Étiquette : Baudelaire

2 mai 2019

Les grands écrivains face à ce grand incendie eschatologique

L’incendie de Notre Dame de Paris : on ne va pas commenter cet événement ; alors on va citer nos classiques. Commençons par Tacite et l’incendie du Capitole : « Ici l’on doute si ce furent les assiégeants ou les assiégés qui allumèrent l’incendie : l’opinion la plus commune est que les assiégés mirent le feu à ces édifices, pour repousser ceux qui montaient ou qui étaient en haut. La […]

17 novembre 2018

Bernanos a été, à des degrés divers, trois hommes à la fois

Entretien avec Thomas Renaud, auteur de Georges Bernanos (1888-1948) – Qui Suis-Je ? (Pardès) (Propos recueillis pas Fabrice Dutilleul) Pourquoi lire Bernanos aujourd’hui ? Sans que cela constitue une pirouette, je vous répondrai en citant Baudelaire qui affirmait, en 1887, donc avant-hier : « Il n’y a de grand parmi les hommes que le poète, le prêtre et le soldat, l’homme qui chante, l’homme qui bénit, l’homme qui sacrifie et […]

11 octobre 2017

Pornographie, déclin et dépopulation française en… 1909

Le sympathique économiste libertarien Charles Gave a bien scoré récemment en évoquant notre disparition démographique ; mais on ne réveille pas les morts. En vérité, il y a longtemps que cette disparition française a commencé quantitativement et surtout qualitativement. À l’époque de Napoléon III, les carottes sont déjà cuites – et tous les écrivains en sont conscients : Flaubert dans ses romans, Tocqueville dans sa correspondance, Baudelaire dans […]

10 avril 2017

De Gaulle et le Grand Remplacement de la France (au cinéma)

  Un des films qui montre le mieux, sous le gaullisme, le Grand Remplacement de la France sur le terrain, est le classique de Demy Les Parapluies de Cherbourg. Il prouve nûment la fin du romantisme sur fond de grand remplacement urbain. Le garage organique au centre-ville, le petit magasin de parapluies ; puis la solitude amère et le « bonheur glacé des multinationales » avec cette station […]