haine de l’Occident pour Bachar el-Assad est telle qu’on en arrive presque Ă  plaindre les combattants de l’EI qu’il faudrait semble-t-il combattre sans trop de violences ! C’est d’autant plus Ă©tonnant que les bonnes paroles de Mme Parly ne sont pas gĂȘnĂ©es quand il s’agit de bombarder des centaines de milliers de civils comme en Irak ou en Afghanistan il y a quelques annĂ©es, par les aviations US et française. Les « bons » morts sont ceux provoquĂ©s par les USA ou la France et les « mauvais » morts, bien que moins nombreux, ceux gĂ©nĂ©rĂ©s par l’odieux el Assad et notre « ennemi » russe. VoilĂ  le message des dĂ©mocraties bien-pensantes d’un Occident dĂ©liquescent et au comble de son hypocrisie dĂ©vastatrice. Message trĂšs dangereux et porteur des germes d’une guerre qui pourrait un jour nous accabler.

Les faiblesses d’un jour gĂ©nĂšrent les malheurs de demain.

Ce genre d’attitude est trĂšs inquiĂ©tant – et en mĂȘme temps significatif – sur les moyens que l’Europe, et notamment la France, peut mettre en Ɠuvre pour combattre le terrorisme sur nos territoires. Le respect des droits de l’homme et des codes de procĂ©dure pĂ©nale, est-il encore admissible face Ă  des puissances destructrices, sans scrupule, dont l’objectif est la conquĂȘte de l’Occident par tous les moyens ? Peut-on combattre des terroristes dĂ©terminĂ©s avec de bonnes paroles gĂ©nĂ©reuses et quelques lance-pierres, mais sous couvert de paroles toujours rassurantes et de coups de menton aux apparences protectrices ?

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99

A propos de l'auteur

Richard Dessens

Enseignant pendant plusieurs annĂ©es dans une Ă©cole prĂ©paratoire aux concours d’entrĂ©e aux IEP et Écoles de journalisme, Richard Dessens crĂ©e et dirige parallĂšlement une troupe de thĂ©Ăątre dans la rĂ©gion de Montpellier. Docteur en droit, DEA de philosophie et licenciĂ© en histoire, il est l’auteur d’ouvrages de philosophie et d’histoire des idĂ©es politiques, de relations internationale. Il a entres autres livres publiĂ© aux Ă©ditions Dualpha "Henri Rochefort ou la vĂ©ritable libertĂ© de la presse", "La dĂ©mocratie interdite" et "Histoire et formation de la pensĂ©e politique".

Articles similaires