Union europĂ©enne. L’Europe pĂšse peu sur la situation dans les Balkans. Federica Mogherini en a fait les frais. À Belgrade, elle a Ă©tĂ© accueillie sous les huĂ©es au Parlement. À Sarajevo, comme Ă  Podgorica au MontĂ©nĂ©gro ou Ă  Skopje en MacĂ©doine, les tenants d’une ligne prorusse font entendre leur voix de plus en plus fort.Que peuvent faire les EuropĂ©ens pour Ă©viter que les Russes n’enfoncent des coins dans les hostilitĂ©s de plus en criantes entre nationalistes orthodoxes des Balkans et pro-europĂ©ens dans des pays Ă  forte proportion musulmane (Kosovo, Bosnie, MacĂ©doine) sujets Ă  l’influence de l’Albanie et de la Turquie ?

La crise qui oppose ces derniĂšres semaines Ankara et plusieurs capitales europĂ©ennes est montĂ©e d’un cran ce week-end aprĂšs que la police nĂ©erlandaise a escortĂ© dimanche 12 mars la ministre turque de la Famille, Fatma BetĂŒl Kaya, jusqu’à la frontiĂšre allemande.

« Des dĂ©cennies de frontiĂšres ouvertes, une immigration de masse, pas d’intĂ©gration et la double nationalitĂ©, et voilĂ  le rĂ©sultat », tweetait samedi le dĂ©putĂ© populisteGeert Wilders, en guise de lĂ©gende Ă  la photo d’une femme voilĂ©e prenant un selfie au milieu d’une enfilade de drapeaux turcs devant le consulat Ă  Amsterdam.

Les entreprises privĂ©es ont le droit, sous condition, d’interdire le port du voile Ă  leurs salariĂ©es. Telle est la rĂ©ponse donnĂ©e par la Cour de justice de l’Union europĂ©enne (CJUE). La question a Ă©tĂ© posĂ©e par la Cour de cassation française et son Ă©quivalente belge Ă  la suite d’une directive europĂ©enne.

Les eurodĂ©putĂ©s ont appelĂ© la Commission Ă  adopter une lĂ©gislation spĂ©cifique sur l’élevage industriel de lapins et demandĂ© la fin progressive des cages. Chaque annĂ©e, 320 millions de lapins sont Ă©levĂ©s pour leur viande en Europe, et 99 % d’entre eux sont en cage.

Espagne. L’ancien prĂ©sident du FMI (2004 Ă  2007), Rodrigo Rato, est mĂȘlĂ© Ă  une sombre affaire de dĂ©tournements de fonds lors de son passage Ă  la prĂ©sidence de la banque Bankia, entre 2010 et 2012 pour un montant de 8 millions €.. Il vient d’ĂȘtre condamnĂ© Ă  quatre ans et demi de prison en fĂ©vrier 2017 pour les dĂ©tournements de fonds opĂ©rĂ©s Ă  Bankia.

Pays-Bas. La tension montre entre la Hollande et la Turquie. L’interdiction faite au ministre des affaires Ă©trangĂšres turc, Mevlut Cavusoglu, de venir aux Pays-Bas pour participer Ă  un meeting en faveur d’un rĂ©fĂ©rendum pro-Erdogan, a engendrĂ© une guerre de mots entre les deux pays.

Recep Tayyip Erdogan, a accusĂ© les NĂ©erlandais d’ĂȘtre des « fascistes » influencĂ©s par les « vestiges du nazisme ». Il y a 400 000 Turcs aux Pays-Bas. Que du pain bĂ©nit pour le dĂ©putĂ© Geert Wilders qui a promis d’éradiquer l’islam dans son pays.

Avec quelque 28 formations politiques, le menu idĂ©ologique proposĂ© aux 13 millions d’électeurs nĂ©erlandais relĂšve de l’éclectisme et de la caricature, voire de la bouffonnerie. Deux partis nouvellement crĂ©Ă©s visent, de leur cĂŽtĂ©, Ă  canaliser le vote des Ă©lecteurs issus de minoritĂ©s ethniques. Les autres prĂŽnent la dĂ©fense des seniors, de la religion, de la protection de la vie privĂ©e, etc.

Le Parti populaire libéral et démocrate (VVD, droite) du Premier ministre Mark Rutte, a emporté haut la main, mercredi 15 mars, les élections législatives aux Pays-Bas, restant le premier parti à la Chambre basse avec 32 siÚges sur 150. Il avait jusque-là une quarantaine de siÚges.

