Le reportage « occidental » sur la Coupe du Monde en Russie est un flux continu d’attaques contre la Russie. Il y a quelques remarques positives sur l’excellente atmosphĂšre et la parfaite organisation. Mais il n’y a aucun article qui ne se fasse l’écho de la ligne officielle de la propagande anti-russe.

Alec Luhn est le « correspondant de Russie pour The @Telegraph ». Shaun Walker est le correspondant du British Guardian, « il couvre l’Europe centrale et orientale pour The Guardian ». Cette semaine, ils Ă©taient tous les deux Ă  Volgograd, l’ancien Stalingrad, pour rendre compte du match de la Coupe du Monde entre l’Angleterre et la Tunisie.

Lundi, Alec Luhn a parlé de l’excellent accueil que les fans anglais ont reçu :

« Tout a Ă©tĂ© magnifique », a dit Adam Haimes, 29 ans, gĂ©ologue et supporter de Plymouth Argyle, en prenant un pot dans la fan zone, sur la rive ouest de la puissante Volga. « Je n’ai eu absolument aucun problĂšme. Toutes sortes de Russes sont venus nous voir. Ils sont trĂšs amicaux et veulent juste prendre un verre avec nous. Je ne m’y attendais pas, mais ils sont vraiment charmants. »

On ne peut pas laisser passer comme ça cette image positive de la Russie. Donc Luhn se dĂ©pĂȘche de mentionner : la « menace de violence », la « tentative d’assassinat de l’espion russe Serguei Skripal », les « tensions exacerbĂ©es », les « ultras-russes » et les « voyous locaux de Volgograd ».

Mardi soir, Shaun Walker a Ă©crit un article pour le Guardian sur le mĂȘme modĂšle :

« Ceux qui sont venus sont presque tous satisfaits de ce qu’ils ont vĂ©cu jusqu’à prĂ©sent. Dans un bar central de Volgograd aux premiĂšres heures de mardi, Craig et Tommy, deux fans de Sunderland, apprenaient des mots russes avec des gens du pays et disaient qu’ils avaient passĂ© trois jours ‘fantastiques’ Ă  Volgograd, qu’ils s’étaient liĂ©s avec les gens du pays et avaient fait des visites guidĂ©es sur l’histoire militaire

‘On en a marre que les gens parlent de problĂšmes. Si vous ĂȘtes respectueux, il n’y a pas de problĂšmes’, a dit Tommy. »

Si Tommy lisait l’article de Walker, il s’insurgerait encore plus. L’article rabĂąche tous les arguments habituels de la propagande : « Tension sans prĂ©cĂ©dent », « forte critique Ă  l’égard des autoritĂ©s russes », « empoisonnement de Serguei Skripal », « Jeux olympiques de 1936 en Allemagne nazie » et « sĂ©curitĂ© des fans LGBT ».

AprĂšs avoir fait leur devoir avec leurs articles de propagande routiniĂšre, Luhn et Walker ont rejoint les fans anglais dans un pub local.

Alec Luhn @ASLuhn – 00:02 UTC – 19 juin 2018

Harat’s Pub, Volgograd, 3 heures du matin. Une centaine de fans britanniques ivres, des Tunisiens et des Russes qui viennent de chanter quelque chose Ă  propos de « Jugend SS ». Et il paraĂźt que tout va bien ?

Shaun Walker @shaunwalker7 – 00:32 UTC – 19 juin 2018

3h30 du matin, l’aube se lĂšve sur ce pub Ă  Volgograd – Anglais, Tunisiens, fans russes, tous ivres et joyeux. ZĂ©ro sĂ©curitĂ© ou police, c’est Ă©tonnant. J’ai entendu un groupe de trois Russes chanter une chanson « Hitler Jugend, SS ». Sinon, tout est trĂšs paisible et amical.

Les tweets de Shaun Walker et Alec Luhn montrent des photos d’un Harat’s Pub, une franchise irlandaise, Ă  Volgograd. Sur sa page Facebook, le pub a publiĂ© une vidĂ©o Euronews de la fĂȘte d’aprĂšs-match, dans laquelle on voit des fans anglais heureux boire beaucoup de biĂšre. Il n’y a rien de remarquable.

Mais Alec Luhn voit des Russes chanter « Jugend SS » et une demi-heure plus tard Walker « entend un groupe de trois Russes chanter une chanson Hitler Jugend, SS ».

Vraiment ?

Il est difficile de croire que tous les Russes de Volgograd/Stalingrad chantent des chansons nazies. Stalingrad a Ă©tĂ© le thĂ©Ăątre de l’une des batailles les plus sanglantes de la Seconde Guerre mondiale, oĂč les armĂ©es d’Hitler n’ont Ă©tĂ© stoppĂ©es qu’au prix d’immenses sacrifices russes. Et de plus, c’est quoi, s’il vous plaĂźt, cette chanson « Hitler Jugend, SS » ? Moi qui suis Allemand, je n’ai jamais entendu parler d’une chanson qui mentionne les deux ou qui soit mĂȘme chantĂ©e par les deux organisations. La Hitler Jugend (jeunesse hitlĂ©rienne) Ă©tait un mouvement de jeunes du parti sur le modĂšle des Boy Scouts of America. Le SS (Schutzstaffel = escadron de protection) Ă©tait un gang de combattants de rue nazis qui ont ensuite Ă©tĂ© transformĂ©s en une armĂ©e brutale. Le rĂ©pertoire de la Hitler Jugend contient surtout des chants de randonnĂ©e traditionnels, tandis que les chants SS typiques Ă©taient des marches militaristes.

