3 juillet 2016

L’appareil de l’État est devenu un organe d’avilissement

Par Euro Libertes

par Alexis Arette.

Quand dans mon dernier papier je traitais de l’inversion intellectuelle du Régime qui nous déshonore, je ne m’attendais pas à ce qu’une nouvelle initiative du Pouvoir, vienne magistralement y ajouter.

Mais le matin du 23 juin 2016, sur BFM-TV, l’on nous exposait en long et en large, la nécessité pour les citoyens adultes, d’apprendre le langage des « jeunes », afin de ne point se couper d’eux. Qu’on le nomme Verlan ou Chébran, qu’il soit aujourd’hui mêlé d’anglais et d’arabe, qu’il soit né dans les poubelles de la société de consommation au lieu d’être enraciné dans notre sol, l’important est que le régime estime qu’il s’impose, ce qui inverse le mouvement de l’histoire : jusqu’à il y a peu, les enfants apprenaient des parents la façon de s’exprimer. Aujourd’hui, ce sont les parents qui doivent se mettre à l’école des enfants, que l’enseignement laïciste manipule.

L’école Républicaine laisse entendre que nous sortons du néant pour rentrer dans le néant, et qu’entre-temps nous devons jouir au maximum avec de jolis mots « humanistes » pour ceux qui crèvent la dalle ! À ceux-là, on apprend qu’ils ont des droits sur nous, et qu’il suffit de nous envahir pacifiquement pour en profiter…

Jamais, dans l’histoire de l’humanité, pareille chose ne s’était produite. Bien souvent, les peuples ont été menés par des tyrans, des fous sanguinaires, comme Caracalla, ou par des dépravés comme Néron. Mais rarement par des cons. Et certes, aujourd’hui, nos partis de gouvernement sous-bestialisent l’humanité, bien que je ne pense pas que les plus nombreux des socialistes ou républicains atteignent ce niveau. Je crois à leur bêtise, suivant ce qu’en disait l’historien Pierre Gaxotte : « La bêtise aussi entre dans l’explication de l’Histoire » !

Je pense à cette stupidité profonde qui les apparente à des zombis de l’utopie ; je crois à cette inintelligence qui leur fait prendre les vessies pour des lanternes, à leur incapacité chronique à distinguer l’essentiel de l’accessoire, et à cette assurance qu’ont les inconscients pour se glorifier des désastres qu’ils provoquent, en affirmant que sans eux, les désastres seraient pires…

« Les cons ça ose tout » faisait dire infantiliserMichel Audiard à un de ses personnages. Et en effet, les nôtres osent tout. Quel candidat à la présidence va réagir au projet d’infantiliser la Nation en la mettant à l’école de quelques étudiants boutonneux, dont on baisse chaque année le niveau des examens pour que leur ignorance serve dévotement l’état crapuleux de l’inversion ?

Nous en sommes à ce niveau où l’appareil de l’État est devenu un organe d’avilissement. C’est ainsi qu’à la date du samedi 25, Canal Plus peut titrer son film Connasse, Princesse des cœurs. C’est ce que devient la République.

Que dans ce climat, un Patrick Balkany puisse être réélu depuis des décennies député de la cinquième circonscription des Hauts de Seine et maire de Levallois-Perret, après avoir été condamné à de multiples reprises pour des saletés financières inouïes, est dans la logique de notre avachissement. Hier, l’hypocrisie parlementaire se tenait dans le fait que rien ne ressemblait plus à un honnête homme qu’un individu qui n’était pas inculpé. Aujourd’hui, la République consent à ce qu’un individu, condamné, re-condamné et re-re-condamné soit reconnu capable de gérer le pays. Mais Patrick Balkany est révélateur d’un état commun que l’on cache grâce à la complicité des médias alimentaires. Et si la délinquance socialiste ressemble à un Himalaya, je ne suis pas sûr que, de par la complicité qu’entretiennent les partis par le truchement de certaines obédiences maçonniques, ce soit le parti rose qui détienne la palme.

En effet, nous vivons dans un système intrinsèquement pervers. Le mensonge entraîne l’inconduite et mai 1968, c’est aussi la conséquence du mensonge gaullien qui s’exprime : Puisque Charles De Gaulle a établi sa légitimité par la révolte, pourquoi la révolte de la « chienlit » n’aurait-elle pas les mêmes droits ?

Et si, aujourd’hui, François Hollande peut mentir avec l’assurance que l’on sait, c’est uniquement parce que Charles De Gaulle a institué cette façon de gouverner. Le mensonge continu est devenu la légitimité Républicaine ! On peut même penser que François Hollande ment avec innocence.

Le mensonge, même bien intentionné, est toujours redoutable, suivant la morale traditionnelle. Mais cette morale ne s’exerce plus dans nos gouvernements laïcistes. Et c’est même le mensonge opportun qui est une loi fondamentale de l’Islam pour tromper l’ennemi, et prendre le Pouvoir.

Grâce au mensonge opportuniste, l’apparent pacifiste Dalil Boubakeur, Recteur de la Grande Mosquée de Paris, rassure, tandis que la Ministère de l’Éducation nationale Najat Vallaud-Belkacem installe dans notre éducation le réseau d’un coranisme, qui n’a mis ses couteaux au vestiaire que le temps de les affûter…

Si le sursaut national des Anglais n’entraîne pas le sursaut national des autres nations européennes, nous sommes condamnés à l’Europe islamique. Mais depuis ce Waterloo de la combine mondialiste, on peut mettre en avant Victor Hugo qui avait écrit à l’occasion : « L’espoir changea de camp, le combat changea d’âme ! »

Mais comme cela semble annoncé dans les prophéties des derniers temps, l’alliance de l’islamisme meurtrier et de la crapule républicaine est possible. La prudence exige qu’on le sache et qu’on en tire les conclusions.

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertés n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontés aussi dévouées soient elles… Sa promotion, son développement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nécessitent une équipe de collaborateurs compétents et disponibles et donc des ressources financières, même si EuroLibertés n’a pas de vocation commerciale… C’est pourquoi, je lance un appel à nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prêts à nous aider ; il faut dire qu’ils sont très sollicités par les medias institutionnels… et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertés et eux, c’est assez incompatible !… En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertés.