Entretien avec Thomas Renaud, auteur de Georges Bernanos (1888-1948) – Qui Suis-Je ? (PardĂšs)

(Propos recueillis pas Fabrice Dutilleul)

Pourquoi lire Bernanos aujourd’hui ?

Sans que cela constitue une pirouette, je vous rĂ©pondrai en citant Baudelaire qui affirmait, en 1887, donc avant-hier : « Il n’y a de grand parmi les hommes que le poĂšte, le prĂȘtre et le soldat, l’homme qui chante, l’homme qui bĂ©nit, l’homme qui sacrifie et se sacrifie ». Bernanos a Ă©tĂ©, Ă  des degrĂ©s divers, ces trois hommes Ă  la fois et c’est pour cela qu’il nous faut aujourd’hui le lire, ou le relire. On retient trop souvent sa critique de la technique, peut-ĂȘtre grĂące Ă  la force d’un titre : La France contre les robots. Cette critique Ă©tait certes pertinente mais elle a Ă©tĂ© largement surpassĂ©e par d’autres. Qu’il suffise de citer, Ă  la mĂȘme Ă©poque, Huxley ou Barjavel. Mais ce qui fait toute l’originalitĂ© de Bernanos, c’est qu’il avait saisi que le dĂ©sastre moderne n’était pas prioritairement social, Ă©conomique ni mĂȘme philosophique, mais spirituel. Ou plutĂŽt, qu’il Ă©tait social, Ă©conomique et philosophique parce que spirituel. C’est parce que la modernitĂ© est une gigantesque machine Ă  broyer les Ăąmes que Bernanos a portĂ© en lui toute sa vie la nostalgie des temps anciens. D’autant plus que cette faillite moderne Ă©tait peinturlurĂ©e, dĂ©guisĂ©e, masquĂ©e en formidable marche du ProgrĂšs.

Lire Bernanos aujourd’hui, c’est donc renouer avec l’idĂ©al de la plus vieille France, celui d’une chrĂ©tientĂ© mĂ©diĂ©vale – peut-ĂȘtre idĂ©alisĂ©e – qui, dans toute sa puissance, Ă©tait restĂ©e le marchepied du Royaume des Cieux. Royaume qui ne s’ouvrait qu’à ceux qui n’avaient pas tuĂ© en eux l’esprit d’enfance. Une chrĂ©tientĂ© virile qui chĂątiait les usuriers et faisait misĂ©ricorde aux putains, qui couvrait la France de monastĂšres, de vignes et de moulins. C’est Ă  cette vieille terre de France que Bernanos songeait lorsqu’il Ă©crivait : « Quand je serai mort, dites au doux royaume de la terre que je l’aimais plus que je n’ai jamais osĂ© le dire ». Et cette terre est la nĂŽtre, alors


Quels livres de Bernanos conseilleriez-vous à quelqu’un qui ne l’a encore jamais lu ? Et quels sont ses livres aujourd’hui toujours disponibles ?

La quasi-totalitĂ© des Ɠuvres de Bernanos sont aujourd’hui accessibles, et les rĂ©Ă©ditions sont nombreuses. La critique a trop souvent distinguĂ© en Bernanos le romancier du pamphlĂ©taire, je me suis attachĂ© dans cette petite biographie Ă  montrer que la cĂ©sure est artificielle. Les deux facettes de l’écrivain se nourrissaient mutuellement et tiraient leur force de la mĂȘme Ăąme torturĂ©e. Mais puisqu’il faut bien vous rĂ©pondre, nous pourrions suggĂ©rer le Journal d’un CurĂ© de campagne, Sous le Soleil de Satan et Français, si vous saviez
 Ce dernier titre, recueil d’articles parus au sortir de la deuxiĂšme guerre mondiale, a beaucoup Ă  nous dire sur la situation actuelle de la France et les choix qui s’ouvrent Ă  notre vieux peuple. Mais le sommet poĂ©tique de Bernanos reste peut-ĂȘtre Dialogues des carmĂ©lites, Ɠuvre des derniers instants d’une vie trop vite consumĂ©e, qui concentre en quelques Ăąmes ce que l’écrivain attendait de « l’esprit français ».

Bernanos n’a jamais reniĂ© son amitiĂ© et son soutien Ă  Édouard Drumont, auteur du best-seller au XIXe siĂšcle La France juive ; Ă©trangement, ce n’est pas ce qu’on semble prioritairement lui reprocher de nos jours ; je me trompe ?

Si Bernanos n’a jamais reniĂ© Drumont, il s’est expliquĂ© Ă  plusieurs reprises sur l’antisĂ©mitisme qui lui Ă©tait reprochĂ©. J’ai tenu Ă  apporter quelques prĂ©cisions utiles sur cette question qui est aujourd’hui particuliĂšrement piĂ©geuse, et SĂ©bastien Lapaque, excellent connaisseur de l’Ɠuvre de Bernanos, avait, Ă  plusieurs reprises, brillamment repoussĂ© les tentatives fielleuses des petits censeurs des lettres françaises. La Grande Peur des bien-pensants et Les Grands CimetiĂšres sous la lune opposent bernanosiens de droite et bernanosiens de gauche. C’est ramener un Ă©crivain Ă  des considĂ©rations bien mesquines. Il faut prendre Bernanos tout entier. Le Grand d’Espagne avait tenu Ă  saluer en Drumont un dĂ©fenseur du petit peuple contre le rĂšgne de l’Argent, malgrĂ©, ou plutĂŽt au-delĂ  de son antisĂ©mitisme. La meilleure maniĂšre de comprendre ces nuances peu admises par les scribouillards du temps, reste de le lire.

Thomas Renaud, auteur de Georges Bernanos (1888-1948) - Qui Suis-Je ? (PardĂšs).

Thomas Renaud, auteur de Georges Bernanos (1888-1948) – Qui Suis-Je ? (PardĂšs).

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99