31 janvier 2019

Nationalité, Citoyenneté, Identité

Par Richard Dessens

Le débat sur l’« identité » est une arlésienne. L’évocation d’identités nationales ou d’une identité européenne représente un épouvantail pour les tenants de l’idéologie dominante droit-de-l’hommienne. Et pour cause. L’idée même de « débat » a disparu lorsque dirigeants et élites auto-proclamées ont intégré comme des évidences sacrées les valeurs indiscutables de leur idéologie. C’est pourquoi la violence remplace partout peu à peu le vide de débats interdits.

La liberté guidant le peuple d'Eugène Delacroix.

La liberté guidant le peuple d’Eugène Delacroix.

Le grand débat interdit poussé par de confuses et incertaines revendications populaires en Europe, sur fond d’immigration massive, revient en France notamment, avec un pouvoir politico-médiatique qui marche à reculons en cherchant tous les moyens de le biaiser ou à en faire au mieux une stigmatisation du populisme honni aux fins d’échéance électorale européenne.

Mais cette question de l’identité ne peut être abordée sans la relier à celles de la nationalité et de la citoyenneté qui en sont les maillons successifs. Pour la pensée dominante, la nationalité constitue un grand Tout qui inclut la citoyenneté et l’identité. Du moment que la « nationalité » est accordée, elle entraîne non seulement l’exercice de tous les droits de la citoyenneté mais fait en outre de son bénéficiaire un « français comme les autres », c’est-à-dire avec la même culture, la même histoire, le même vivre-ensemble.

C’est l’application de l’égalité parfaite droit-de-l’hommienne. Il faut toutefois préciser que si la nationalité confère les mêmes droits à tous, elle n’impose pas toujours les mêmes devoirs qui, pourtant en sont les corollaires. Il convient de respecter tout de même les « racines » du néo-Français, ses habitudes culturelles, ses modes de vie originels, dans une contradiction flagrante avec le principe même d’une égalité des nationaux. Il y a des nationaux d’origine, soumis aux droits et devoirs de la République, et les néo-Français qui peuvent être dispensés de certains devoirs au bénéfice de leurs origines mais aussi de peur de mettre en péril la « paix sociale » lâchement achetée par de nombreux élus. Ainsi on crée une sorte de double nationalité de facto qui intègre non pas les néo-Français dans la culture française, mais les conforte dans leur nationalité d’origine.

Dans cette approche on mélange tout par idéologie. En réalité il faut distinguer trois degrés. Le premier est celui de la nationalité, simple acte administratif qui permet à un étranger de résider dans un pays d’accueil, d’en posséder le passeport et de bénéficier des mêmes droits sociaux et économiques que les autres nationaux en contrepartie de son travail.

Le second degré est celui de la citoyenneté qui permet de participer à la vie politique du pays, de voter, d’être élu dans ses instances institutionnelles.

Le troisième niveau est celui de l’identité, c’est-à-dire la fusion culturelle et historique des hommes dans leur environnement séculaire, qui implique donc une ancienneté, une antériorité, un continuum nécessaires à l’établissement d’une identité. En outre l’identité suppose un vivre-ensemble, un respect de ses règles, une communauté de modes de vie, un attachement charnel à la terre ancestrale. La question alors des identités nationales ou européennes devient plus claire et non exclusive les unes des autres, dès lors que l’échelon fictif national disparaît au profit du véritable échelon charnel constitué par les régions naturelles européennes. L’identité charnelle devient celle des régions et l’identité culturelle et historique de rattachement est celle de l’Europe.

Vouloir ainsi parler directement d’« identité » sans distinguer les trois niveaux d’intégration au préalable est un piège qu’il faut refuser. Le véritable débat est d’abord celui de l’attribution de la nationalité, simple dimension administrative, et de ce que cette notion doit recouvrir, comment, à quelles conditions et avec quelles conséquences. Vient ensuite celui sur la citoyenneté et les obligations qu’elle doit imposer à ses titulaires : implication dans la vie politique, vote obligatoire, liberté de parole et de sa diffusion et participation active aux décisions (référendum notamment). Dimension juridico-politique.

Vient enfin naturellement la dimension suprême, charnelle, émotionnelle, celle de l’ancrage dans un environnement affectif si bien traduit par tous les poètes de tous les pays. Ainsi les vers fameux de Joachim du Bellay qu’un débat sur l’« identité » aurait semblé sûrement ubuesque :

Heureux qui comme Ulysse, a fait un beau voyage
Ou comme cestui là qui conquit la toison
Et puis est retourné, plein d’usage et raison
Vivre entre ses parents le reste de son âge

Quand reverrai-je, hélas, de mon petit village
Fumer la cheminée, et en quelle saison?

Reverrai-je le clos de ma pauvre maison
Qui m’est une province et beaucoup davantage?
Plus me plaît le séjour qu’ont bâti mes aïeux
Que des palais romains le front audacieux
Plus que le marbre dur me plaît l’ardoise fine
Plus mon Loir gaulois, que le Tibre latin
Plus mon petit Liré, que le mont Palatin
Et plus que l’air marin la douceur angevine

 

Cette dimension-là ne peut être attribuée. Elle ne peut qu’être ressentie au long des décennies, des siècles, des sacrifices, des douleurs et des combats et des bonheurs communs. Ou décernée à titre exceptionnel pour des comportements particulièrement notables.

On est alors très loin de l’idéologie dominante.

EuroLibertés : toujours mieux vous ré-informer … GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le système ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertés ré-informe parce qu’EuroLibertés est un média qui ne dépend ni du Système, ni des banques, ni des lobbies et qui est dégagé de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertés est un acteur incontournable de dissection des politiques européennes menées dans les États européens membres ou non de l’Union européenne.

Ne bénéficiant d’aucune subvention, à la différence des médias du système, et intégralement animé par des bénévoles, EuroLibertés a néanmoins un coût qui englobe les frais de création et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les déplacements indispensables pour la réalisation d’interviews.

EuroLibertés est un organe de presse d’intérêt général. Chaque don ouvre droit à une déduction fiscale à hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une déduction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coûte en réalité que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertés.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertés (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigé vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sécurisée.
 

3 : Faire un don par chèque bancaire à l’ordre d’EuroLibertés

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-Bicêtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99