Le Parti pour la libertĂ© (PVV) de Geert Wilders n’en a pas moins connu une progression : obtenant 20 siĂšges, il en gagne 5. Les NĂ©erlandais se sont massivement rendus aux urnes. Le taux de participation est estimĂ© Ă  81 %, contre 74,6 % lors de la derniĂšre Ă©lection en 2012.

SuĂšde. Un rapport commandĂ© par une agence du ministĂšre de la DĂ©fense de la SuĂšde met en garde contre l’objectif des FrĂšres musulmans de construire une sociĂ©tĂ© « parallĂšle » dans le pays, grĂące Ă  la culture de « tolĂ©rance » qui a cours en SuĂšde.

Le rapport officiel, remis Ă  l’agence de protection civile MSB, est Ă©tonnant de franchise. Il accuse les FrĂšres musulmans d’infiltrer des organisations et des partis politiques pour parvenir Ă  leurs fins. Le rapporteur principal, Magnus Norell, et ses coauteurs n’hĂ©sitent mĂȘme pas Ă  dĂ©noncer les « élites politiques » coupables selon eux d’avoir imposĂ© une doctrine du multiculturalisme.

Islande. Le Premier ministre vient d’annoncer que le Parlement de Reykjavik allait obliger les entreprises de plus de 25 salariĂ©s Ă  fournir tous les trois ans la preuve que les salariĂ©s hommes et femmes, Ă  compĂ©tences Ă©gales, sont rĂ©tribuĂ©s Ă  Ă©galitĂ©.

Hongrie. La Cour europĂ©enne des droits de l’homme (CEDH) a jugĂ© mardi que la Hongrie avait illĂ©galement dĂ©tenu deux demandeurs d’asile bangladais dans une zone de transit sans leur offrir ni voie de recours ni examen individuel de leur demande d’asile. Viktor Oban s’en tape


Russie. Les deux navires Mistral que l’on a vendus aux Égyptiens seront Ă©quipĂ©s d’hĂ©licoptĂšres russes Kamov Ka-52 qui se sont montrĂ©s trĂšs efficaces en Syrie notamment.

C’est le 15 mars 1917 que Nicolas II a abdiquĂ©. Mais la commĂ©moration de cet Ă©vĂ©nement n’a pas eu lieu. Logique. Depuis dix-sept ans, le chef du Kremlin a bĂąti son pouvoir non sur la rĂ©conciliation des « blancs » et des « rouges », mais sur la restauration d’un empire, et ce qu’il dĂ©teste par-dessus tout, c’est l’évocation du mot « rĂ©volution ». RĂ©sultat, la plupart des initiatives pour le centenaire de la rĂ©volution sont privĂ©es.

BiĂ©lorussie. Au pays d’Alexandre Loukachenko il ne fait pas bon manifester. Mais depuis la mi-fĂ©vrier, des milliers de personnes descendent rĂ©guliĂšrement dans la rue, Ă  travers tout le pays, pour crier leur colĂšre contre le « dĂ©cret numĂ©ro 3 ».

Officiellement, le pouvoir cherche Ă  lutter contre « l’assistanat social », en obligeant ceux qui travaillent moins de six mois par an Ă  payer l’équivalent de 200 € annuels pour compenser les dĂ©penses sociales de l’État. Mais cette taxe est perçue comme visant les plus vulnĂ©rables. Écraser la contestation remettrait en cause les avancĂ©es dans les relations avec l’Union europĂ©enne, avec laquelle Minsk a engagĂ© un rapprochement tactique depuis 2014.

Ukraine. Kiev a annoncé, mercredi 15 mars, avoir suspendu le transport de toute marchandise avec les territoires séparatistes du Donbass. Cette décision « temporaire », prise pour satisfaire les nationalistes, constitue aussi une riposte à la saisie par les rebelles des entreprises ukrainiennes situées dans leurs bastions.

Serbie. Le gouvernement serbe gĂšre dix-sept camps, oĂč sont actuellement hĂ©bergĂ©s prĂšs de 7 700 migrants. En entrant dans un camp, l’exilĂ© bĂ©nĂ©ficie d’un lit et de nourriture. Il peut aussi s’inscrire sur une liste pour passer officiellement en Hongrie, mais seules dix personnes y sont autorisĂ©es chaque jour.

Bulgarie. 10 000 migrants seraient piĂ©gĂ©s en Bulgarie, obligĂ©s de demander l’asile parce qu’ils ont Ă©tĂ© interpellĂ©s. Ils sont d’abord enfermĂ©s pendant deux Ă  trois semaines avant d’attendre l’étude de leur dossier dans un centre ouvert. La plupart repartent avant la rĂ©ponse.

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.