Il existe, qui plus est, chez Douguine une dimension eschatologique qui le distingue de tous les nationalistes pan-europĂ©istes qui l’ont prĂ©cĂ©dĂ© (l’on pense, par exemple, Ă  Jean Thiriard[1] et Ă  sa Grande Europe islando-touranienne). ConjuguĂ©e Ă  un goĂ»t trĂšs prononcĂ© pour la gĂ©opolitique, cette approche confĂšre Ă  ses analyses une originalitĂ© parfois dĂ©routante, mais jamais infĂ©conde pour qui adopte, finalement, le point de vue quasi homĂ©rique d’un monde Ă©cartelĂ© entre la propension promĂ©thĂ©enne des mortels et les plus contrariĂ©s desseins des dieux. C’est dire, en d’autres termes, que la dialectique de l’ordre et du chaos irrigue la pensĂ©e eurasiste de Douguine qui apparaĂźt alors comme une vĂ©ritable hermĂ©neutique permettant d’exhumer cette primordiale et ancienne complĂ©mentaritĂ© – que le monde moderne a artificiellement dissociĂ©e – du sacrĂ© et du profane et, partant, de mettre Ă  jour « la vraie spiritualitĂ©, la pensĂ©e supra-rationnelle, le logos divin, la capacitĂ© Ă  voir Ă  travers le monde son Ăąme secrĂšte [2] » (p. 400).

On saisit mieux ce prĂ©supposĂ© fondamental dans la philosophie douguinienne – directement inspirĂ© du schĂ©ma structuraliste propre Ă  la tradition indo-europĂ©enne – si l’on se penche, prĂ©cisĂ©ment, sur son terreau naturel, la gĂ©opolitique. Le processus de dĂ©sacralisation de la gĂ©opolitique a conduit Ă  une laĂŻcisation de cette derniĂšre qui l’a coupĂ© de sa source hiĂ©rophanique, la gĂ©ographie sacrĂ©e. NĂ©anmoins, Douguine n’hyperbolise pas cette ligne de fracture, puisque, d’une part, « la gĂ©opolitique se tient Ă  une place intermĂ©diaire entre la science traditionnelle (la gĂ©ographie sacrĂ©e) et la science profane » (p. 382), d’autre part, « les deux sciences convergent dans la description des lois fondamentales de l’image gĂ©ographique des civilisations » (p. 394). Les rapports entre les deux sciences sont d’autant moins inexistants que « mĂȘme dans notre monde anti-sacrĂ©, Ă  un niveau inconscient, les archĂ©types de la gĂ©ographie sacrĂ©e ont presque toujours Ă©tĂ© prĂ©servĂ©s dans leur intĂ©gritĂ©, et se rĂ©veillent dans les moments les plus importants et les plus critiques des cataclysmes sociaux » (p. 390).

Douguine ne perd pas de vue sa quĂȘte de la Tradition primordiale dans la mesure oĂč elle constitue ce qu’il y a vĂ©ritablement de cachĂ© dans un monde dominĂ© par le matĂ©rialisme, l’hĂ©donisme et l’accumulation capitalistique illimitĂ©e, soit le nouvel ordre mondial, ou encore le mondialisme – dans son acception Ă  la fois technico-cybernĂ©ticienne et transhumaniste, sinon post-humaniste. Ainsi, par exemple, au « Nord riche » ne doit-on pas opposer le « Sud pauvre », mais bien le « Nord pauvre [
], idĂ©al sacrĂ© du retour aux sources nordiques de la civilisation. Ce Nord est ‘‘pauvre’’ parce qu’il est basĂ© sur l’ascĂ©tisme total, sur la dĂ©votion radicale envers les plus hautes valeurs de la Tradition, sur le mĂ©pris complet du matĂ©riel par amour du spirituel » (p. 415). Quant au « Sud pauvre », il doit nĂ©cessairement former une alliance avec ce « Nord pauvre ». De ce renversement du monde surgira un chaos nĂ©cessairement porteur d’ordre, celui de la Tradition originelle, attendue, toutefois, que cette « cette voie [n’ira] pas de la gĂ©ographie sacrĂ©e Ă  la gĂ©opolitique mais au contraire, de la gĂ©opolitique Ă  la gĂ©ographie sacrĂ©e » (p. 418).

