Au Nord de la Judée, sur quelques plateaux rocheux, existait il y a quatre millénaires un bourg fortifié, celui des antiques Jébuséens, dont le grand homme mythique était Melchisédech.

Jérusalem. Cité triplement sainte.

Jérusalem. Cité triplement sainte.

Le fortin du Mont Moriah fut pris d’assaut Ă  la fin du XIe siĂšcle avant J.-C. par les sicaires d’un chef de guerre, unificateur de quelques tribus d’HĂ©breux, le sieur David, tributaire du pharaon de son temps. On imagine les tueries, le pillage et les viols qui ont suivi.

Rien n’a changĂ© en trois millĂ©naires. Les Juifs ont choisi pour capitale de JudĂ©e la citĂ© de JĂ©rusalem, oĂč MoĂŻse, le crĂ©ateur d’un certain YavhĂ©, n’avait jamais traĂźnĂ© ses sandales.

JĂ©sus de Nazareth y est venu prier et prĂȘcher dans le Temple rebĂąti sur l’ordre du mĂ©tis de Juive et d’Édomite (variante : IdumĂ©en), HĂ©rode le Grand, soutenu par PompĂ©e puis par Marc-Antoine. Le plus beau des fils des hommes fut mĂȘme crucifiĂ© sur le Mont Golgotha (oĂč Adam Ă©tait rĂ©putĂ© enterrĂ©).

AprĂšs une Ă©niĂšme rĂ©volte juive, Hadrien, qui Ă  la diffĂ©rence du sieur Titus n’aimait pas les femmes et ne se souciait pas de prendre un giton juif, fit niveler en partie le site de JĂ©rusalem et, pour avoir la paix, en chassa les Juifs.

Mahomet, l’inventeur d’Allah, calquĂ© sur la divinitĂ© hĂ©braĂŻque, le racisme matrimonial et le sĂ©paratisme forcenĂ© en moins, ne s’est intĂ©ressĂ© qu’à La Mecque, aprĂšs avoir Ă©tĂ© chassĂ© de MĂ©dine. Mais ses califes ont voulu annexer JĂ©rusalem, que les chrĂ©tiens ont voulu reprendre. Il s’est ensuivi trois siĂšcles de guerres, de massacres, puis l’occupation ottomane, synonyme d’immobilisme et de paresse, fit entrer la rĂ©gion dans un Ă©tat de quasi-nĂ©ant.

Durant la seconde moitiĂ© du XIXe siĂšcle, des milliardaires juifs de France et de Grande-Bretagne, effrayĂ©s de l’afflux de Juifs d’Europe centrale et orientale, achetĂšrent des terres aux seigneurs turcs de Palestine pour y implanter des foyers agricoles juifs. Ils n’eurent de succĂšs.

LĂ -dessus, un Juif qui voulait Ă  tout prix faire parler de lui, Theodor Herzl, reprit la vieille idĂ©e du retour Ă  JĂ©rusalem (en France, on en parlait au moins depuis le rĂšgne de Louis XIII). Ni le calife-sultan d’Istanbul, ni les Juifs d’Europe occidentale ne voulaient de ce sionisme et l’opposition fut pire aprĂšs 1918.

Les Britanniques, maĂźtres des pĂ©troles d’Irak, d’Iran et de Mossoul, voulaient bien de quelques colonies agricoles juives et d’une citĂ© cĂŽtiĂšre juive en Palestine – Tel-Aviv, sur le site de l’antique Jaffa –, mais il Ă©tait pour eux hors de question de mĂ©contenter les fanatiques mahomĂ©tans en offrant JĂ©rusalem aux Juifs.

Les sanglantes bacchanales d’Adolf Hitler et quelques guerres, menĂ©es avec le soutien des USA, rĂ©glĂšrent la question et JĂ©rusalem devint la capitale de l’État d’IsraĂ«l, reconnue par la Russie du grand Poutine
 et comme ce monsieur est un homme de grande intelligence, il n’a reconnu comme capitale israĂ©lienne que « JĂ©rusalem-Ouest ».

Qu’en ce mois de dĂ©cembre 2017, l’autre super-grand chef d’État, celui des USA, reconnaisse JĂ©rusalem comme capitale de l’État hĂ©breu ne peut Ă©tonner personne. Trump marque clairement qu’il en a assez de l’autre lobby, celui du pĂ©trodollar qui finance le fanatisme mahomĂ©tan.

Bien Ă©videmment, il serait souhaitable que la direction US fasse preuve de la mĂȘme intelligence politique que celle de Poutine et diffĂ©rentie clairement JĂ©rusalem-Ouest, capitale israĂ©lienne, de JĂ©rusalem-Est, future capitale de l’État indĂ©pendant de Palestine, peuplĂ©e d’Arabes.

Ceci posĂ©, si aprĂšs l’instauration d’un vĂ©ritable État palestinien, les fanatiques de YavhĂ© veulent tuer les fanatiques d’Allah et rĂ©ciproquement, en quoi, nous autres EuropĂ©ens, sommes-nous concernĂ©s ?

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

A propos de l'auteur

Bernard Plouvier

Ancien chef de service hospitalier, spĂ©cialisĂ© en MĂ©de­cine interne.Il est auteur de nombreux livres historiques (L’énigme Roosevelt, faux naĂŻf et vrai machiavel ; La tĂ©nĂ©breuse affaire Dreyfus ; Hitler, une biographie mĂ©dicale et politique ; Dictionnaire de la RĂ©volution française,
) et d'essais (RĂ©flexions sur le Pouvoir. De Nietzsche Ă  la Mondialisation ; Le XXIe siĂšcle ou la tentation cosmopolite ; Le devoir d’insurrection,
). Il a Ă©tĂ© Ă©lu membre de l’AcadĂ©mie des Sciences de New York en mai 1980.

Articles similaires