Il vaut mieux ne pas ĂȘtre jeune aujourd’hui en Europe et en AmĂ©rique, Ă  moins d’ĂȘtre un fils Ă  papa – et un vrai de la vieille. Car la jeunesse actuelle Ă©tudie, est propre sur elle (par rapport notamment Ă  l’obscĂšne gĂ©nĂ©ration sexe-drogue-et-rock’n’roll qui compte sur elle pour payer sa retraite), et elle n’a rien en Ă©change.

En Italie, Renzi promet royalement la retraite Ă  soixante-quinze ans. À ce prix-lĂ , je pense qu’il vaut mieux tenter un coup en bourse avec Draghi et partir sur les routes : car ce monde paupĂ©risĂ©, enlaidi par la grande obsession Ă©conomique, illustre les pires cauchemars cĂ©liniens. Et il faut ĂȘtre fou ou idiot pour lui voir un futur.

En discutant avec des amis espagnols, je me rends compte que beaucoup d’entre eux n’ont plus de week-end, travaillent cent heures par semaine et touchent en rĂ©alitĂ© deux euros de l’heure.

Dans le journal mondialiste El PaĂ­s, un journaliste un peu lucide fait remarquer qu’il en est de mĂȘme en Allemagne : dans la douce ville de Greifswald, lieu de naissance du gĂ©nie de la peinture romantique Caspar David Friedrich, on travaille aussi – et on lave les plats – pour deux euros de l’heure. Mais l’article ne prĂ©cise pas que, comme en Espagne, pour arriver Ă  mille et partager sa studette avec d’autres jeunes exploitĂ©s, il faut travailler cent heures. Tel est le bilan de la doxa mondiale ! La loi machin en France, concoctĂ©e Ă  Bruxelles et imposĂ©e dans l’hexagone par une ministre un peu benĂȘt, favorisera ce type d’épopĂ©e salariale. L’an prochain ce sera pire avec Alain Juppé : leur SMIC jeunesse sera Ă  500, la mansarde, amĂ©nagĂ©e Ă  800


En AmĂ©rique, les choses ne vont pas mieux, le pays ayant Ă©tĂ© ruinĂ© par la dĂ©localisation des industries (et mĂȘme des services, partis en Inde) et les hordes de clandestins assistĂ©s. Michael Snyder, sur son blog courageux, explique que 47 % des AmĂ©ricains n’ont pas 400 dollars devant eux pour aller aux urgences par exemple !

Dans le mĂȘme temps, le gauchiste caviar paie 350 000 dollars pour dĂźner avec George Clooney et Hillary Clinton ! 51 % des AmĂ©ricains gagnent moins de trente mille dollars par an, ce qui, vu le prix du logement, de la santĂ©, et mĂȘme de l’alimentation lĂ -bas, devient un salaire de survie. Les statistiques altĂ©rĂ©es (pour Ă©crire comme Orwell) de l’ùre Obama ont maquillĂ© la gravitĂ© de la crise comme en Europe, et c’est ce qui explique le succĂšs de Donald Trump qui rĂ©pĂšte que le chĂŽmage n’est pas de 5, mais de 20 %. Or, Donald Trump n’est pas un petit conspirateur du Web. Donald Trump est le futur prĂ©sident des États-Unis, sauf si


PS : tous les chiffres de Snyder proviennent d’organismes officiels ; ils sont simplement censurĂ©s par la presse aux ordres. On citera le dernier, trĂšs reluisant : un enfant amĂ©ricain sur cinq survit grĂące aux Food Stamps, aux coupons d’alimentation


On lira aussi avec intĂ©rĂȘt le sociologue israĂ©lien Zygmunt Bauman sur l’effarant coĂ»t de la globalisation.