À ce jour, le tweet de Walker a reçu 249 rĂ©ponses. Les personnes qui ont rĂ©pondu doutent que l’incident se soit produit tel quel. Elles demandent des preuves. Pourquoi ces journalistes peuvent-ils poster des photos du pub, mais pas de photos de l’incident qu’ils dĂ©crivent ? Cette fois Shaun Walker ne peut pas nous refaire le coup du  « Oh dommage que je n’aie pas apportĂ© mon appareil photo ! » Alors, qu’en est-il ?

Le lendemain matin, Shaun Walker a retweetĂ© ses affirmations originales en se plaignant des rĂ©ponses qu’il a reçues :

Shaun Walker @shaunwalker7 – 9:28 UTC – 19 juin 2018

Shaun Walker Retweeted Shaun Walker Retweeted Shaun Walker

Volgograd a Ă©tĂ© sympa et amical et a accueilli royalement la Coupe du monde, comme je l’ai tweetĂ©/Ă©crit ces deux derniers jours. Le chant dont j’ai parlĂ© Ă©tait le fait de trois personnes, une seule fois, Ă  3 heures du matin. Et Ă  Volgograd, le dernier endroit oĂč on aurait cru ça possible ! J’ai pensĂ© que cela valait la peine d’ĂȘtre mentionnĂ©. Quant aux rĂ©ponses que j’ai reçues, je prĂ©fĂšre ne pas en parler.

Le chef du bureau moscovite du Guardian a fait chorus et également retweeté les allégations de Walker les propageant de plus en plus :

Andrew Roth @Andrew__Roth – 14:37 UTC – 19 juin 2018

Andrew Roth Retweeted Shaun Walker

Absurdes les rĂ©ponses Ă  cet incident que de multiples correspondants ont vu. Ils ont juste voulu souligner une anomalie au cƓur de ce qui ressemblait Ă  une belle soirĂ©e de football. C’est juste une histoire de contexte ! Auraient-ils dĂ» passer l’incident sous silence ?

Si deux scribaillons britanniques disent avoir entendu quelque chose, que chacun dĂ©crit diffĂ©remment, alors ce doit ĂȘtre vrai. « Des preuves ? On n’a pas besoin de prouver ce qu’on dit. Vous n’avez qu’à nous faire confiance. »

Ce matin, un blogueur russe a posté des preuves (traduction automatique du russe) :

Borisenko @amdn_blog – 7:58 UTC – 20 juin 2018

Vous vous souvenez hier, on a beaucoup parlĂ© du journaliste anglais qui a parlĂ© dans un article des soi-disant Russes qui chantaient des chansons nazies dans un bar Ă  Volgograd ? Ils les ont trouvĂ©s. Ils n’étaient pas russes, mais
 britanniques. Et rien que pour ça, il faut les battre ces English. Ici c’est Volgograd ! Stalingrad !

La vidĂ©o ci-dessus montre trois Anglais ivres dans un pub « irlandais » avec un menu Ă©crit en lettres cyrilliques et des drapeaux de la Coupe du Monde suspendus au plafond. Les gars chantent une phrase sur le fait de mettre quelqu’un Ă  Auschwitz, font le salut hitlĂ©rien et crient « Sieg Heil » ! Le pub oĂč la vidĂ©o a Ă©tĂ© prise ne semble pas ĂȘtre le Harat’s oĂč Ă©taient Walker et Luhn. Mais n’empĂȘche, la preuve est faite !

Le fait est que le Guardian et le Telegraph sont bourrĂ©s de propagande anti-russe. Il n’y a pas un seul article sur la Russie ou Poutine qui ne soit pas sarcastique ou alarmant ou qui ne se fasse pas l’écho d’accusations contre la Russie dont la faussetĂ© est dĂ©montrĂ©e depuis longtemps. Le complexe militaro-industriel a donnĂ© l’ordre de condamner la Russie et les mĂ©dias mainstream « occidentaux » obĂ©issent.

Les deux scribaillons ont citĂ© des fans anglais qui regrettent la fausse image de la Russie qu’ils avaient en arrivant. Comment pourrait-il en ĂȘtre autrement Ă©tant donnĂ© le flux constant d’ordures russophobes que les mĂ©dias britanniques produisent ? Un correspondant britannique en Russie ne devrait-il se donner la peine d’y rĂ©flĂ©chir un peu ?

Mais les deux scribaillons prĂ©fĂšrent aller boire des biĂšres et ensuite envoyer des histoires anti-russes fallacieuses, tard dans la nuit, Ă  leurs 100 000 followers sans fournir aucune preuve. Puis ils se plaignent qu’on leur en fasse le reproche.

Ce sont de mĂ©diocres propagandistes dont les paroles n’inspirent plus confiance Ă  qui que ce soit. Il faut vraiment avoir pitiĂ© de ces pauvres types !

Traduction : Dominique Muselet

Source : La Saker Francophone

Article paru sur le site Katehon.

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.