1 octobre 2016

Un dimanche déterminant

Par Georges Feltin-Tracol

Le calendrier se montre parfois facétieux à moins qu’il apprécie les fameux « nœuds historiques » mis en lumière par Alexandre Soljénitsyne dans ses études sur la révolution russe. Le dimanche 2 octobre sera une journée déterminante à plus d’un titre.

Suite à l’invalidation de l’élection départementale de mars 2015 où la Ligue du Sud de Jacques Bompard l’avait emportée de quelques voix sur le Front national, les électeurs du canton d’Orange revoteront. Un nouveau duel entre candidats populistes serait envisageable. Le jour même se tiendra à Rungis, près de Paris, la Xe Journée nationale et identitaire du site et de la revue Synthèse nationale de Roland Hélie. Votre serviteur y sera bien sûr présent !

À cette date aurait dû se tenir en Autriche le second second tour de la présidentielle entre le patriote Norbert Hofer et le Vert Alexander Van der Bellen après l’annulation des résultats du premier second tour pour cause de manipulation des votes par correspondance. Le conditionnel passé s’impose, car en véritable république bananière d’Europe centrale, l’Autriche vient de reporter le scrutin au 4 décembre (et pourquoi pas au 29 février ?) sous le prétexte d’une mauvaise adhérence de la colle sur les enveloppes… Tous les moyens, y compris les plus futiles, sont utilisés afin de nuire au succès du candidat populiste.

Le voisin hongrois se rendra lui aussi en ce jour dominical aux urnes. Tenant tête aux délires immigrationnistes de la calamiteuse Commission de Bruxelles, son Ministre-Président, Viktor Orban, demandera à ses compatriotes leur avis sur une question référendaire pertinente : « Voulez-vous que l’Union européenne puisse prescrire l’installation obligatoire de citoyens non hongrois sans le consentement de la Diète ? »

Si le non défendu à la fois, un peu comme à Orange, par les nationaux-conservateurs au pouvoir et l’opposition nationaliste pantouranienne du Jobbik ne fait guère de doute, il faudra observer avec attention le taux d’abstention ainsi que le niveau des votes blancs et nuls. Si le non franc et massif prévisible bénéficie d’une participation élevée, Budapest pourra mieux résister aux pressions de Bruxelles, sinon Viktor Orban aura bien des difficultés à faire prévaloir l’intérêt national hongrois au sein des instances soi-disant européennes. Sauf si le camp bruxellosceptique sort renforcé grâce au succès du national-populisme à Vienne.

Ce dimanche devrait enfin se dérouler dans la petite commune rurale drômoise d’Allex un autre référendum — condamné celui-là par le préfet — sur l’accueil forcé d’une demi-centaine de « réfugiés ». Ignorée, rançonnée et méprisée par la caste parisienne, Allex pourrait tout aussi bien se rattacher à la libre Hongrie qui a compris que l’avenir politique de notre continent est horologique. Que plus de mille frontières couvrent donc l’Europe !

Bonjour chez vous !

  • « Chronique hebdomadaire du Village planétaire », n° 3, diffusée sur Radio Libertés, le 30 septembre 2016, vers 8 h 20.
  • Vous avez aimé cet article ?

    EuroLibertés n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontés aussi dévouées soient elles… Sa promotion, son développement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nécessitent une équipe de collaborateurs compétents et disponibles et donc des ressources financières, même si EuroLibertés n’a pas de vocation commerciale… C’est pourquoi, je lance un appel à nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prêts à nous aider ; il faut dire qu’ils sont très sollicités par les medias institutionnels… et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertés et eux, c’est assez incompatible !… En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

    Philippe Randa,
    Directeur d’EuroLibertés.