AprĂšs une lecture roborative d’Un cow-boy Ă  Paris et de La vallĂ©e des immortels, abandonnant Lucky Luke, Blake et Mortimer Ă  leurs aventures et afin de rĂ©cupĂ©rer de changements de fuseaux horaires intempestifs, je me suis plongĂ© dans un rapport qui traĂźnait depuis quelques semaines sur le rayon des bouquins en attente de lecture, de ma bibliothĂšque : StratĂ©gie de l’Action Islamique Culturelle Ă  l’extĂ©rieur du monde islamique. StratĂ©gie, faut-il le prĂ©ciser, adoptĂ©e en 2000 par la 9e ConfĂ©rence islamique au Sommet de Doha.

« Stratégie de l'action islamique culturelle à l'extérieur du monde islamique »

« StratĂ©gie de l’action islamique culturelle Ă  l’extĂ©rieur du monde islamique »

Je serais une huile bruxelloise, la seule lecture de ce texte me porterait Ă  Ă©bullition, telle une vulgaire bassine Ă  frites de la rue des Bouchers.

Dans les 118 pages de ce rapport, jamais n’apparaĂźt la moindre recommandation quant Ă  une assimilation ou une intĂ©gration pleine et entiĂšre dans le pays d’accueil. Le lecteur Ă©prouve la curieuse sensation que tout musulman doit rester indĂ©fectiblement liĂ© Ă  son pays d’origine, pour peu que celui-ci soit frappĂ© du sceau d’appartenance Ă  l’Oumah. Au contraire ce document s’attache Ă  proposer les moyens Ă  mettre en Ɠuvre pour que toute adhĂ©sion Ă  la culture locale devienne impossible, que l’intĂ©gritĂ© du peuple islamique soit respectĂ©e, que la chari’a soit intĂ©gralement appliquĂ©e, enjambant allĂšgrement les prescriptions des droits nationaux locaux. Ceux-ci, en revanche, devraient ĂȘtre systĂ©matiquement utilisĂ©s, notamment en matiĂšre de reprĂ©sentativitĂ©, Ă  la seule fin de mieux dĂ©fendre la foi musulmane et d’en faciliter la propagation.

Que doit-on comprendre lorsqu’on lit que les Musulmans vivant en Europe « ont les possibilitĂ©s et les aptitudes de s’autogĂ©rer, de prendre leurs affaires en mains, de dĂ©cider de leur prĂ©sent et de leur avenir pour remplir positivement leur rĂŽle » ?

Comment cette autogestion serait-elle compatible avec les principes d’une rĂ©publique qu’on dit une et indivisible ? Irait-on vers cette indĂ©pendance dans l’interdĂ©pendance de piteuse mĂ©moire ?

Comment interprĂ©ter que les Musulmans qui « vivent dans des pays non islamiques forment de ce fait, les marches de l’Oumah dans ses frontiĂšres avancĂ©es avec ces pays ». L’utilisation du terme « frontiĂšre » n’est-elle pas dĂ©jĂ  potentiellement sĂ©ditieuse ? Ne parlait-on pas naguĂšre des marches d’un empire ou d’un royaume ? Pourquoi pas celles d’un khalifat ?

En quoi l’enseignement de l’arabe permettrait-il aux enfants d’immigrĂ©s musulmans, tout en demeurant « en rapport avec leur culture d’origine, de faciliter leur intĂ©gration au sein des sociĂ©tĂ©s d’accueil » ? « La langue arabe est une prolongation de l’entitĂ© de l’Oumah. Son « enseignement est considĂ©rĂ© comme un moyen de fortifier et de protĂ©ger l’identitĂ© et le particularisme islamique ».

À quelle fin pareille dĂ©marche qui imposerait Ă  un gamin malien, sĂ©nĂ©galais, ou kabyle d’origine, d’apprendre une langue qui n’est pas celle de ses parents et qui, Ă  un poil prĂšs, n’est pas davantage celle pratiquĂ©e, par exemple, dans les États du Maghreb (diffĂ©rences sensibles entre l’arabe littĂ©raire et les diverses langues arabes dialectales) ?

Est-il possible d’admettre le concept mĂȘme d’une identitĂ© islamique qui s’appuie notamment sur un milieu auquel « les expressions mentales et psychologiques confĂšrent la qualitĂ© de patrie avec tous les sens et valeurs du terme » ? DĂšs lors serait-il interdit aux Français musulmans d’entonner La Marseillaise et son invitation « Allons enfants de la Patrie  » ?

L’école occidentale doit-elle revoir sa politique apparemment contestable dans la mesure oĂč elle s’intĂ©resse exclusivement « à l’aspect assimilatif avec le dĂ©sir ardent de dĂ©raciner l’enfant musulman » ? Ne serait-ce pas plutĂŽt l’expression inavouĂ©e d’un refus d’intĂ©gration au pays d’accueil ?

En ces lendemains de la signature du Pacte de Marrakech les Chefs d’État concernĂ©s feraient bien de se prĂ©cipiter sur ce traitĂ© de cuisine orientale. Ils sauraient ainsi Ă  quelle sauce pimentĂ©e l’Europe devrait ĂȘtre accommodĂ©e pour ĂȘtre au goĂ»t de la ConfĂ©rence islamique dont les chefs vĂ©tilleux veillent d’un Ɠil impitoyable Ă  l’orthodoxie des recettes qu’ils mijotent au fond du tajine de la tradition.

Bon appétit Messieurs, Î ministres intÚgres
 On dit vulgairement que la sauce fait passer le merlan. En la circonstance, elle risquerait plutÎt de vous arracher la gueule.

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99

A propos de l'auteur

Jean-Pierre Brun

NĂ© Ă  Souk Ahras, Jean-Pierre Brun a sillonnĂ© l’AlgĂ©rie. Il a rejoint l’ArmĂ©e SecrĂšte et s’est retrouvĂ© Ă  Paris au sein de l’OAS MĂ©tro Jeunes
 Il est l'auteur de plusieurs livres aux Ă©ditions Dualpha.

Articles similaires