25 décembre 2018

Brèves d’Europe

Par Patrick Parment

Union européenne. Le Néerlandais Frans Timmermans, vice-président de la Commission européenne, a été investi chef de file des socialistes européens pour les élections de 2019 lors du congrès de Lisbonne. Il tentera de ravir le poste de président à Jean-Claude Juncker.La Commission européenne a affirmé vouloir réduire la domination du dollar dans les échanges internationaux et renforcer celui de l’euro, notamment dans le secteur de l’énergie. Par conséquent, l’exécutif européen appelle les États membres à promouvoir une utilisation plus large de l’euro dans les secteurs stratégiques.

L’Union européenne et la France vont prendre en charge la plus grande partie du financement des 40 projets du Programme d’Investissements Prioritaires (PIP) du G5 Sahel (Mauritanie, Mali, Burkina Faso, Niger et Tchad), axés sur la prévention du jihadisme. Le soutien de la France s’élève à 500 M€.

La France et l’Allemagne ont abandonné les projets de l’UE visant à imposer une taxe numérique de grande ampleur aux entreprises du secteur de la technologie, au profit d’une taxe plus étroite sur les ventes publicitaires, et qui exclurait les géants comme Amazon et Apple.

L’Union européenne a temporisé sur de nouvelles sanctions contre Moscou pour permettre une solution politique entre la Russie et l’Ukraine, après l’incident militaire en mer d’Azov fin novembre.

Vice-présidente de la Commission européenne et représentante de la politique étrangère de l’UE, Federica Mogherini a annoncé la création, « dans les prochaines semaines », d’un instrument permettant de faciliter les transactions financières entre l’Union européenne et l’Iran.

L’instrument évoqué par Federica Mogherini est un Fonds commun de créances (FCC, plus connu sous l’acronyme anglais SPV) qui permet d’opérer des transactions financières spécifiques. Le FCC est par exemple utilisé pour effectuer de l’optimisation fiscale et des opérations financières dissimulées.

Angleterre. Au sein de la majorité, plus d’une centaine de conservateurs s’apprêtaient à voter contre l’accord sur le Brexit. Les alliés unionistes irlandais du gouvernement également, et la grande majorité des travaillistes. Du coup, Theresa May a annoncé le report du vote.

Pour éviter le retour d’une frontière physique entre Irlande du Nord (britannique) et République d’Irlande, l’accord sur le Brexit prévoit en effet de maintenir en dernier ressort le Royaume-Uni dans une union douanière avec l’Europe, et l’Irlande du Nord alignée sur certaines règles du marché unique. Inacceptable pour les partisans du Brexit et les unionistes irlandais, qui refusent tout traitement différencié de l’île.

Belgique. La coalition formée par le parti libéral francophone et trois partis flamands au pouvoir vient de sauter avec le départ de cinq ministres N-VA. Motif : le refus légitime des Flamands de signer le texte de l’ONU sur les migrations. Le Premier ministre, Charles Michel, libéral francophone et proche d’Emmanuel Macron, reste à la tête d’une majorité brinquebalante.

Bulgarie. Le gouvernement bulgare a décidé de ne pas adhérer au pacte de l’ONU sur les migrations et de ne pas participer à la conférence intergouvernementale à Marrakech les 10 et 11 décembre.

Espagne. Le gouvernement espagnol annonce une augmentation de 22 % du salaire minimum (qui passera de 850 à 1 050 € bruts) pour 2019, soit la hausse la plus importante depuis 1977.

Kosovo. Le Parlement du Kosovo vote vendredi 14 décembre la création d’une armée, attribut à la souveraineté revendiquée par Pristina, mais motif supplémentaire de tensions avec la Serbie qui ne reconnaît pas l’indépendance de son ex-province. Le problème est ainsi aussi politique que lié aux questions de défense du territoire.

Luxembourg. Il pourrait devenir le premier pays européen à instaurer la gratuité des transports publics sur l’ensemble de son territoire. Cela concerne les trains, bus et le tram qui roule dans la capitale.

Pologne. Interrogé par le Figaro, le Premier ministre polonais, Mateusz Morawiecki déclare au sujet de l’Europe : « Moi, je rclame une Europe des nations et lui [Emmanuel Macron] veut crer des États-Unis d’Europe. Ce projet ne peut mener nulle part, car la dmocratie ne l’acceptera pas ».

Même son projet de budget pour la zone euro sera difficile à faire passer, car il implique des transferts d’argent entre les pays riches comme l’Allemagne ou les Pays-Bas et les pays qui ont des problèmes budgétaires comme l’Italie.

Russie. La Russie s’est hissée au deuxième rang des pays producteurs d’armes en 2017 derrière les États-Unis, une place jusque-là occupée par la Grande-Bretagne, selon un rapport de l’Institut de recherche sur la paix internationale de Stockholm (Sipri). La France conserve la quatrième place avec 5,3 % de la production globale.

En quelques mois, la Russie a investi tous azimuts en République centrafricaine, formant 2 000 soldats et les aidant à se déployer dans certaines localités reculées du nord, du centre ou du sud-est. Elle y a envoyé 170 instructeurs civils, qui ne sont autres que des mercenaires, étroitement liés à des sociétés minières russes, et avoisinent aujourd’hui les 300 à 400 hommes, selon des sources occidentales.

Slovaquie. La Slovaquie vient de signer l’achat de 14 avions de combat américains F16 de la dernière génération (Block 70) pour 1,58 milliard d’euros, ce qui représente le plus grand achat militaire dans l’histoire du pays. Ses voisins tchèques et hongrois ont opté pour les chasseurs suédois Gripen.

Suède. La dirigeante du Parti du centre, Annie Lööf, a déclaré lundi 10 décembre que sa formation ne soutiendrait pas une reconduction du chef de file des sociaux-démocrates, Stefan Löfven, au poste de Premier ministre, après l’échec de négociations. La balle revient entre les mains du président du Parlement suédois, qui a quatre essais pour former un exécutif.

EuroLibertés : toujours mieux vous ré-informer … GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le système ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertés ré-informe parce qu’EuroLibertés est un média qui ne dépend ni du Système, ni des banques, ni des lobbies et qui est dégagé de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertés est un acteur incontournable de dissection des politiques européennes menées dans les États européens membres ou non de l’Union européenne.

Ne bénéficiant d’aucune subvention, à la différence des médias du système, et intégralement animé par des bénévoles, EuroLibertés a néanmoins un coût qui englobe les frais de création et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les déplacements indispensables pour la réalisation d’interviews.

EuroLibertés est un organe de presse d’intérêt général. Chaque don ouvre droit à une déduction fiscale à hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une déduction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coûte en réalité que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertés.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertés (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigé vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sécurisée.
 

3 : Faire un don par chèque bancaire à l’ordre d’EuroLibertés

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-Bicêtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99