À cette aune, l’islam que Douguine estime « directement reliĂ© Ă  la Tradition [3] » (p. 543), reprĂ©sente, Ă  ses yeux un fait gĂ©opolitique majeur pouvant conduire au sacrĂ© d’une gĂ©ographie islamique traditionnelle. Il prend soin, malgrĂ© tout, d’opĂ©rer la distinction entre le salafisme, « pur islam » selon ses zĂ©lateurs et l’islam traditionnel qui « reprĂ©sente l’immense majoritĂ© des musulmans modernes ». Selon Douguine, la mĂ©taphysique salafiste est d’essence eschatologique ce qui la rend incommunicable au chiisme, « trĂšs similaire au traditionalisme » et au soufisme Ă©sotĂ©riste. Il y voit la clĂ© d’une concorde anti-occidentale fondĂ©e sur la reviviscence de la Tradition, Ă  l’expresse condition, prĂ©cise-t-il, que chacun suive sa tradition : « à un niveau purement individuel, le choix est possible, mais voir les Russes se convertir en masse Ă  l’islam me rĂ©pugne, car ils cherchent le pouvoir en dehors d’eux-mĂȘmes et en dehors de leur tradition, et ils sont donc infirmes, faibles et lĂąches » (p. 544).

La prĂ©tendue « islamophilie » de notre penseur est appendue au paradigme inoxydable de la nordicitĂ© hyperborĂ©enne que la gĂ©opolitique moderne a recouvert d’un monceau de colifichets. Sous la tectonique physique et dĂ©mographique des continents, les mĂ©ta-continents archĂ©typaux de la gĂ©ographie sacrĂ©e rĂ©vĂšlent l’intemporalitĂ© de la Tradition qui explique que « quand les hommes du Sud restent en harmonie avec les hommes du Nord, c’est-Ă -dire quand ils reconnaissent l’autoritĂ© et la supĂ©rioritĂ© typologique (et non raciale !) de ceux-ci, l’harmonie rĂšgne parmi les civilisations. Lorsqu’ils revendiquent la suprĂ©matie Ă  cause de leur relation archĂ©typale avec la rĂ©alitĂ©, alors surgit un type culturel dĂ©viĂ©, qui peut ĂȘtre globalement dĂ©fini par l’adoration des idoles, le fĂ©tichisme ou le paganisme (au sens nĂ©gatif, pĂ©joratif de ce mot) » (p. 401).

En somme, aujourd’hui vivons-nous sous l’empire du fĂ©tichisme de la marchandise qui s’oppose, dans une lutte de prĂ©sĂ©ance, Ă  l’impĂ©rialisme du paganisme islamique. Point de Tradition, ni de traditions


Pour le Front de la Tradition, Alexandre Douguine (Ars Magna).

Pour le Front de la Tradition, Alexandre Douguine (Ars Magna).

 

Alexandre Douguine, Pour le Front de la Tradition, Ars Magna, collection « Heartland », 34 euros

Notes

[1] Sur cette figure fascinante du nationalisme europĂ©en, on renverra Ă  Yannick Sauveur et Ă  son « Qui Suis-Je ? » Ă©ponyme publiĂ© chez PardĂšs en 2016 ainsi qu’à Le prophĂšte de la grande Europe, Jean Thiriart, ouvrage rassemblant articles et entretiens depuis longtemps introuvables, publiĂ© chez Ars Magna (2018).

[2] Autant de qualitĂ©s idiosyncrasiques qu’il attribue Ă  l’homme du Nord, lesquelles se retrouvent selon lui « chez les Indiens d’AmĂ©rique du Nord et chez les anciens Slaves, chez les fondateurs de la civilisation chinoise et chez les indigĂšnes du Pacifique, chez les Allemands blonds et chez les chamans noirs d’Afrique de l’Ouest, chez les AztĂšques Ă  peau rouge et chez les Mongols aux pommettes saillantes », tous ces peuples possĂ©dant le « mythe de ‘‘l’homme solaire’’ ».

[3] Sans que la Tradition ne se rĂ©sume Ă  l’islam.

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99

A propos de l'auteur

Aristide Leucate

Journaliste et essayiste, apporte rĂ©guliĂšrement sa contribution Ă  la presse d’information et d’opinion, de L’Action française 2000 Ă  Boulevard Voltaire. Conjuguant militantisme et rĂ©flexion politiques, il exerce des responsabilitĂ©s au sein d’un parti politique national. Il est l’auteur de trois essais (DĂ©tournement d’hĂ©ritages, prĂ©face de Pierre Hillard et La souverainetĂ© dans la nation, prĂ©face de Philippe Randa). et Dictionnaire du Grand Épuisement français et europĂ©en (PrĂ©face de Pierre Le Vigan).

Articles similaires