Étiquette : Verdun

12 septembre 2020

Les pigeons qui ont sauvé des soldatsJill-Manon Bordellay

Je me promène souvent dans les rues de Paris et suis horrifiée de voir parfois des enfants courir après des pigeons en leur lançant des pierres. Pourquoi considérer les pigeons comme des animaux nuisibles ? N’ont-ils pas eu un rôle décisif durant les guerres et tout particulièrement durant la Grande Guerre ? Lorsque je vois un pigeon maltraité, je pense à Vaillant, à Cher Ami et aux […]

Partager :
12 novembre 2017

Blessé

Réveillé un matin triste aux couleurs d’hiver. Ne pouvant bouger. La bouche pleine de terre. Il connaissait trop bien ce profond silence. Effrayant. La peur le fige. Alors il pense. A celle qu’il a laissée. A ses enfants, sa vie !   A ses jambes si lourdes, et comme engourdis. Un peu de bleu du ciel, entre deux nuages, Lui rappelle son doux pays, sa Normandie. Les […]

Partager :
14 novembre 2016

Verdun, Gothard, G7…

  « Nous sommes la civilisation de la destruction du monde » (Philippe Grasset) La sorcellerie est partout aujourd’hui. On le voit avec le honteux spectacle de Verdun, le répugnant pensum baphométique du Gothard, avec l’adoration de l’arbre (???) au G7. On le voit avec les sorciers de Wall Street et d’ailleurs, avec Harry Potter, on le voit avec les stupéfiantes émissions de la planétaire MTV (zombies, […]

Partager :
19 octobre 2016

Nos pigeons, fils de héros vétérans reprennent du service

Récemment un pigeon a été placé en détention pour avoir transporté une lettre de menace destinée au Premier ministre indien, l’avertissant de futurs actes de violence qui pourraient être commis par le groupe djihadiste Lashkar-e-Taiba auteur des attentats à Bombay en 2009. Les pigeons espions du Pakistan sont désormais nombreux. (1) Nos pigeons biset reprennent du service, mais pas pour la même cause. Souvenons-nous de […]

Partager :
16 juillet 2016

Paroles de soldats

Depuis que j’avais quitté le service, je n’ouvrais plus un livre traitant de l’armée française contemporaine, persuadé de n’y trouver que du « militairement correct ». Quant à la « grande » presse elle ne s’intéressait brièvement au sujet que pour annoncer des pertes, et plus longuement pour se régaler des « scandales » (i.e. « abus sexuels » en Afrique subsaharienne).

Partager :