Étiquette : Rivarol

13 juin 2021

Ouverture de la librairie Arts Enracinés – entretien avec Maxime Sanial

Maxime et Chazia Sanial viennent d’ouvrir la librairie Arts Enracinés 25 rue Raphaël au Puy-en-Velay (43000). Ils proposent des ouvrages variés et d’un contenu très différent de ce que vous pourrez trouver ailleurs… mais aussi de belles œuvres d’art, qu’il s’agisse de reproductions de tableaux sur affiches, de sculptures, de gravures impressions ou encore de parfums. Maxime Sanial explique leur démarche pour les lecteurs d’EuroLibertés. […]

Partager :
5 mai 2020

Demain ne sera plus comme avant

Avec le virus qui nous affecte et la crise qui nous infecte, une affirmation revient invariablement dans la bouche de nos hommes politiques et des experts en tout et n’importe quoi commentant l’actualité : « Demain ne sera plus comme avant. »

Partager :
25 mai 2019

À la veille des élections européennes

Alors que le scrutin du 26 mai devrait être l’occasion d’une communion de peuples au corps glorieux d’une institution prétendument rédemptrice, tel un vol de gerfauts hors du charnier natal (merci José-Maria pour cet emprunt), un nuage de volatiles frappés de psittacisme s’est abattu sur une Europe millénaire désormais livrée aux soins palliatifs d’eurocrates euthanasistes.

Partager :
25 avril 2019

Jeux de mots, jeux de vieillots ? Voire…

Vous commencez à me connaître, non ? Aux yeux des plus lucides, je suis un « vieux con ». C’est incontestable, et, qui plus est, je le revendique, au point d’avoir créé une association, celle des « Cons XO ». « XO » ! « Extra old », comme le cognac, c’est-à-dire au-delà du « hors d’âge ». Jusqu’où se niche la prétention !

Partager :
28 décembre 2017

Une langue trop bien pendue

En 1549 Joachim du Bellay publiait sa « Deffence et illustration de la langue françoyse », dix ans après la promulgation de l’ordonnance de Villers-Cotteret qui imposait le français comme langue du droit et de l’administration française.

Partager :
18 juillet 2017

Le changement, parlons-en

Signe des temps, il n’est pas une journée sans que, à l’appui de sa chronique, un journaliste n’emprunte à Giuseppe Tomasi de Lampedusa et à son Guépard cette formule devenue « culte » : « Tout changer pour que rien ne bouge. » Ne croyez surtout pas que l’intervention du président Macron devant le congrès et que le discours de politique générale du Premier ministre y soient pour quelque chose. […]

Partager :
6 juillet 2017

Pour une pratique gouvernementale de bon sens

  Messieurs Macron et Philippe originaires, paraît-il, de partis politiques opposés, ont ceci de commun : leur jeunesse et leur sourire. Leur jeunesse me laisse croire que quelques conseils d’anciens, à défaut de les aider ne sauraient leur nuire. Leur éternel sourire m’incline à penser que rien ne pourrait altérer une bonne humeur qu’il s’agit désormais pour eux de partager avec un peuple français morose sinon […]

Partager :
2 mars 2017

De la politesse

En des temps lointains, un certain Jean Giraudoux, mort en 1944 faut-il le préciser, émettait une remarque un tantinet pessimiste : « Les nations, comme les hommes, meurent d’imperceptibles impolitesses. C’est à leur façon d’éternuer ou d’éculer leurs talons que se reconnaissent les peuples condamnés. »

Partager :
16 octobre 2016

Aboulique ! Aboulique vous-même !

À un extraterrestre qui se désespérait de l’aboulie de la classe politique, un parlementaire européen répondit qu’il ne voyait pas en quoi le cumul des mandats pouvait être associé à un appétit du pouvoir dès lors que, dans leur immense majorité, les citoyens refusaient de briguer le moindre mandat électoral, fût-il seulement associatif ou syndical. Réponse hors sujet, sauf que…

Partager :