12 septembre 2018

L’Information en France vue de Bruxelles par un néophyte

Par Hans Joachim Froh

Bien étrange contrée que la France, bien étrange pays que celui des Gaulois, vu de l’Étranger proche, vue de Bruxelles, lorsque l’on parle d’information télévisée.

Je comprends mieux désormais Victor Hugo, qui écrivait en exil que Bruxelles était terne ; certes elle l’est, mais cette ville offre l’immense privilège de laisser le temps de réfléchir, au calme dans les nombreux parcs et forêts de la ville.

La capitale fédérale belge – avec 95,44 % de francophones, mais située en Flandre – est un laboratoire qui offre un résumé exceptionnel de la situation dramatique de l’Europe en 2018. Néanmoins ce qui choque le plus lorsque l’on vit dans l’Étranger proche et que l’on a le privilège d’écouter au quotidien des radios, des médias, des télévisions en allemand, français, anglais et flamand, tout en se déplaçant dans les institutions européennes, c’est de pouvoir observer l’état de décomposition avancé des médias d’information du « mainstream » en France, alors que ce pays ne cesse de donner des leçons de morale au monde entier, même si le monde entier ne l’écoute plus depuis longtemps. En termes d’informations, de « news » dira-t-on, je ne comparerai même pas les principales chaînes télévisées françaises (TF1, A2, FR3, etc.) à leur équivalent d’Allemagne ou du Royaume-Uni, elles ne tiendraient pas la route ni la comparaison une seule seconde, mais ce qui est le plus criant c’est de comparer une « grande chaîne nationale » française, avec la « petite » première chaîne francophone de la RTBF1 de Belgique.

Pour faire simple, en règle générale, le JT, journal télévisé en Belgique, commence par le fait international, puis européen, puis national (« fédéral » ici), et enfin sauf exception, se poursuit par l’actualité régionale, l’évènement sportif et enfin la rubrique « faits divers ». Le discours des présentateurs, en restant certes politiquement correct, est toutefois, moins filandreux et à l’évidence moins soumis, que ne le sont les présentateurs sur les chaînes nationales françaises ; enfin et surtout, les mots utilisés ont encore un sens, ici, dans le plat pays et l’on ne passe pas les 8 premières minutes du journal télévisé, à vous parler de la neige qui tombe en hiver (et ce pendant un mois), des intempéries diverses (giboulées, grêle…), au printemps et de la chaleur et de la canicule, chaque jour, pendant tout l’été.

Vu de l’Étranger – un Étranger très proche et multiculturel au sens européen, le niveau de désinformation, de délabrement (il ne faut pas que les Gaulois sachent) et la médiocrité de celle-ci sont terrifiants, comparés à la Belgique, l’Allemagne, le Royaume-Uni et encore plus terribles si l’on considère les priorités des journaux télévisés français, au quotidien : en premier lieu et systématiquement la rubrique des « chiens crevés » et faits divers sans intérêt aucun (affaire Grégory, vieille de 40 ans ressassée pendant un mois), le « potin quotidien » quant au prélèvement à la source, une seconde présentation de météo de plusieurs minutes (« Il fait chaud en été et froid en hiver ») ou le fait divers de banlieue est systématiquement promu, alors que le peu d’actualité internationale, toujours viscéralement anti-russe, n’intervient qu’au bout de 15 à 17 minutes et les reportages en images, sont toujours identiques sur les 3 principales chaînes publiques ou privées.

Cette dramatique situation n’est même pas compensée par la presse écrite régionale, contrairement à ce qui est prétendu dans le pays de Voltaire : sans même parler du fond, comparez au quotidien l’épaisseur des journaux allemands et anglais, voire de la Stampa, avec celle du Monde et du Figaro, vous serez sidéré par l’insignifiance de l’épaisseur des journaux français.

Quant à l’argument « majeur » consistant à dire qu’en France en revanche, la presse régionale est autrement plus importante qu’à l’Étranger, j’invite simplement les défenseurs de cet argument à découvrir la presse régionale allemande dans les Länder limitrophes de la France. Ils seront éclairés !

EuroLibertés : toujours mieux vous ré-informer … GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le système ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertés ré-informe parce qu’EuroLibertés est un média qui ne dépend ni du Système, ni des banques, ni des lobbies et qui est dégagé de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertés est un acteur incontournable de dissection des politiques européennes menées dans les États européens membres ou non de l’Union européenne.

Ne bénéficiant d’aucune subvention, à la différence des médias du système, et intégralement animé par des bénévoles, EuroLibertés a néanmoins un coût qui englobe les frais de création et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les déplacements indispensables pour la réalisation d’interviews.

EuroLibertés est un organe de presse d’intérêt général. Chaque don ouvre droit à une déduction fiscale à hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une déduction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coûte en réalité que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertés.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertés (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigé vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sécurisée.
 

3 : Faire un don par chèque bancaire à l’ordre d’EuroLibertés

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-Bicêtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99