• Autriche – Le Cardinal Christoph Schönborn s’est demandé il y a quelques jours « y aura t-il une troisiĂšme tentative islamique pour conquĂ©rir l’Europe ? Beaucoup de musulmans le pensent et le souhaitent et disent que l’Europe est Ă  sa fin ». Mais plus tard, il a publiĂ© une clarification et a dit que si l’hĂ©ritage chrĂ©tien de l’Europe est « en danger », il l’est non pas Ă  cause des musulmans, mais parce que « nous, les EuropĂ©ens, avons faibli. »

    « Il ne faut pas prendre mon homĂ©lie pour ĂȘtre un appel Ă  nous dĂ©fendre contre les rĂ©fugiĂ©s, ce ne fut pas du tout mon intention. La possibilitĂ© d’un renouveau chrĂ©tien de l’Europe est entre nos mains, si nous regardons et venons au Christ, rĂ©pandons son Ă©vangile et communiquons avec nos semblables, Ă©trangers inclus, comme il nous l’a appris, dans l’amour et la responsabilitĂ© », a dĂ©clarĂ© le cardinal Schönborn. « Il est clair que de nombreux islamistes voudraient profiter de notre faiblesse, mais ils n’en sont pas responsables. Nous le sommes. »

    Au printemps dernier, le cardinal avait dit qu’il y avait un besoin pour les immigrants musulmans d’intĂ©grer les sociĂ©tĂ©s europĂ©ennes, en notant les diffĂ©rences entre les dĂ©mocraties et de nombreux pays du Moyen-Orient, « nous devons faire apparaĂźtre ces diffĂ©rences aux musulmans quand ils viennent. Ils doivent comprendre et accepter. »

  • Article paru sur le site VPost.
  • Vous avez aimĂ© cet article ?

    EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

    Philippe Randa,
    Directeur d’EuroLibertĂ©s.